Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan 2017-2018

Les notes de la Ligue 1

Cette saison, on aura presque tout vu : des gens qui voulaient tout casser, d'autres qui se sont fait décalquer, des animaux disparus reprendre vie, des dinosaures s'éteindre, des Alsaciens à l'ouest, des Sudistes perdre le nord et même des Nordistes se dorer la pilule.

Modififié
Paris Saint-Germain (9) : Qui accorde encore le moindre mérite au fils de la maîtresse ? Il connaît les sujets à l’avance, il se fait aider pour les devoirs et on a peur de le noter sévèrement... Paris, c’est ce type de terminale qui vient déjà au lycée au volant de l’Audi de ses parents quand tu te fais encore cisailler l’antivol de ton troisième vélo de l’année.

AS Monaco (8) : Si Leonardo Jardim avait été le capitaine du Titanic, jamais il n’aurait coulé. Peu importe la saignée de son effectif, les moments de trou dans la saison, et la concurrence féroce de l’OL et l’OM, le Portugais a encore une fois dompté les vagues sans faire de bruit pour maintenir le navire à flot. Beau coup de gouvernail.


Olympique de Marseille (7,5) : Du cœur, de la générosité, des émotions et pas grand-chose au bout. Une saison aussi frustrante qu'encourageante. Le dernier cap à passer est de ne plus trembler contre les grosses cylindrées. Fini de se défouler sur les petits de la cour de récré, il est temps de se mesurer aux caïds.

Stade rennais (7,5) : Si Rennes était un homme, il serait probablement imberbe, coiffé avec la raie sur le côté et adepte du nœud papillon en soirée étudiante. La gueule de ne pas y toucher, et pourtant dans le film, c’est bien Paul Finch qui repart avec la mère de Stifler.

Amiens SC (7) : Le quagga. Le coelacanthe. Le rorqual d’Omura. Le sarrasin du mont Diablo. Le drycocelus australis. L’océanite maori. La chauve-souris des Philippines. Le CBO de McDonald’s. Le dab. Tout comme ces spécimens, on pensait la Licorne éteinte, la voilà ressuscitée.


Olympique lyonnais (7) : Une classe de SEGPA, avec « Jean-Mi » l’animateur qui essaye de se la jouer cool avec les jeunots. Beaucoup de conneries, beaucoup de fun, mais une année sur laquelle on se retourne quelques années plus tard en se disant qu’elle était quand même pas mal.

Girondins de Bordeaux (6,5) : Règle n°1 : toujours bien suivre la liste des fournitures scolaires. Or, les Girondins ont fait leur rentrée avec les mauvais outils : pas de crayon de couleur bleu pour faire les liserés, des feuilles doubles petits carreaux, un stylo plume qui bave, une équerre avec l’angle droit cassé, un sac à roulettes sans roulettes... heureusement que le père Noël est passé par là.

Dijon (6,5) : Affaibli cet été, on ne donnait pas cher de la peau du DFCO. Mais les Dijonnais sont des bonhommes. Ils ont pris une grande cuillère de moutarde forte, l’ont avalée sans trembler et ont regardé tous leurs adversaires dans les yeux sans verser une larme de douleur.


Saint-Étienne (6) : Un premier trimestre qui mérite un 4, et un second qui mérite un 8. Moyenne : 6. Simple comme bonjour les mathématiques. En même temps, quand on remplace Diony, Pajot, Lacroix et Janko par Berić, Mvila, Subotić et Debuchy, ça facilite les choses.

SCO Angers (6) : Dix soldats qui se contentent d’attendre un but de leur joueur star, Karl Toko Ekambi, pour gagner des matchs. Le football selon Olive et Tom.

Montpellier HSC (6) : Deuxième meilleure défense de Ligue 1, 17e attaque. Un très très gros derrière, de toutes petites dents. Montpellier, c’est le corps d’un diplodocus, en fait.


FC Nantes (5,5) : Le laideron qui se tartine de mascara pour masquer sa peau dégueulasse pendant des mois. Mais dès qu’on lui a confisqué sa trousse à maquillage, on a vite déchanté.

EA Guingamp (5,5) : Bonne bouille de scout, attachant comme un gamin, gentleman d’un côté, karatéka de l’autre, plus balle à blanc que Team Rocket, et un stade au nom de Pokémon bien caché dans les hautes herbes bretonnes. Bref, pas un Topdresseur, mais un bon PNJ de Ligue 1.


OGC Nice (5) : L’ennui quand on réussit quelque chose de fabuleux, c’est qu’après on en veut toujours plus. Troisièmes l’an dernier, les Aiglons chutent de cinq places et la sérénité du staff de Lucien Favre semble s’être transformée en mollesse. Nice n’est pas fait pour être trop calme.

RC Strasbourg (5) : Si pour vous, la fratrie Grimm possède une star et deux petits romanciers tombés dans l’oubli, et que Dimitri ressemble à un prénom de gaucher, c’est que vous avez vibré devant les matchs du RCS cette saison. La Ligue 1, l’unique endroit où la Meinau pause est agréable.


Troyes (4) : Ils font partie du trio soufflé. Metz avait sa petite maison de paille, Toulouse peut encore s’en sortir dans celle de briques, et il restait une place pour le cadet de la fratrie, celui qui pensait échapper aux loups de Ligue 1 jusqu’au dernier moment. En revanche, ce serait dur de dire qu’ils avaient une équipe en bois. Le Troyes petit cochon.

SM Caen (3,5) : Deux ans de suite qu’ils survivent à l’affrontement de fin de saison parce que le showrunner les aime bien. Lori, dans The Walking Dead. Attention, il sera difficile d’accoucher d’une troisième saison comme ça.


Lille LOSC (3) : Un bordel sans nom tout au long de la saison, avec des départs fracassants, des disputes, des larmes, des rebondissements, et une fin plutôt heureuse. Une telenovela.

Toulouse FC (3) : Sur le papier, le Téfécé est censé être une équipe pas trop dégueu avec des joueurs comme Gradel, Sanogo, Delort, Imbula, Durmaz, Diop, Jullien, Lafont. Mais ce sont juste des apparences. Un mannequin qui fait l’étoile de mer.

FC Metz (2) : « Cette fois-ci, c’est la dernière chance pour Metz d’y croire encore. » Cette phrase, on l’a dite dix fois, et les Grenats ont craqué à chaque fois. Respect éternel à Nolan Roux quand même.



Par Kévin Charnay et Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 90

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
À lire ensuite
On a lu La nuit des maudits