Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // 8es
  3. // Brésil-Mexique (2-0)

Les héros de l’ombre

Alors que toute la lumière continue d’être braquée sur Neymar, la défense brésilienne a brillé de mille feux contre le Mexique. En écœurant la Tri, les partenaires de Thiago Silva ont prouvé qu’ils étaient la clé de voûte de la réussite auriverde.

Modififié
Le nul subi contre la Suisse (1-1) avait fait couler beaucoup d’encre au Brésil. À commencer par Cafu, qui voyait Thiago Silva responsable de cette contre-performance : « Le temps de Thiago Silva est révolu. Marquinhos doit jouer avec Miranda, dans l’axe. Il est meilleur à la relance, plus rapide et, surtout, il a plus de qualités pour aller couvrir les montées des défenseurs latéraux  » , lâchait le champion du monde 1994 après la rencontre.


Un scud qui n’a pas ébranlé Tite, lequel n’a effectué de changement que dans les couloirs – la faute aux blessures de Marcelo et Danilo. Résultat : aucune contre-performance à signaler et une Seleção qui sort des poules avec l'une des meilleures défenses de la compétition. En dehors du but de Zuber initié sur corner, Alisson n’a en effet jamais eu à se retourner pour ramasser la balle dans ses filets.

Relâcher la pression et faire le boulot


Pendant ce temps-là, les regards restent braqués sur Neymar, sa coupe de cheveux, son manque d’efficacité offensive et ses roulades à répétition. Pas simple à gérer pour l’attaquant parisien, mais idéal pour la défense brésilienne qui peut se préparer sereinement au moment d’affronter un Mexique remonté à bloc et convaincu de sa capacité à briser la malédiction des éliminations en huitièmes. Sauf que la première demi-heure de jeu n'est pas allée dans ce sens.


Le Brésil jouait en effet en marchant, et la Tri se créait les meilleures occasions... sans jamais pouvoir assurer un avant-dernier geste correct qui lui aurait permis de prendre l’ascendant psychologique. Un signe. Une prémonition. Car de la fin de la première mi-temps jusqu’au coup de sifflet final, la pression s’est inversée. Et c’est Guillermo Ochoa qui s'est retrouvé – comme souvent – sollicité en permanence, la faute à la porosité de sa ligne défensive.

Alisson tranquille


De son côté, Alisson a vécu un match relativement tranquille. Sur les ailes, Fagner et Filipe Luís se sont chargés de bloquer les assauts perpétrés par Vela et Lozano. Et si le second se l'est joué moins offensif que Marcelo, le premier a contribué à l’offensive brésilienne en tentant quelques percées sur le flanc droit. En regardant l’axe, Cafu devait probablement regretter amèrement ses paroles sur Thiago Silva. Car dans ce huitième de finale, le Parisien – qui portait à nouveau le brassard de capitaine – a confirmé qu’il était toujours O Monstro. Dans la lignée de ses performances face à la Serbie (où il marque d’ailleurs le but du break) et au Costa Rica.


Un seul tir cadré pour le Mexique et une énorme claquette d’Alisson à l’heure de jeu suffisent à comprendre que l’inefficacité offensive de la Tri ne pouvait que se payer cash. Derrière une attaque jeune et flamboyante, la défense brésilienne se caractérise actuellement par un paquet d’années d’expérience et une complémentarité hors normes, à l’image des changements forcés effectués par Tite. Si la Belgique se qualifie ce lundi soir face au Japon, une chose est sûre : le quart de finale qui s’ensuivrait devrait être profondément intense.

Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo

Dans cet article


il y a 2 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 26 minutes Neymar lance son propre jeu de foot 17
il y a 3 heures La statue de Falcao 21 il y a 3 heures Un Ballon d'or créé pour les femmes 28 il y a 6 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 4
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi