Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // quarts
  3. // Manchester City-Tottenham (4-3)

Les notes de Manchester City-Tottenham

Des buteurs tout en haut, forcément, et des défenseurs tout en bas, forcément. Si Manchester City a gagné contre Tottenham (4-3) dans l'un des matchs les plus fous de la saison, ce sont bien les Spurs d'un Heung-min Son clinique et d'un divin Christian Eriksen qui verront les demi-finales.

Modififié

Ils sont dignes de l’Ajax



Heung-min Son
Note de la rédaction
7.5
Note des lecteurs
8.5Moyenne de 412 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Deux touches de balles, deux tirs, deux buts. Tout ça en dix minutes. Le Sud-Coréen n’a pas attendu que le drapeau blanc soit baissé pour lancer les hostilités : ce qu’il préfère, ce sont les dommages collatéraux infligés par surprise, en un éclair. Boum.


Guardiola, le retour sous les flèches

Kevin De Bruyne
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
8.8Moyenne de 439 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Avant d’arriver à City, le rouquin belge a avoué cette semaine qu’il pensait que Raheem Sterling était un « crétin » . Avant de se rendre compte que le dragster anglais était « l’un des mecs les plus gentils et les plus humbles » qu’il ait jamais rencontrés. L’hôpital qui encense la charité, tant « KDB » aura distribué les cadeaux (deux à son pote Raheem, un au Kun) sans rien demander en retour. Le « DBK » (diabolo banane kiwi), celui qui tu commandes au bar en sachant que tu vas passer une bonne soirée.


Christian Eriksen
Note de la rédaction
7.5
Note des lecteurs
6.4Moyenne de 322 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Erik 1er de Danemark a été roi de son pays de 1095 à 1103. « Grand, beau et fort, il est très populaire » , relate sa page Wikipedia. Des qualificatifs qui vont comme un gant à Eriksen 1er de Londres, souverain en son royaume de Tottenham et conquérant lorsqu'il s’agit de l’agrandir jusqu’à Manchester. Avec en guise de récompense pour ses troupes, le partage des richesses du perdant, bien sûr.


Raheem Sterling
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
7.9Moyenne de 322 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Une dizaine de touches de balles, mais la même efficacité que Son, avec deux tirs, deux buts, et tout ça en vingt minutes. L'ailier anglais a encore sorti une performance clinique d'efficacité et a cru être le héros des Citizens en inscrivant le pion de la qualification dans le temps additionnel. En vain. Le livre Sterling, l'excitant roman de poche que tu dévores en une demi-heure avant de te rendre compte que tu connaissais la fin.


Bernardo Silva
Note de la rédaction
6.5
Note des lecteurs
7Moyenne de 307 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
L’enfer de Danny, c’est lui. Absent au match aller, l’ancien Monégasque a rappelé à quel point personne ne pouvait se passer de lui. Sa poussette dans le dos de Rose en début de match ? Une petite saleté pour donner un aperçu de l’exécrable soirée qu’allait passer le latéral des Spurs, et surtout une très pardonnable exception de fourberie dans un océan de délicatesse et de raffinement. Bernardent Silva.


Sergio Agüero
Note de la rédaction
6.5
Note des lecteurs
6.6Moyenne de 296 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Le n°9 ultime. Celui qui dézone et te donne une remise parfaite pour faciliter le premier but de Sterling. Celui qui slalome au milieu des défenseurs pour t’offrir un caviar sur le second but de Bernardo. Celui, enfin, qui te marque le but que tu penses être celui de la qualification d'une frappe imparable. Un mix de Cavani, Benzema et Mandžukić, qui eux aussi ne sont pas en demi-finales. Sergio Aguhéros, enfin presque.



Ils étaient au niveau



Fernando Llorente
Note de la rédaction
6.5
Note des lecteurs
6.5Moyenne de 262 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Le supersub par excellence. Celui qui entre automatiquement quand Tottenham perd. Et en l’occurrence, quand il est entré pour suppléer un Moussa Sissoko blessé, Tottenham perdait. Mais était virtuellement qualifié. De quoi le perturber, l’immense attaquant espagnol ? Pas d’un chouïa. Llorente a fait du Llorente : traîner sa grande carcasse à la réception des longs ballons et inscrire un but tout dégueulasse de la hanche sur corner. Le but de la qualification, histoire de bien dormir. Fernando Llorenthé vert.


Victor Wanyama
Note de la rédaction
6
Note des lecteurs
6Moyenne de 265 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Fantomatique en début de match, bouffé deux fois en puissance et en vitesse par le buffle Walker, le roc Victor s’est bien ressaisi après son repositionnement en sentinelle. Où il s'est mis à foudroyer tout ce qui passait sous son marteau. Vic Thor.


Kyle Walker
Note de la rédaction
6
Note des lecteurs
5.5Moyenne de 234 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Kyle est loin le temps où l’international anglais semblait être rentré dans le rang. Face à un Lucas Moura peu friand de repli et un Danny Rose aussi fragile qu’un coquelicot, Walker s’est retrouvé des cuisses de taureau, un torse d’ours et une vitesse de jaguar. Au point de marcher sur l’eau, deux fois sur le mammouth Wanyama et tous les Spurs réunis. Et si la planète foot redevenait bientôt trop petite pour lui ? Kyle Moonwalker.



Ils ont cru qu’ils affrontaient Huddersfield



Aymeric Laporte
Note de la rédaction
3
Note des lecteurs
1.4Moyenne de 358 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Il rêve des Bleus ? Il n'a récolté que des bleus. La faute à des pieds carrés qui l'ont vu octroyer deux passes décisives à Heung-min Son et lâcher Llorente au marquage sur le troisième but. Aymeric prend Laporte, en pleine tronche.


Danny Rose
Note de la rédaction
3
Note des lecteurs
2.8Moyenne de 234 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Le latéral gauche anglais court après son meilleur niveau depuis de longues années, et ce n'est pas ce soir qu'il l'a retrouvé. Il a souffert le martyr face à Bernardo Silva, en contrant notamment la frappe de ce dernier dans son but. Danny Morose.




Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Tottenham sort City au terme d'un match de dingo !




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:25 Griezmann fustige l'homophobie en une de Têtu 240