Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Demies
  3. // Pays-Bas-Suède (1-0)

Destination finale pour les Oranje

Deux ans après avoir remporté l'Euro 2017, les Pays-Bas se sont qualifiés mercredi soir pour la première finale de Coupe du monde de leur histoire en écartant la Suède (1-0) grâce à un but inscrit au bout de l'angoisse par Jackie Groenen. Maintenant, place aux États-Unis.

Modififié

Pays-Bas 1-0 Suède

But : Groenen (100e) pour les Oranje

Les statisticiens pointilleux étaient clairs : pour la Suède, c'était dans la poche. Il y avait eu les États-Unis en 1991, 1999 et 2015, le Japon en 2011, c'était au tour des Blågult. Depuis le début de l'histoire de la Coupe du monde féminine, chaque équipe qui avait réussi à sortir l'Allemagne était assurée d'être championne du monde. Alors ? Alors, ce soir, l'histoire a été bousculée et les chiffres qui l'animent avec : au bout d'une demi-finale mi-étouffante, mi-ennuyante, les Pays-Bas, champions d'Europe en 2017, ont couché les Suédoises (1-0) grâce à un but inscrit au cœur de la prolongation par la pétillante Jackie Groenen. Maintenant, une question se pose : où s'arrêtera cette équipe ?

Les notes de Pays-Bas-Suède

Demi-finale nuageuse...


Alerte tristesse. Un stade loin d'être plein, un rythme faiblard, des systèmes venus s'annuler : si la météo lyonnaise appelait à l'orage, ce Pays-Bas-Suède s'est d'abord contenté de rester au stade du nuage gris. Et ce, dès les premières minutes. Alors que Sarina Wiegman, chef cuistot d'une sélection hollandaise présente dans un dernier carré mondial pour la première fois de son histoire, décide de laisser Shanice van de Sanden sur un coussin au coup d'envoi, rien ne se passe, ou presque. La faute à qui, à quoi ? À la pression de l'événement ? À un climat étouffant ? Mystère. Ainsi, Suédoises et Hollandaises passent le premier acte à se regarder sans vraiment se toucher, si ce n'est via deux griffures scandinaves assénées par Blackstenius et Hurtig, bien contrées par une Sari van Veenendaal aussi décisive sur sa ligne qu'élastique dans ses sorties aériennes. Les Pays-Bas, eux, peinent à faire fructifier leur contre-pressing efficace et voient Van de Donk se fracasser les chicots à plusieurs reprises sur une ligne défensive suédoise solide et disciplinée. Autour de la DJ d'Arsenal ? Un calme plat, peu de mouvements et simplement quelques tentatives lointaines (Miedema, Spitse) qui n'offrent aucune possibilité de se salir à une Lindhal bien tranquille pour fêter son petit record personnel : celui du plus grand nombre de matchs de Coupe du monde joués par une internationale suédoise (19). Pas mal, mais pas de quoi réveiller un Groupama Stadium chloroformé.


... puis tortueuse


Alors, comment faire ? Oui, la Suède gêne royalement des Oranje stériles et souvent sauvées par les retours imposants de Van der Gragt, oui Peter Gerhardsson semble sentir ses filles capables d'effacer le souvenir du quart de finale perdu à l'Euro 2017, mais assembler les indices pour résoudre ce casse-tête n'a rien de simple alors que Wiegman doit sortir Mertens, toujours souffrante de son orteil, à la pause. C'est l'heure d'un éclair, un vrai : onze minutes après les citrons, Van Veenendaal s'étire et vient éteindre un pétard de Fischer sur son poteau. L'effet ? Une réaction d'orgueil et un changement de rythme : malgré les nombreuses fautes suédoises, cette demi-finale vient vraiment de débuter, et Vivianne Miedema l'a fait trembler encore un peu plus en envoyant, à la suite d'un corner gratté par Beerensteyn et avec l'aide de Lindahl, une tête sur la barre. Alertée, Wiegman tente alors de la faire exploser et glisse Van der Sanden dans le four : dès ses premiers ballons, la joueuse de l'OL dégouline d'envie, tente de faire exploser le mur scandinave, mais glisse aussi souvent que ses copines. Peter Gerhardsson, lui, gère son affaire, voit Asllani passer tout proche d'assommer son propre kop et Eriksson envoyer un coup franc juste au-dessus du but batave, mais surtout Lindahl détourner à une main une tentative de Van de Sanden. 0-0 : Out of Africa n'était pas si mal en fait.

Ici, c'est Jackie


À match interminable, explication interminable : la prolongation ne fait pas vraiment avancer l'enquête, Van der Sanden continuant d'être partout et nulle part, alors que les autres actrices tirent la langue. Sauf une : Jackie Groenen, 24 piges et ancienne médaillée de bronze aux championnats d'Europe cadets de judo, qui surgit du fond de la nuit, court vers l'aventure au galop et vient ouvrir le score d'une frappe croisée déposée dans le petit filet de Lindahl (1-0, 100e). Les Hollandaises viennent de faire sauter le verrou et d'entrouvrir leur rêve d'une première finale mondiale : elles ne le refermeront jamais, passant même tout près de doubler la mise sur une frappe de Jill Roord et une tête de Miedema, alors qu'Asllani sort de scène sur une civière. Place désormais au grand saut. C'est aussi ce qu'on appelle l'histoire.


Pays-Bas (4-3-3) : Van Veenendaal – Van Lunteren, Van der Gragt, Bloodworth, Van Dongen – Groenen, Van de Donk, Spitse – Beerensteyn (Van de Sanden, 72e), Miedema, Martens (Roord, 46e). Sélectionneuse : Sarina Wiegman.

Suède (4-3-3) : Lindahl – Glas, Fischer, Sembrant, Eriksson (Andersson, 111e) – Rubensson (Zigiotti, 79e), Asllani, Seger – Jakobsson, Blackstenius (Larsson, 111e) Hurtig (Janogy, 79e). Sélectionneur : Peter Gerhardsson.


  • Résultats et classements de la Coupe du monde



    Par Maxime Brigand, au Groupama Stadium
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39