Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Espagne/Italie (1-0)

Les lacets arc-en-ciel de la Nazionale

Hier soir, pour le remake de la finale du dernier Euro et les grands débuts de Diego Costa avec la Roja, on a surtout eu droit à une bourde de Gianluigi Buffon. Le match amical entre l’Espagne et l’Italie (1-0) a également été marqué par quelques curiosités vestimentaires. Outre l’immonde nouveau maillot extérieur d’Iniesta and co, on a vu Cesare Prandelli et Lorenzo Insigne arborer des lacets aux couleurs de l’arc-en-ciel. Voici pourquoi.

Modififié
Placés juste avant le sprint final de saisons au calendrier surchargé, les matchs amicaux du mois de mars ne présentent qu'un intérêt relatif (sauf pour ceux qui doivent encore se battre pour une place dans l'avion pour Rio, bien sûr). Malgré des affiches souvent alléchantes, ces rencontres virent généralement (comme l'a prouvé le coaching de Van Gaal) à la revue d'effectif, la seule préoccupation des sélectionneurs étant d'effectuer le maximum de remplacements autorisés par la FIFA. Depuis plusieurs années, ces matchs permettent surtout aux équipes nationales d'étrenner leurs nouvelles liquettes. À quelques semaines de la Coupe du monde au Brésil, la rencontre entre l'Espagne et l'Italie d'hier soir (1-0) n'a pas échappé à la règle, puisque les deux sélections dévoilaient respectivement leurs tenues away et domicile. Là où l'équipementier de la Squadra Azzurra a plutôt versé dans la sobriété, les Espagnols se sont eux pointés sur la pelouse de Vicente Calderón déguisés en arbitres, un maillot noir et jaune fluo sur le dos. Moins flagrante, une autre curiosité vestimentaire a pu attirer l’attention des spectateurs à la vue la plus perçante. Lorenzo Insigne (sur le banc hier soir) et Cesare Prandelli arboraient des lacets aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Une campagne lancée par un bookmaker irlandais

Comme Daniele Dessena et un certain Davide Moscardelli. Depuis le 22 février, l'attaquant de Bologne foule en effet les pelouses de Serie A avec ces lacets multicolores aux pieds. Plus qu'une énième excentricité de la part de cet ancien du Chievo célèbre pour sa barbe à faire pâlir le premier bûcheron venu, Davide Moscardelli joue les têtes d'affiches de la campagne Allacciamoli ( « Attachez-les » , en VF). À l'occasion de la 25e journée de championnat, tous les joueurs de Serie A se sont vu distribuer des lacets arc-en-ciel (comme les couleurs du drapeau du mouvement Lesbienne Gays Bi et Trans) qu'ils étaient invités à porter pour manifester leur soutien à la lutte contre l'homophobie. À l'origine de cette initiative, on trouve Paddy Power (un bookmaker irlandais), deux associations italiennes œuvrant pour les droits de la communauté LGBT et la Fondazione Cannavò. Le tout avec la bénédiction du comité olympique italien et de Damiano Tommasi, aujourd'hui président du syndicat des joueurs transalpins. Si cette campagne fait parler d'elle ces jours-ci en Italie, elle a été initiée outre-Manche en début de saison. Paddy Power toujours et le lobby gay Stonewall avaient fait expédier les lacets colorés dans les 134 clubs professionnels que comptent l'Angleterre, l'Écosse et le pays de Galles. Pour un accueil mitigé. Presque la moitié des clubs de Premier League avaient en effet refusé de participer à l'opération en guise de représailles contre le bookmaker, coupable d'avoir moqué plusieurs joueurs dans des campagnes d'affichage publicitaire (Fernando Torres en tête). Le week-end du 21 et 22 septembre, un certain nombre de joueurs se prêtent finalement au jeu. Citons Olivier Giroud, toute l'équipe d'Everton (qui compte parmi ses sponsors… Paddy Power), John Arne Riise ou encore l'entraîneur de Newcastle Alan Pardew. Joey Barton faisait lui aussi partie de ceux-là. Celui que l'on savait sensible à la cause LGBT depuis les mots doux adressés à Thiago Silva (ce « ladyboy en surpoids » ) a même été contacté directement par le bookmaker irlandais pour promouvoir la campagne qui s'appelait là-bas Rainbow Laces.

