Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // J6
  3. // Allemagne-Pays-Bas (2-2)

Les Pays-Bas glacent l'Allemagne

Longtemps dominatrice ce lundi soir, la Mannschaft a survolé son sujet pendant 70 minutes. Avant de tout bazarder dans le dernier quart d'heure du match, laissant les Bataves planter deux pions dans les cinq dernières minutes. Sale soirée pour les Bleus, qui n'accéderont donc pas au Final Four de la Ligue des nations.

Modififié

Allemagne 2-2 Pays-Bas

Buts : Werner (9e), Sané (20e) pour l'Allemagne // Promes (85e), Van Dijk (90e+1) pour les Pays-Bas

Dring, dring, c'est l'heure du réveil. On les a longtemps crus anesthésiés, apathiques, face à des Allemands en tous points supérieurs. Puis les Oranje ont repris des couleurs. Grace à deux pions d’assassin signés Promes et Van Dijk. Cynique. Au regard du scénario du match, « Une (presque) victoire à l'italienne » comme dirait papy. Voire à l'allemande, tiens.

Allemagne, salut les musclés


Les lentes montées en puissance, très peu pour eux. L'Allemagne montre les muscles façon bodybuildeur dès le début de la rencontre, et Werner, bien servi par Gnabry, fout le feu à Gelsenkirchen en signant une sublime demi-volée à l'entrée de la surface, qui laisse Cillessen complètement baba. En face, les Oranje subissent, touchent trop peu la gonfle, et la teinture rouge cramoisie de Ryan Babel est bien la seule fantaisie qui ressort du jeu offensif proposé par les Néerlandais. Kroos, conscient que le bifteck hollandais est bien tendre ce lundi soir, en profite pour se tailler une autre part du morceau en mettant Sané sur orbite, d'une longue passe en profondeur. L'ailier de City se retourne, crochète, puis double la mise, d'une frappe légèrement déviée.


Au-dessus du lot, la Mannschaft peut même se permettre quelques excentricités, à l'image de Schulz qui s'offre un raid de dingo sur l'aile gauche, avant de se voir finalement rejoint in extremis par Blind. Plus puissante, plus tranchante, l'Allemagne s'amuse et les Pays-Bas morflent physiquement, à l'image de Ryan Babel, trop léger pour tenir le rythme : apparemment touché aux ischio-jambiers, l'attaquant de Beşiktaş doit laisser sa place à Dilrosun peu avant la mi-temps.

Van Dijk, ce héros


Enthousiasmants face à la France trois jours plus tôt (2-0)
, les Oranje ne reprennent pas beaucoup plus de couleurs après la pause. La tête dans le sable, De Jong paume un ballon facile dès l'engagement de la seconde période, et sa perte de balle manque de peu de permettre à Werner de corser l'addition. Chaud comme la braise, l'attaquant de Leipzig, lancé en profondeur par Gnabry, récidive quelques minutes plus tard, mais envoie sa frappe du gauche sur les panneaux publicitaires. Un manque de réalisme dangereux, alors que les Pays-Bas se réveillent enfin dans le dernier quart d'heure. Depay s'offre quelques raids individuels, mais c'est Promes qui sonne la révolte, d'un ballon travaillé qui finit sa course dans les filets de Neuer. Tout à coup, l'Allemagne a rétréci. Manque de pot, Virgil van Dijk, lui, est géant. Et balance une volée fouettée dans les buts adverses dans le temps additionnel. Un final taré, qui permet aux Hollandais d'arracher le nul. Et de faire un beau pied de nez à l'équipe de France, puisque ce sont bien les Oranje qui accèdent au Final Four de la Ligue des nations, au détriment des Bleus.


Allemagne (3-4-3) :Neuer - Rüdiger, Süle, Hummels - Kehrer, Kimmich, Kroos, Schulz - Gnabry (Müller, 67e), Werner (Reus, 63e), Sané. Sélectionneur : Joachim Löw.

Pays-Bas(4-3-3) :Cillessen - Tete, De Ligt, Van Dijk, Blind - De Roon, Wijnaldum (Vilhena, 60e), De Jong - Promes, Depay, Babel (Dilrosun, 45e puis De Jong 66e). Sélectionneur : Ronald Koeman


Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 79
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Comme dans un ouragan