Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Real Madrid-Barcelone (0-3)

Les notes du Barça

Le Barça avait encore les yeux collés autour de 13 heures, mais une fois que Paulinho et Suárez ont secoué les troupes, les Blaugrana se sont remis à table comme des morts de faim. Trois coups de fourchettes plus tard, le Real est désossé.

Modififié

FC Barcelone



Ter Stegen (7) : Alors que la plupart de ses collègues étaient à l’apéro en première mi-temps, il a assuré la réception des visiteurs en les invitant à repasser plus tard, avant de fermer la boutique quand tout le monde était de retour à son poste. Un standardiste pendant un pot de fin d’année.

Roberto (6) : Il était parti pour faire un match fade, faiblard, sans conviction en attaque et sans mordant en défense. Puis Valverde lui a fait croire à la mi-temps qu’il y avait une remontada à faire. Joli subterfuge, puisque Sergi s’est enfin mis à jouer et à balancer des passes décisives. S’il y avait un sixième but à marquer, il aurait été là. Remplacé par Aleix Vidal, qui avait mis une option sur le troisième.

Piqué (5,5) : La liberté d'expression, Gerard est pour si c'est pour permettre aux Catalans de décider de leur sort, beaucoup moins quand il s'agit d'un Benzema qui agite la main pour prendre la parole.

Vermaelen (5) : D'habitude, quand Thomas est entouré d'hommes en blanc, ce n'est pas bon signe pour lui. Mais quand il a vu que Karim Benzema avait un short sous sa blouse, il s'est rappelé que le Bernabéu n'était pas un hosto.

Alba (6) : Il avait remporté trois sprints sur cinq face à son adversaire de couloir, mais a fini par couper la ligne d'arrivée seul, après que Carvajal fut disqualifié pour avoir mis volontairement sa main devant le canon du starter.

Busquets (6) : Il a commencé la partie au petit trot, pour éviter de s'étouffer avec les noyaux d'olives, avant de finir par faire une tapenade avec les milieux croates qu'il avait dans son panier.

Paulinho (7) : Plutôt qu’envoyer des cartes de vœux, Paulinho a profité de ce Clásico pour faire coucou à ses anciens employeurs. Ses ex-collègues chinois étaient tous devant leur poste de télévision et il a tenu à rappeler aux Anglais qu’il est toujours un sacré joueur box-to-box. Petit Paul a donc bien profité de son Boxing Day anticipé. Remplacé par André Gomes, qui lui n'avait visiblement personne à embrasser.

Rakitić (5) : À force d’hésiter entre le pistolet Nerf Elite Disruptor bien offensif, et le Rubik’s Cube Pyramide plus en rapport avec ses qualités d’organisateur, Ivan semblait complètement à la dérive dans les rayons de la Casa Blanca. Et c’est quand tout le monde s’est demandé où il était passé qu’il a fini par s’amuser comme un dingue au milieu des poupées madrilènes. Être oublié chez Toys’R’Us, un kiff de gosse.


Iniesta (6,5) : Totti, Pirlo, Xabi Alonso, Nicolas Seube, Kaká, Rosický... Trop d’idoles ont tiré leur révérence en 2017. Iniesta remplissait plusieurs critères pour les rejoindre, semblant plus pâle que jamais. Mais Andrés a fait de la résistance et a prouvé, une nouvelle fois, que son heure n'était pas encore venue.

Messi (5,5) : Le teint cireux, de la paille sur le menton, sandales aux pieds, des mouvements limités et beaucoup de personnes penchées au-dessus de sa couche. Le petit Jésus semblait tombé de son lit. Mais pour contenter tous ces païens, il s'est décidé à s'installer dans sa mangeoire avant l'heure et à produire son miracle syndical.

Suárez (6) : Pour les fêtes, Luis mangera ses huîtres trois heures pile après les avoir ouvertes, boira deux verres de mousseux avant de prendre le volant, pas un de plus, lancera son décompte pour la nouvelle année à 23 heures 59 minutes et 50 secondes et vous transmettra ses vœux le 31 janvier. Toujours à la limite, mais pour cette fois, c'est validé.

  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 66 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
    Partenaires
    Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5