« Je ne veux pas devenir un symbole »

Mais si l'initiative a rencontré un certain succès en Angleterre, elle a démarré dans la confidentialité en Italie. Avant d'être propulsée sur le devant de la scène médiatique suite à une polémique. Malgré tous ses efforts, Davide Moscardelli s'est fait voler la vedette par Daniele Dessena, un ancien international Espoirs aujourd'hui à Cagliari. À l'occasion du déplacement des Sardes sur le terrain de l'Inter le 23 février dernier, le milieu de 26 ans avait choisi de porter les lacets arc-en-ciel. Un geste loin de faire l'unanimité dans un pays où résonnent encore les propos lancés par Antonio Cassano avant l'Euro 2012. Interrogé sur la présence éventuelle de joueurs gays en équipe d'Italie, l'actuel attaquant de Parme déclarait alors : « S'ils sont pédés, c'est leur problème. Mais j'espère qu'il n'y en a pas en Nazionale. » Dans la foulée d'Inter-Cagliari, Daniele Dessena réaffirme son engagement, ce qui lui vaut de devenir la cible d'insultes proférées par des internautes, notamment sur une page Facebook réservée aux fans de Cagliari. Depuis, l'ancien joueur de la Sampdoria est devenu le porte-parole de cette campagne bien malgré lui. « Je suis heureux d'avoir apporté mon soutien à une cause en laquelle je crois. C'était un geste simple, mais significatif, explique-t-il à la Repubblica. J'ai choisi de répondre aux insultes, je ne pouvais pas laisser courir […]. Je ne veux pas devenir un symbole pour autant, jugez-moi uniquement en tant que footballeur. Mais ça ne m'empêchera pas de toujours dire ce que je pense. » Celui qui a une compagne et un fils de trois ans poursuit dans la Stampa : « Je ne pensais pas que deux lacets colorés suffiraient à déclencher la polémique. Cela montre à quel point la société italienne est arriérée. »


Daniele Dessena convoqué en Nazionale ?

Le week-end suivant, trois de ses coéquipiers arborent les fameux lacets, tout comme Radja Nainggolan, transféré de Cagliari à la Roma au mercato hivernal. Dans tout le pays, les marques de solidarité se multiplient, si bien que l'histoire finit par arriver aux oreilles de Cesare Prandelli et de la Fédération italienne. Il y a quelques jours, Giancarlo Abete, le président de la FIGC, répond favorablement à l’invitation des organisateurs de la campagne. Une « campagne juste » pour Gianluigi Buffon qui pose avec les lacets arc-en-ciel, bientôt imité par Davide Astori. À l’occasion de la présentation des nouveaux maillots de l’équipe d’Italie, Cesare Prandelli choisit lui de nouer les lacets multicolores autour de son micro et de son poignet droit. Pas étonnant de la part d’un sélectionneur italien aussi attaché au beau jeu qu'au code éthique qu'il a mis en place à son arrivée à la tête de la Squadra Azzurra. Pas étonnant de la part de celui qui ne cesse de prôner la tolérance et exige de ses joueurs un comportement exemplaire. Daniele De Rossi en sait quelque chose. Auteur d'un nouveau dérapage (un coup de poing donné à Mauro Icardi), le Romain n'a pas été appelé pour disputer Espagne - Italie. Mais avec Cesare Prandelli, il n'y a pas que le bâton, il y a aussi la carotte. On se souvient ainsi de la convocation de Simone Farina fin mai 2012. Dans le cadre du scandale du Calcioscommesse, cet obscur joueur de Serie B s'était vu proposer 200 000 euros pour truquer le résultat d'un match de Coupe d'Italie. Le milieu de Gubbio avait finalement dénoncé la tentative de corruption. Un geste que Cesare Prandelli n'avait pas manqué de saluer en invitant Farina à Coverciano pour le dernier rassemblement de la Nazionale avant l'Euro. À en croire la conférence de presse donnée lundi par l'entraîneur italien, Daniele Dessena pourrait avoir droit à la même récompense. Mais la vraie récompense, Daniele Dessena l'a eue dès hier soir, en voyant les couleurs arc-en-ciel sur le poignet droit de Cesare Prandelli et les chaussures du petit Lorenzo Insigne.

Par Arnaud Di Stasio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE