Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // CDM 1998
  2. // Finale
  3. // Brésil-France (0-3)

Les notes de la France

Grâce à une doublette Deschamps-Desailly imperméable et le feu d'artifice tiré par Zinédine Zidane, la France a éteint le Brésil pour s'asseoir sans trembler sur son trône. Merci les Bleus, merci Jacquet !

Modififié

France



Fabien Barthez
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
8.3Moyenne de 719 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Ce type qui marche au bord du ravin, le blagueur qui flirte avec le mauvais goût, le consommateur qui attend la date de péremption pour déguster son yaourt, le contribuable qui attend la dernière relance pour payer ses impôts. Le gardien des Bleus a poussé le vice jusqu'à la limite, attendant que les tirs brésiliens soient sur sa ligne pour les capter ou que Ronaldo soit lancé à pleine balle pour sortir.


Les notes du Brésil

Lilian Thuram
Note de la rédaction
6.5
Note des lecteurs
7.2Moyenne de 642 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Il s'est mis dans des conditions idéales en laissant filer Ronaldo puis Bebeto vers le but. Mais le doublé ne s'est jamais pointé au rendez-vous. Qu'importe, il a déjà rencontré l'amour sur le pré.


Frank Lebœuf
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
7.4Moyenne de 635 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Quel acteur ! Malgré un déficit capillaire évident, on a presque cru voir Laurent Blanc installé dans cette défense. Seul moment de doute : quand Barthez et lui se sont retrouvés face à face en début de match, ne sachant plus lequel devait embrasser l'autre.


Marcel Desailly
Note de la rédaction
8
Note des lecteurs
7.9Moyenne de 646 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Le Milanais a abattu un travail tellement monstrueux, qu'il a pris de l'avance en cours de match. Si bien que son expulsion à la 67e minute, alors qu'il se lançait seul dans un contre assassin avant de découper Cafu de manière non moins sanguinaire, est presque passée inaperçue.


Bixente Lizarazu
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
7.4Moyenne de 617 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Le coup du lapin bleu sorti du chapeau, ça marche à tous les coups. Et quand le magicien Zinédine tire d'une talonnade Bixente par les oreilles pour le présenter aux yeux du public, l'effet est toujours garanti. Problème : en voulant croquer la carotte Cafu et le navet Leonardo, le Basque s'est retrouvé une paire de fois pétrifié dans les phares d'une bagnole, ne sachant plus de quel côté aller.


Christian Karembeu
Note de la rédaction
6.5
Note des lecteurs
6.6Moyenne de 610 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Vexé de ne disputer que des bouts de match en début de compétition, troublé par les débats concernant sa Nouvelle-Calédonie après les accords de Nouméa, et blessé par les révélations sur ses ancêtres (exposés comme des « cannibales authentiques » lors de l'exposition coloniale de 1931), le Madrilène ne s'est jamais laissé submerger face au Brésil, malgré le courant auriverde. Avec quelques coups de pagaie à Roberto Carlos. Le canoë-kanak a tenu bon jusqu'à être remplacé par Alain Boghossian (56e), plus du genre rafting.


Didier Deschamps
Note de la rédaction
8
Note des lecteurs
8.2Moyenne de 643 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Souverain dans chacune de ses interventions, il a fait du milieu son palais. Rien n'est laissé au hasard, rien n'est dû à la chance, tout est calculé. Avec la fermeté d'un monarque, mais aussi la légitimité d'un capitaine plébiscité, il a présidé les destinées de son pays pour lui faire connaître la prospérité. En attendant de futurs mandats, place à la fête, puisqu'il y a une artère à descendre. Celle qui portera peut-être son nom dans 20 ans, l'avenue Deschamps-Élysées.


Emmanuel Petit
Note de la rédaction
8
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Tellement volumineux, Petit en est presque devenu encombrant. Du raffut au milieu de terrain pour bloquer Cafu, des projections dans la surface pour aller épauler Guivarc'h dans la surface quand Zidane détonnait, un dépannage en charnière centrale après le rouge de Desailly et se payant une passe décisive et un but pour l'apothéose. Et tout ça en se grillant des clopes dans le vestiaire à la mi-temps. Mais où pourra-t-on le ranger dans quelques années ?


Youri Djorkaeff
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
7.7Moyenne de 604 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
L'ancien Parisien a achevé une de ses plus belles compos, entre pressing incessant et passe décisive. Mais en ratant sa première reprise de la tête, il a laissé un autre soliste occuper le devant de la scène et ramasser les lauriers. Comme à propos de George Harrison chez les Beatles, les puristes diront que le vrai artiste de cette équipe était bien Youri. Suppléé par Patrick Vieira (74e) et ses grands compas.


Zinédine Zidane
Note de la rédaction
10
Note des lecteurs
9.7Moyenne de 872 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Un match, une légende. Ceux qui attendaient le futur Platini ont un énorme problème : ils devront à partir d'aujourd'hui se mettre en quête du futur Zidane...


Stéphane Guivarc'h
Note de la rédaction
6
Note des lecteurs
5.5Moyenne de 638 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Quel canular ! Il a cru jusqu'au bout qu'il disputait une finale de Coupe de France face aux Canaris nantais. Aimé Jacquet et les copains sont même allés jusqu'à inviter Guy Roux et mettre Jacques Chirac dans la confidence pour rendre l'opération crédible et retrouver enfin le meilleur buteur français de la saison. Mais au bout de deux duels, l'Auxerrois a compris qu'on s'était foutu de lui, comme ce pote qui débarque à une soirée de gala avec un déguisement de pirate. Remplacé par Dugarry (65e), qui avait lui apporté son plus beau colt en mousse pour compléter sa panoplie de cow-boy.




Par Mathieu Rollinger, sur le canapé familial à Yutz (Moselle)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article