Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Real-PSG (3-1)

Les notes du PSG

Seul Parisien au niveau pendant 90 minutes, Adrien Rabiot a ouvert le score, mais n’a pas réussi à permettre aux siens d’aller jusqu’au bout de leurs rêves et l’a fait savoir en zone mixte en haussant le ton. Pas content.

Modififié

Paris Saint-Germain



Areola (6) : Il prend un uppercut de CR7 au cœur de la première mi-temps, mais pas de quoi le sonner. On connaissait l’arrêt du cul de Didier, voici l’arrêt de la face d’Alphonse. Sans doute son meilleur match avec le PSG quand tout le monde doutait de lui. Malgré tout, il en prend trois. C’est con.

Paris s'écroule à Madrid

Daniel Alves (6) : Le samedi, il aime se faire souiller par Corentin Jean. Le mercredi, il se souvient qu’il a été le meilleur latéral droit du monde pendant une décennie. Il ne manquait que sa guitare et de la guimauve pour que l’on passe une vraie bonne soirée.

Marquinhos (5) : Une dentition aussi blanche que le maillot du Real, 99 en accélération, mais 65 en endurance. Les dix dernières minutes dans le rouge avec un but du genou pour terminer son match.

Kimpembe (6) : Mardi, il se servait de son iPhone pour voir s’il avait un bout de salade coincé dans les dents au moment de la collation. Demain, il fera pareil pour Benzema, mâché et dispersé quelque part entre ses molaires et son rire démoniaque. Dommage pour lui, CR7 va lui filer une gastro pour un moment.

Yuri (6) : Pas de nom de famille, pas de conférence de presse de présentation, aucune minute de C1 au coup d’envoi et pourtant une rencontre de mâle alpha.

Verratti (6) : Il gère la touche « triangle » comme personne et des sorties de balle qui donnent des sueurs et des érections. Et puis son passé de fumeur actif l’a rattrapé sur la fin. Il a terminé rouge comme un petit cochon.

Lo Celso (4) : Le prénom d’un opéra de Mozart, un patronyme à particule, des jambes arquées comme s’il avait séché sur un tonneau, l’Argentin avait tout le bagage royal pour porter le collant à merveille, mais comme à la cour du roi, il s’est parfois senti au-dessus des mortels. Sans doute trop, ce qui explique sa naïveté et ce penalty bêtement concédé.

Rabiot (7) : C’était forcément un match pour lui face à un club royal. D’ailleurs, il marque de son mousquet droit, là-haut, perché sur son cheval après avoir laissé ses Braques de Weimar à poils courts ramener le gibier dans sa mire. Impérial pendant 90 minutes, et même après quand il envoie un coup de canon à ses vassaux face au micro.

Mbappé (4) : Môme, il avait des posters de CR7 dans sa chambre. Hier, il est resté un petit enfant perdu sur ce grand terrain. Sergio Ramos s’est amusé de son visage sans barbe.

Cavani (4) : Comme lors d’un mauvais hiver de CM2, Edi a passé le jour de son anniversaire seul. Dans son coin. Boudé par les copains qui organisaient une contre-boum avec du Banga et un « Qui-est-ce ? » Remplacé par Meunier, le CM officiel du PSG, mais aussi un merveilleux courant d’air sur la fin.

Neymar (5) : On l’a vu nu sur Instagram en début de semaine, une coupe de cheveux hommage au groupe MN8 au coup d’envoi, une transversale qui termine dans la tempe de l’arbitre, le Brésilien était en roue libre et poursuit ses petites exhibitions personnelles. Capable d’humilier Kroos sur une accélération avant de disparaître la seconde suivante pendant dix minutes. Malgré tout, il prend le temps de délivrer un caviar pour Rabiot sur le but. Mais finalement, la copie tousse. Du sous-Ibrahimović.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Une amende de 2250 euros pour Lampard 3 il y a 8 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 8 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 26 il y a 9 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28
À lire ensuite
Paris s'écroule à Madrid