Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Les internationaux espagnols et le fisc

Modififié
Les impôts et les footballeurs de la Liga, ça commence à devenir une vraie love story.

Après le scandale qui a touché Lionel Messi la saison passée, le fisc espagnol vient de lancer une enquête contre une flopée de joueurs de la Roja, et pas des moindres. Selon le quotidien espagnol El Mundo, Sergio Ramos, Iker Casillas, Xabi Alonso, Gerard Piqué, Carles Puyol et Andrés Iniesta seraient coupables d'avoir soustrait à l'impôt une partie de leurs revenus liés aux droits d'image.

En effet, les joueurs cités auraient utilisé des sociétés-écrans pour faire transiter une partie plus importante de leurs salaires par la loi de 1996, autorisant les footballeurs à faire passer 15% de leurs revenus en droit d'image et les déduire de leurs impôts. Toujours selon la même source, plusieurs de ces joueurs auraient chargé leur représentant de négocier directement avec le Trésor public pour éviter un nouveau scandale.


Pas de bol, ça a fini par se savoir.
AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié