Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // Celta Vigo/Atlético Madrid

Les vies de chat de German Burgos

Mondialement connu pour son coup de sang lors du dernier derby madrileño, Germán Burgos est un être à part dans le monde policé du football. Aujourd’hui adjoint de Simeone, l’ex-gardien à la chevelure folle de l’Atlético a connu de nombreuses casquettes tout au long de sa vie. De la rock-star à la vedette de télé, retour sur une vie qui compte double. Ou triple.

Modififié
Ils étaient six. Six à le retenir, à empêcher sa furie et sa folie d’atteindre Carlos Delgado, arbitre du bouillant derby de Madrid du week-end dernier. En cause, une énième faute de goût et de jugement de l’homme en noir. À la 64e minute, Diego Costa est repris illicitement par Arbeloa alors qu’il se dirige seul au but. Carton jaune pour le néo-international espagnol et une incompréhension générale. C’en est trop pour Germán Burgos, adjoint de Diego Simeone. Sorti de son banc, l’Argentin disjoncte et veut en découdre avec ledit Carlos Delgado. Il faudra six hommes, dont le Cholo Simeone et Carlo Ancelotti, pour le retenir et lui éviter une radiation à vie des bancs de touche. Dans la semaine, le comité ne lui infligera que trois matchs de suspension. Autant dire une broutille. Ceux qui connaissent le « Mono » Burgos ne seront qu’à moitié surpris de sa réaction. Car le natif de Mar del Plata est un sanguin. Mais aussi un ancien gardien à la dégaine particulière, un ex-chanteur du groupe rock The Grab et un présentateur atypique de diverses émissions du PAF espagnol. Retour sur les différentes vies du chat Germán Burgos.

Vidéo
Un cancer ? « Je devais jouer contre Majorque »

Histoire de cultiver sa différence, German arbore une tignasse à faire passer Carles Puyol pour un mannequin Jean-Louis David. Casquette vissée au crâne, chevelure longue d'apache, il gardera pendant trois saisons les couleurs de l'Atlético - formé au Ferro Carrill Oeste, il a également porté les couleurs de River Plate et Majorque. Suffisamment pour l'ériger en idole du Vicente Calderón. Car plus que sa tête de « Mono » - «  Avec la tête que j'ai, c'est normal qu'on m'appelle ainsi » - ce sont des souvenirs qui vont habiter l'antre des Colchoneros. Tout d'abord, celui d'un homme qui a vaincu le cancer : « Les médecins sont venus un jour et m'ont dit : "On doit t'opérer." Je devais jouer le weekend contre Majorque, alors je leur ai dit : "C'est mieux lundi." Mais les médecins et Luis (Aragonés, ndlr) m'ont dit qu'il fallait le faire maintenant. » Cette épisode se terminera bien : deux semaines et une tumeur au rein enlevée plus tard, Burgos apparaît face aux médias avec un tee-shirt bariolé de trois mots : « Gracias, gracias, gracias. »

Cette opération chirurgicale, qui laissera 35 points de suture sur son corps, lui sauvera la vie, mais mettra fin à sa carrière de gardien. En 2003, Germán Burgos range gants, crampons et cigarettes : « Tout ce qui m'est arrivé est de la faute du tabac.  » Mais sa reconversion est déjà assurée depuis quelques années. Dès le début des années 90, il intègre un groupe argentin de rock, La Piara, plus tard rebaptisé le Burgos Simpatia. Avec ses potes, il sortira deux albums. En 2002, alors qu'il est à l'Atlético, il forme un nouveau groupe, toujours de rock'n'roll : The Grab. Au micro, sa gueule et ses multiples tatouages font de l'effet. De nouveau, deux albums seront dans les bacs. Mais ce grand amateur de blues, également connu comme étant l'un des meilleurs portiers en un contre un, manie le micro dans un autre registre : celui de la télévision.

Vidéo
Pour les pubs, « ils ont besoin d'un moche »


Parallèlement à sa carrière de rockeur, il intervient dans différentes émissions de radio ou télé en Espagne. De même, il sera l'égérie d'une télé-réalité, Football Cracks. Son franc-parler et sa voix rocailleuse illustrent sa bonhomie. Quelques années plus tôt, alors que l'Atlético renaît de ses cendres après un intermède en Segunda Division, il mène la campagne publicitaire du fanion rojiblanco. Pourquoi ? « Ils m'ont choisi, parce que tu sais comment sont les agences de communication, ils ont besoin d'un moche./i> » Un moche qui, malgré ses multiples activités, n'a jamais délaissé le football. Ni l'Atlético. Ainsi, en 2011, il devient l'adjoint du Cholo Simeone au Racing Club de Avellaneda. Lorsque son supérieur Diego accepte le poste de l'Atlético, il le suit. D'où cette question, mais qui est le vrai Burgos ? « J'ai joué, je me suis amusé, j'ai été champion. J'ai un groupe de musique, je suis devenu entraîneur, je fais des apparitions à la radio et à la télévision, j'écris pour Marca... Tout ce que je fais ne m'empêche pas de faire partie d'un groupe et d'entraîner.  » Cet homme n'a que 44 ans.

Vidéo


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
À lire ensuite
La Juve, un tour après