Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Demies
  3. // Angleterre-USA (1-2)

Les États-Unis sèchent l'Angleterre et filent en finale

Une nouvelle fois, les États-Unis ont douté, n'ont pas tout maîtrisé et se sont fait peur. Mais une nouvelle fois, le destin a choisi son camp : dans un Groupama Stadium transformé en lieu de kermesse, la bande de Jill Ellis a décroché mardi soir son ticket pour une troisième finale de Coupe du monde consécutive en écartant une Angleterre (2-1) courageuse, qui aura lutté, raté un penalty et terminé la rencontre à dix.

Modififié

Angleterre 1-2 États-Unis

Buts : White (19e) pour l'Angleterre // Press (10e) et Morgan (31e) pour les États-Unis.

L'affiche promettait le Cirque du soleil, Lyon aura vu du Medrano. Oui, tout le monde attendait beaucoup de cet Angleterre-États-Unis, et personne ne peut être déçu ce soir. Car on aura vu : vu les filles de Neville s'arracher contre le pressing américain et un destin qui avait décidé de se retourner contre elle, vu la bande de Jill Ellis s'en sortir sans sa capitaine Rapinoe, mystérieusement posée sur le banc au coup d'envoi, mais aussi vu un match de foot à la hauteur de l'évènement. Tout n'était pas propre, tout n'était pas parfait, mais cette demi-finale aura été aussi suffocante que le ciel lyonnais des derniers jours. Et à la fin, ce sont les États-Unis qui gagnent, évidemment.

Morgan, la trente glorieuse


Un festival de combinaisons d’un côté, des sorties de balle foireuses de l’autre : si Ellen White avait annoncé lors de l’apéro médiatique qu’elle venait à Lyon avec ses copines pour « tout flinguer » , les Anglaises débutent plutôt leur mardi soir par des petites courses et avec un revolver sur la tempe. Dans cette Coupe du monde qui se vit pied au plancher, les Américaines, avec Christen Press à la place de Rapinoe, retrouvent leur désir des premiers jours et attrapent les Lionnes de Neville par la crinière. Dès la première minute, c’est l’angoisse : Houghton relance plein axe et met un coup à la réputation d’une Angleterre attendue solide et prête à assumer son statut de meilleure défense du tournoi. Une étiquette rapidement déchiquetée par l’armada offensive américaine, Tobin Heath enchaînant les sucreries et Rose Lavelle transformant Demi Stokes en jouet après seulement quatre minutes avant d’allumer une Telford titulaire de dernière minute après la blessure à la cuisse de Karen Bardsley. Un avertissement sans frais ? Non, une première lame : étouffée et incapable de respirer correctement, l’Angleterre est sur une corde et en tombe rapidement, Press venant parfaitement conclure de la tête une combinaison royale (0-1, 10e).


L’effet ? Si Lucy Bronze continue de se faire secouer dans tous les sens par Press et si Lavelle poursuit sa balade entre les lignes anglaises, Phil Neville voit quand même ses filles se rebiffer, et vite. Dans un Groupama Stadium transformé en espace de kermesse, Nikita Parris s’arrache pour gêner la paire Sauerbrunn-Dahlkemper, Rachel Daly s’agite sur une Dunn faiblarde et neuf minutes seulement après le coup de Press, Ellen White croque son sixième but en cinq matchs au bout d’un super centre de Mead (1-1, 19e). Cette Team USA sait piquer, mais aussi craquer. Becky Sauerbrunn est à deux doigts de nettoyer la lucarne de sa propre gardienne quand, dans le même temps, Lavelle fait suer une seconde fois Telford. Finalement, le coup de chaud est pour la demi-heure de jeu, moment choisi par Alex Morgan pour venir souffler la bougie de ses trente ans sur une ouverture gâteau de Lindsey Horan (1-2, 31e). Les Lionesses ont deux balles dans le corps, n’ont touché qu’une fois la cible adverse malgré une énorme flèche de Walsh cassée par Naeher, mais alerte : elles bougent encore.

Infernal destin


Et parfois trop, à l’image d’un Phil Neville excité dans son gilet de costume et plusieurs fois rattrapé au vol par la quatrième arbitre. Et alors ? Une demi-finale de Coupe du monde se vit, se joue et se boucle surtout sans regret. Problème, si White récupère une demi-occasion au retour des vestiaires, l’Angleterre est de retour dans la galère et peine à s’extirper du pressing sauvage américain, ce qui est encore plus difficile lorsque votre patronne – Millie Bright – possède l’équivalence technique (mais aussi la puissance physique) de Phil Jones et que votre gardienne s’éclate à enchaîner les relances suicidaires.

Rebelle, Ellen White ne lâche malgré tout pas le steak et enfile pour la deuxième fois de la soirée les lunettes volées à Anthony Modeste : la VAR vient lui retirer dans la foulée pour un hors-jeu léger. Puis, se pointe de nouveau à neuf minutes de la fin pour offrir un penalty à l'Angleterre après une faute de Sauerbrunn sur White. Résultat ? Un échec dans la moiteur lyonnaise, Steph Houghton balançant sa tentative dans les gants de Naeher. Neville explose, brasse l'air comme un contrôleur aérien, mais voit son avion se crasher : Millie Bright se fait expulser dans les dernières minutes, les États-Unis ne desserrent pas les mains. La Team USA verra sa troisième finale de Coupe du monde consécutive.


Angleterre (4-4-2) : Telford ; Bronze, Houghton, Bright, Stokes ; Daly (Stanway, 89e), Walsh (Moore, 71e), Scott, Mead (Kirby, 58e) ; Parris, White. Sélectionneur : Phil Neville.

États-Unis (4-3-3) : Naeher ; O'Hara (Krieger, 88e), Dahlkemper, Sauerbrunn, Dunn ; Horan, Ertz, Lavelle (Mewis, 65e) ; Heath (Lloyd, 81e), Morgan, Press. Sélectionneuse : Jill Ellis.


  • Résultats et classements de la Coupe du monde

    Par Maxime Brigand, au Groupama Stadium
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
    Partenaires
    Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
    vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
    À lire ensuite
    Les notes de l'Angleterre