Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // Demies
  3. // Pays-Bas-Angleterre

Les Pays-Bas doivent-ils copier l'Ajax ?

Grâce à l'excellent redressement de la sélection opéré par Ronald Koeman, les Pays-Bas se sont refait une place de choix à la table des nations qui comptent en Europe. Mais l'équilibre reste fragile, et le pragmatisme du sélectionneur ne plaît pas à tout le monde au pays du football offensif. Les succès de l'Ajax en Europe cette année donneront-ils des idées aux Oranje ? Le match face à l'Angleterre, ce jeudi soir à Guimarães, devrait permettre d'y voir plus clair.


Il fait bon être néerlandais en 2018-2019 sur la planète foot. Depuis septembre dernier, les Pays-Bas ont retrouvé tellement de couleurs que l’Europe a pris un bon coup de peinture orange sur sa façade. Martyrisé par le PSV sur la scène nationale depuis cinq ans, l’Ajax s’est magnifiquement rappelé au souvenir des amoureux de foot romantique en se refaisant un nom en Ligue des champions cette saison. En parallèle, la sélection oranje est brusquement revenue d’entre les morts, passant du statut de second couteau sans âme à celui de cador régénéré.


Cependant, malgré le retour de résultats probants et la fierté d’avoir terrassé les deux derniers champions du monde en phase de groupes de la Ligue des nations, un petit arrière-goût amer continue d’enquiquiner le très exigeant palais des Néerlandais. Au pays du football total où la façon de jouer importe plus que le résultat, les prestations de la bande à Memphis Depay ne soulèvent pas totalement les foules. Avec l'arrivée sur le banc du pragmatique Ronald Koeman en février 2018, les supporters néerlandais étaient prévenus. Mais à l’heure où l’Ajax a redonné vie au foot offensif dans la cadenassée Ligue des champions et démontré que le résultat pouvait aller de pair avec la manière, les spécialistes s’interrogent : les Pays-Bas doivent-ils copier les Lanciers ?

Babel n'est pas Neres, Bergwijn n'est pas Ziyech


L’idée a de quoi séduire, d’autant qu’elle s’inscrit dans le cycle naturel de l’histoire du foot néerlandais. Quand Rinus Michels et Johan Cruyff inventent et mettent en place le football total à l’Ajax (triple vainqueur de la C1 entre 1971 et 1973), la greffe s’opère naturellement à la sélection oranje, finaliste des Coupes du monde 1974 et 1978 grâce à ce style de jeu révolutionnaire. Presque 50 ans plus tard, on prend les mêmes et on recommence : quoi de plus approprié que le totaalvoetbal pour secouer un football international défensif et obsédé par les blocs compacts ?


Si d’aucuns brûleraient de voir ce que pourrait donner ce cocktail explosif à l’heure du pragmatisme international, la question est plutôt de savoir si les Pays-Bas peuvent ou non copier l’Ajax (avant d’éventuellement vouloir le faire). Et c’est là où le bât blesse. Premièrement, seuls trois joueurs du club de la capitale (De Ligt, Blind, De Jong) forment l’ossature de la sélection. C’est trop peu pour imposer une philosophie à d’autres joueurs qui n’ont pas été bercés à la même école, alors que les Pays-Bas n’avaient pas cherché à copier le style d’un PSV à l’époque récente où les Oranje comptaient huit joueurs des Boeren en sélection. Deuxièmement, Koeman ne possède pas la qualité d’effectif pour jouer comme l’Ajax. Memphis Depay en pointe, Ryan Babel, Quincy Promes ou Steven Bergwijn sur les côtés ne ressemblent pas aux harceleurs fous, aux attaquants polyvalents, libres et collectifs que requiert le football total. De plus, Koeman est un pragmatique au style efficace plutôt que spectaculaire qui mise beaucoup sur l’occupation des couloirs via ses ailiers.

Esprit de Cruyff, es-tu là ?


En réalité, il n’appartient pas tant au sélectionneur de décider vers quelle voie se tourner. Celui-ci obéit plutôt aux impératifs de sa Fédération. L’an dernier, certaines voix au sein de la KNVB réclamaient l’abandon des principes « cruyffiens » et le recours à un sélectionneur étranger. Un an et demi plus tard, les exploits de l’Ajax ont totalement changé la donne. La Fédération discute maintenant avec Ruben Jongkind - l’instigateur du plan Cruyff pour refaçonner l’Ajax selon les principes du « Hollandais volant » - pour s’en inspirer. « En ce moment, nous recherchons des connexions avec l’héritage de Cruyff » , confirmait le directeur du développement de la Fédération à la BBC. Bien sûr, demander à Koeman de changer de cap, lui qui avait déjà obtenu ses premiers succès probants avant que la vague Ajax n’emporte tout sur son passage, serait trop précipité. Mais l’ancien défenseur du Barça se verra probablement incité à insuffler, par petites touches, un peu plus de folie ajacide dans son jeu et dans son groupe.


Le premier indice pourrait apparaître dès ce jeudi contre l’Angleterre, et il en dira long sur les intentions de Koeman : Donny van de Beek sera-t-il titulaire ? Jusqu’ici mis à l’écart du onze de départ (seulement 5 sélections), l’atypique milieu offensif trouverait pourtant parfaitement sa place dans le 4-2-3-1 de Koeman. Mais, pour l’instant, c’est Georginio Wijnaldum qui a les faveurs de l’ancien coach de Southampton et Everton. Pour l’instant. « Van de Beek peut évoluer en tant que deuxième milieu central ou en n°10. Si lui et Wijnaldum peuvent jouer ensemble ? C’est assurément une possibilité » , a affirmé Koeman en conférence de presse cette semaine. Cela supposerait de se priver de Marten de Roon, rugueux milieu défensif de l’Atalanta installé par Koeman pour donner de l’équilibre à son milieu. De même, le poste de latéral gauche, priorité du prudent Daley Blind (défenseur central à l’Ajax) au détriment de l’explosif Patrick van Aanholt, sera aussi scruté de près. Stabilité et pragmatisme ou retour à la tradition offensive : pour les Pays-Bas, c’est déjà l’heure du choix. En attendant que l’éclosion de nouvelles pépites ajacides ne rendent celui-ci moins cornélien.

Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Hier à 15:42 L’énorme craquage de fumigènes pour les 94 ans de Göztepe 10 Hier à 14:11 José Mourinho prêt à diriger une sélection 50
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:31 L'étau se resserre autour de Raúl Bravo 23 VRAI FOOT DAY L'appel du 18 juin de Steve Savidan Hier à 10:41 Lee Bowyer reste l'entraîneur de Charlton 4 Hier à 09:48 Ils jouent à FIFA sur la façade d’un immeuble 18 Hier à 09:21 Régional 1 : Saint-Leu perd sa montée sur tapis vert 19