Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Quarts
  3. // France-USA (1-2)

Les notes des Bleues

Une Diani remuante, une défense sous les balles, un réveil tardif : non, l'équipe de France n'aura pas réussi à se métamorphoser à l'heure de défier les États-Unis.

Modififié

France



Sarah Bouhaddi
Note de la rédaction
5
Note des lecteurs
5.2Moyenne de 652 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Plantée d’entrée par Rapinoe, elle est sortie de son canapé pour se la jouer Bonemine et mettre de l’ordre sur le village bleu. Résultat, elle a sauvé son clan devant Ertz, en sortant comme un doberman à deux reprises et en s’offrant un double arrêt monstrueux après l’entracte. Une Sarattatac sauvage, finalement capturée.


Les notes des États-Unis

Marion Torrent
Note de la rédaction
3
Note des lecteurs
2.7Moyenne de 667 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Attendue dans une version Arya Stark prête à mettre en pièces Megan Rapinoe et ses marcheuses blanches, elle s’est fait péter sa dague dès les premiers duels et a finalement passé la soirée à se faire agiter comme un shaker. Une vigile au Virgin Megastore un jour de début de soldes.


Griedge Mbock
Note de la rédaction
4
Note des lecteurs
4.5Moyenne de 630 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Pilier des soirées tricolores depuis quatre matchs, elle a vu ses platines se faire fracasser par Alex Morgan sur son premier duel et n’a jamais vraiment su retrouver le rythme. En retard dans ses interventions, souvent sur la corde, elle a préféré faire dans le air mixage. Le retour du David Guetta de l’Euro 2016.


Wendie Renard
Note de la rédaction
1 au sol. 10 dans les airs
Note des lecteurs
4.5Moyenne de 676 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Une coupe de Kiki qui l’aura aidée à inscrire un nouveau but de la tête, et c’est tout. Pour le reste, elle aura peiné à contenir une Morgan en fusion et à suivre les nombreuses courses offensives américaines. La Renard de Joël Cartigny, la chacripouille, rusée de près, piquante de loin.


Amel Majri
Note de la rédaction
4.5
Note des lecteurs
4.5Moyenne de 654 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Une tronche à se battre pour un totem dans la gadoue, des courses dans tous les sens, autant de ballons perdus que de ballons grattés, de l’envie, de la rage et une araignée glissée dans le tanga de Tobin Heath. Mimi-Siku était de retour à Paris et rien n’a changé : c’est fou, ça fait sourire, mais quel bordel !


Elise Bussaglia
Note de la rédaction
4.5
Note des lecteurs
3.6Moyenne de 619 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Il y a les Elise qui font trembler les grandes puissances sur une chaîne publique. Et celles qui tremblent elles-mêmes. Handicapante pour les États-Unis offensivement, handicapée pour la France défensivement. Un drôle de cas.


Amandine Henry
Note de la rédaction
5.5
Note des lecteurs
5.8Moyenne de 661 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Lumière des Bleues tout au long du Mondial, elle a peiné à impulser le rythme au pressing tricolore et à s'insérer durablement dans les mailles américaines. Capitaine abandonnée, mais toujours Gold.


Kadidiatou Diani
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
6.5Moyenne de 666 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Plus Lemonade que Sandcastles, Queen D a de nouveau régalé dans la profondeur et a plusieurs fois renversé Crystal Dunn. Avec quoi ? De tout : un frisson de plaisir, des centres à gogo, de la générosité, des appels ingénieux, et... toujours pas de but. Une Diani presque parfaite.


Gaëtane Thiney
Note de la rédaction
4.5
Note des lecteurs
4.1Moyenne de 626 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Punie face au Brésil, elle s’est souvent frittée dans le vide avant d’ouvrir des brèches en seconde période et de sonner la révolte française. Elle a alors fini la nuit avec un casque sur les oreilles et la nonchalance joyeuse d’une festivalière. Gaëtane Impala.


Eugénie Le Sommer
Note de la rédaction
3
Note des lecteurs
2.4Moyenne de 655 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
L’épisode de FBI : Portés disparus le plus long de l’histoire et pas vraiment le plus excitant. Déconnectée dans le jeu depuis le deuxième match, elle a une nouvelle fois passé sa soirée à servir de trampoline à l’adversaire sans vraiment être un confort pour ses copines. Le Sommier usée, remplacée par Viviane Asseyi (82e), venue jouer le marteau, mais incapable de taper sur le clou. Rageant.


Valérie Gauvin
Note de la rédaction
5
Note des lecteurs
3.8Moyenne de 608 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Un peu partout et nulle part à la fois. La France aura eu Guivarc’h en 1998, Giroud en 2018, voilà Gauvin en 2019. C’est donc ça le point G ? Remplacée par Cascarino (76e), en vraie Delphine de vigueur.




Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39