Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Les vrais hommes de la 6e journée de Premier League

Des buteurs qui tiennent leur rang, un revenant qui fait gagner Liverpool, une jolie surprise qui relance Everton, et un nouveau qui se plante. Les hommes, les vrais.

Modififié

Álvaro Morata (Chelsea)


Il n’est pas celui dont les médias parlent le plus en ce début de saison. Pourtant, Álvaro Morata pointe en tête du classement des buteurs de Premier League, avec six pions en autant de journées. Ce week-end, l’Espagnol a réussi à innover en marquant du pied pour la première fois sous le maillot des Blues (jusque-là, seule sa tête avait trouvé le chemin des filets). À trois reprises, s'il vous plaît. Son second caramel est particulièrement agréable à contempler, l’attaquant s’amusant dans la surface d’un Stoke qui avait montré davantage de choses lors des réceptions de Manchester United et Arsenal.

Si on ajoute à cela deux passes décisives en championnat, le constat d’un début de saison presque parfait pour l’ancien du Real Madrid est indéniable. Les supporters de Chelsea l’ont bien pigé, eux qui lui consacrent une chanson polémique. Seul Antonio Conte résiste encore plus ou moins à le couvrir de louanges, préférant le comparer à son remplaçant. « Je pense qu'il a très bien joué et il a marqué trois buts. Pour un attaquant, c'est très important. Je suis très content de sa performance comme de celle de l'équipe. N'oublions pas que face à Forrest, c'est Batshuayi qui a marqué trois buts et cela prouve qu'on crée des occasions pour nos attaquants » , a ainsi commenté l’Italien. Qui sait parfaitement que la presse peut suffire à gonfler des chevilles.






Romelu Lukaku (Manchester United)


Il n’est pas celui dont les médias parlent le plus en ce début de saison. Pourtant, Romelu Lukaku pointe en tête du classement des buteurs de Premier League, avec six pions en autant de journées. Ce week-end, le Belge a réussi à innover en étant pour la première fois l’unique buteur dans un match joué sous le maillot des Red Devils. Un gros coup de casque suivi d’une frappe à bout portant au rebond a suffi pour que le colosse offre trois points à Manchester United, qui reste au niveau de l’ennemi citizen au sommet du championnat après son duel face à Southampton. Résultat : ceux qui doutaient encore de la capacité de l’avant-centre à jouer au plus haut niveau marchent à l’ombre. Idem pour ceux qui résumaient le joueur à un pathétique bourrin à la technique inexistante. Les supporters d’Old Trafford, eux, ont bien pigé qu’ils tenaient dans leur team un gros poisson, et ne cessent de chanter maladroitement à sa gloire. Quant à José Mourinho, il ne regrette pas son choix. Mais préfère laisser la presse essayer de lui gonfler les chevilles.



Philippe Coutinho (Liverpool)


Le revoilà ! Alors qu’ils ont un temps cru ne jamais revoir celui qui aurait pu partir à Barcelone cet été, les fans des Reds ont eu la bonne surprise d’observer le Brésilien au top de sa forme contre Leicester. Un centre parfait pour Mohamed Salah au quart d’heure de jeu, puis surtout un coup franc de toute beauté quelques minutes plus tard, et voici Liverpool qui repart. Qu’on se le dise : Coutinho reste un régal à regarder, et son retour dans l’équipe déséquilibrée de Jürgen Klopp ne peut que la rendre plus forte. Sur BT Sport, Steven Gerrard, un poil trop emballé, ne s’y est pas trompé : « Il a eu des moments de génie, c’est un footballeur de classe mondiale. Barcelone ne s’intéresse pas à toi pour autant d’argent si tu n’as pas cette classe. J’ai joué avec lui, je me suis entraîné avec lui, je sais ce dont il est capable. Liverpool doit essayer de le garder aussi longtemps que possible, car avec lui, quand Mané reviendra, nous savons que Liverpool marquera énormément de buts et sera l’une des équipes les plus intéressantes du championnat. » En espérant également un défenseur central digne de ce nom lors du mercato hivernal...



Serge Aurier (Tottenham)


Il a tellement galéré à entrer en Angleterre qu’il en a perdu sa lucidité. Bon offensivement pour sa première titularisation en PL contre West Ham, Serge Aurier a en revanche eu beaucoup plus de mal lorsqu'il a fallu défendre. Pour ne rien arranger, il a écopé de deux cartons jaunes en cinq minutes, laissant ses petits potes en infériorité numérique à vingt minutes du terme. Et cela a failli être fatal pour les Spurs, puisque les Hammers sont revenus à 3-2 après l’expulsion de l’Ivoirien, poussant sévèrement jusqu’au coup de sifflet final. Heureusement pour l’ex-Parisien, Mauricio Pochettino s’est montré compatissant avec son nouveau latéral en conférence de presse : « Quand j'étais joueur, j'ai fait beaucoup d'erreurs et j'ai eu de nombreux problèmes. Je suis content de lui, tout le monde au club et dans l'équipe est très content de lui. Il s'adapte très bien, ça fait seulement vingt jours qu'il travaille avec nous. Je suis heureux, seulement déçu pour ce carton comme il doit également l'être. Mais je comprends. C'est le football, et ce genre de situation arrive parfois. » T’es un gagnant, Serge.



Oumar Niasse (Everton)


Everton-Bournemouth, samedi 23 septembre 2017. 49e minute : Joshua King ouvre le score pour les visiteurs. 55e minute : Wayne Rooney cède sa place à Oumar Niasse. 77e minute : Oumar Niasse égalise d’un enchaînement contrôle-frappe aussi spontané que maîtrisé. 82e minute : Oumar Niasse s’arrache dans la surface pour donner la victoire aux locaux. 2-1, score final. Autant dire que sans le Sénégalais, la saison d’Everton était sans doute foutue. Avec sept points au compteur, les hommes de Ronald Koeman s'extirpent de la zone rouge et se hissent en treizième position. Et si on faisait un minimum confiance à Oumar, Ronald ?



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 19 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 14