Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Ballon d'or 2021

Lewandowski, un affront si prévisible

64 pions engrangés sur l’année civile, des masterclass week-end après week-end, un record légendaire - celui de Gerd Müller - effacé des tablettes, un neuvième titre de champion d’Allemagne au compteur... et pourtant, Robert Lewandowski a vu le Ballon d’or 2021 lui passer sous le nez. L’insatiable buteur du Bayern Munich n’a en effet pris que la deuxième place du classement qui a été révélé ce lundi soir, étant devancé par Lionel Messi. On peut (et on doit !) s’en indigner. Mais, malheureusement, ce camouflet était presque couru d’avance.

Modififié
Aux yeux de beaucoup, c’en était devenu une évidence : pour Robert Lewandowski, 2020 devait être l’année de la consécration. Sauf qu’une saloperie de virus est passée par là, incitant les organisateurs - pour des raisons qui, on l’avoue volontiers, nous laissent encore circonspects - à ne pas décerner de Ballon d’or. Alors, on a pris notre mal en patience. On s’est dit que le couronnement tant attendu aurait lieu en 2021. Après tout, le goleador polonais a continué de surfer sur ses standards indécents. Comme aucun de ses rivaux planétaires n’est sorti du lot, on pouvait vraiment penser que le sacre aurait bien lieu ce lundi soir, à Paris. On se trompait lourdement, puisque c’est une nouvelle fois Leo Messi qui a décroché la timbale. Certains parlent déjà de scandale, et on a bien du mal à leur donner tort. Mais il s’agit là d’un scandale tout à fait prévisible.

C1 et Euro, indicateurs faussés


Tout d’abord parce qu’au cours des derniers mois, Lewy a collectionné un peu moins de titres qu’à l’accoutumée. Sur le papier, une BuLi et une Supercoupe d’Allemagne, c’est vrai que ça n’est pas hyper vendeur. Comme on est pointilleux, on ajoutera la Coupe du monde des clubs, exceptionnellement disputée en février. Mais il y a fort à parier que, parmi les votants, peu s’en souvenaient. Ici, ce qui joue réellement contre Lewandowski, c’est qu’il n’a pas dépassé les quarts de la Ligue des champions et que sa sélection n’a pas su s’extirper de son groupe lors de l’Euro. On a cependant tendance à oublier que le natif de Varsovie était blessé quand le Bayern a subi la loi du PSG. On a aussi un peu trop tendance à surestimer le niveau de la Pologne, qui cherche désespérément un semblant de stabilité depuis la fin de l’ère Nawałka et qui n’a évité l’humiliation d’un zéro pointé à l'Euro que par la grâce de son avant-centre totémique, auteur de l’égalisation contre l’Espagne et d’un superbe (bien qu’inutile) doublé face à la Suède.


Buteur clinique, personnalité lisse


Plus que de son palmarès trop peu garni cette année, l’attaquant munichois souffre avant tout d’un cruel déficit d’image. C’est un buteur, certes. Sans doute le plus complet, sinon le meilleur, de la décennie écoulée. Mais c’est un buteur froid, implacable, clinique. Robotique. Il n’a pas l’élégance d’Andriy Shevchenko, le dernier pur numéro 9 à avoir remporté le Ballon d’or (2004), ni l’aura de Ronaldo, son prédécesseur (1997, 2002). Il ne faut pas non plus compter sur lui pour susciter la polémique. Le Polonais n’est pas du genre à annoncer ses velléités de départ un soir de victoire en finale de C1, ni à tenter de larguer son club via burofax. Son image est trop parfaite et trop lisse pour séduire véritablement au-delà des frontières de son pays et de celles de la Bavière. Et tant pis s’il a affolé les compteurs au-delà du raisonnable (64 buts sur l’année civile, tout de même), devenant le meilleur réalisateur du championnat d’Allemagne sur une saison avec 41 réalisations. Soit une de plus que Gerd Müller, légende aujourd’hui regrettée.



Le Bayern ne sait pas faire campagne


Der Bomber a reçu le Ballon d’or en 1970. Deux autres Munichois emblématiques, Franz Beckenbauer (1972, 1976) et Karl-Heinz Rummenigge (1980, 1981), l’ont imité. Et puis, plus rien. Cela fait 40 ans que le Bayern, pourtant ultra-dominateur sur la scène nationale et souvent brillant à l’échelle continentale, n’a pas vu l’un des siens recevoir ce trophée individuel. On touche là du doigt un autre problème : le club bavarois ne sait pas faire campagne pour l’un de ses joueurs. Quand le Real Madrid intensifie son lobbying à l’approche de l’élection, le Rekordmeister préfère rester discret. Ce silence assourdissant, Franck Ribéry (2013) et, dans une moindre mesure, Manuel Neuer (2014) en ont subi les conséquences en leur temps. Au tour de Robert Lewandowski d’en pâtir. Et on a du mal à imaginer qu'un trophée en bois de « Buteur de l’année » suffise à le consoler.

Karim Benzema, enfin certifié


Par Raphaël Brosse
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
il y a 4 heures Bonus FDJ de 10€ avec le code promo RDJ10
Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 15:00 Mario Balotelli fait parler de lui avec un sublime coup franc 19
À lire ensuite
Messi, le Ballon dort