Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 56 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Billet d'humeur

Les Versets zlataniques

Alors que la Suède s’apprête à se qualifier tranquillement pour l’Euro, après avoir atteint les quarts de finale de la dernière Coupe du monde, Zlatan Ibrahimović s’enfonce tristement dans son personnage de bad boy égocentrique. Au grand plaisir de ceux qui continuent à applaudir une caricature.

Modififié
Voilà ce que déclarait Zlatan Ibrahimović en conférence de presse avant l’Euro 2016 : « J’ai placé la Suède sur la carte du football mondial et je l’ai également fait pour la France. J’en suis ravi. » Comme d’habitude, on a retenu la punchline, on a bien rigolé et on s’est dit qu’il était quand même fort, ce-bon-vieux-Zlatan. Et puis la Suède s’est fait sortir au premier tour d’un championnat d’Europe à 24 où il fallait pourtant le vouloir. Zlatan ayant mis fin à sa carrière internationale sans avoir jamais réussi à offrir une épopée digne de ce nom à sa sélection, cette dernière est allée sans lui au Mondial 2018, a terminé en tête d’un groupe où évoluait aussi l’Allemagne, et s’est arrêtée en quarts de finale, pendant que la France, ce pays « qu’il avait mis sur la carte du football mondial » , allait décrocher sa deuxième étoile.


Le seul rôle du géant suédois dans cette Coupe du monde russe aura été joué sur une petite scène du hall de l’hôtel Marriott Novy Arbat, à Moscou, le jour du match d’ouverture. Invité par le sponsor Visa, il déclarait qu’ « au moins  » , ses anciens coéquipiers de sélection « n’auront pas de pression. Quand je suis là, ils savent qu’ils sont obligés de gagner. Moi, je suis venu avec ma propre équipe, l’équipe Visa, et nous allons défier les autres équipes pendant toute la compétition. Je pense que le numéro un du football doit travailler avec le numéro un du paiement. » Un bon (et triste) résumé de ce qu’est devenu Zlatan Ibrahimović depuis quelques années.

« Retournez regarder du baseball »


Bien sûr, la vieillesse est un naufrage, et personne n’oserait reprocher à un joueur son déclin. Bien sûr, on ne peut blâmer Zlatan pour être né dans un pays qui ne produit pas treize champions à la douzaine. En revanche, ce qu’on peut remettre en cause, ce sont ses choix. Et ses paroles. Après l’élimination de son LA Galaxy par les nouveaux venus du Los Angeles FC il y a quelques semaines, l’attaquant a lâché ceci : «  Si je reste, ce serait bon pour la MLS parce que le monde entier va la regarder. Si je pars, personne ne se souviendra de ce que c’est. » Puis, au moment d’annoncer qu’il quittait le club dans lequel il a évolué deux saisons sans rien gagner, il a écrit sur Twitter : « Je suis venu, j’ai vu, j’ai conquis. Merci LA Galaxy de m’avoir fait me sentir vivant à nouveau. Aux fans des Galaxy, vous vouliez Zlatan, je vous ai donné Zlatan. De rien. L’histoire continue... maintenant retournez regarder du baseball. »




Deux saillies accueillies d’un tonnerre d’applaudissements par ceux qui avalent encore le personnage de ce-bon-vieux-Zlatan, sans doute les mêmes qui pensent que NTM peut encore sortir un bon album de rap aujourd’hui. Deux saillies qui veulent surtout dire deux choses. Primo, tout comme Zlatan est incapable de comprendre comment la Suède peut jouer mieux sans lui qu’avec lui, il n’a toujours pas compris que le modèle « je mise tout sur une grosse star  » du LA Galaxy ne fonctionnait plus en MLS, désormais dominée par les franchises optant pour la construction d’une équipe cohérente et équilibrée. Secundo, Zlatan n’en a en fait plus rien à foutre, puisqu'il n’a plus besoin d’être bon pour faire tourner son petit business, qui n’a plus grand-chose à voir avec le football.

Le nouveau Beckham


Pour comprendre, il suffit de faire un tour sur son compte Twitter. D’abord, plusieurs publicités pour les gommes à mâcher Mind, avec ce slogan : « Si votre esprit est clair et concentré, vous aussi pouvez avoir du succès. Pas autant que Zlatan, bien sûr. » Une photo d’un téléphone Samsung dans l’espace affichant une photo d’Ibrahimović et accompagnée du message : « Vous saviez que Zlatan était une star, voici le selfie de l’espace qui le prouve.  » Une pub pour Volvo Suède, une autre pour un site de paris en ligne espagnol. Arrivé dans le foot comme un vent de fraîcheur et de rébellion, Zlatan n’est plus qu’un épicier qui vend son image de bad boy égocentrique au plus offrant.



AC Milan, PSG, Manchester United et LA Galaxy, l’homme a ciselé sa fin de carrière comme s’il voulait nous faire comprendre qu’il serait aux années 2010 ce que David Beckham avait été aux années 2000. Un personnage qui réussit l’exploit de faire oublier à tout le monde qu’il a un jour été un très bon joueur de football. Entre les deux décennies, les réseaux sociaux ont remplacé la presse people, et les punchlines ont donc plus de poids que le fait de sortir avec une Spice Girl. Souhaitons donc à Zlatan de se trouver un club qui acceptera de se faire insulter par un attaquant de 38 ans en échange de quelques jolis buts, et surtout de nombreux produits dérivés vendus aux derniers gogos encore excités par cette caricature de lui-même. Puisque c’est la vie qu’il a choisi de mener.

Par Thomas Pitrel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

il y a 1 heure Niko Kovač fait du groundhopping en Angleterre 11
il y a 6 heures Amazon Prime bat des records de nouveaux abonnés grâce à la Premier League 11
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE