Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. F
  3. // États-Unis-Chili (3-0)

Les États-Unis gobent le Chili

25 frappes, 68% de possession de balle, trois buts marqués et une gardienne adverse élue femme du match : oui, les États-Unis ont encore arrosé dimanche (3-0) et ont fait souffrir un Chili nettement inférieur.

Modififié

États-Unis 3-0 Chili

Buts : Lloyd (11e, 35e) et Ertz (26e) pour les États-Unis.

Spoiler : il n'y a pas eu de match. Confirmation : les Américaines ont décidé d'en mettre partout et l'ont encore fait aujourd'hui, au Parc des Princes, face à un Chili nettement inférieur, mais qui aura réussi l'exploit de tenir le 0-0 sur la seconde période. Pour le moment, l'aventure de la bande de Jill Ellis est une balade froide, cynique, qui se déroule sous les yeux du monde sans la moindre secousse. Alors, on cherche ailleurs et on se dit que dans leur course aux records, les États-Unis n'attendent désormais qu'une chose : dépasser le nombre de buts inscrits par une équipe lors d'une phase de poules. Celui-ci est pour le moment détenu par la Norvège (17 buts en trois matchs, en 1995). Les États-Unis sont déjà à 16 buts.

L'important, c'est de consommer


Dimanche, au Parc, les États-Unis ont offert deux visages. Celui marqué d'un obèse – casquette de trucker sur la tête, un stars and stripes noué au poignet – martyrisant un paquet de chips en plein cagnard et celui d'une brunette en maillot agitant une écharpe avec un sourire brillant. Des États-Unis ventripotents, des États-Unis attendrissants. C'est pourtant sans bipolarité que la team USA a déboulé sur Paris, mais en respectant une ligne de conduite commune : l'important, c'est de consommer. Jill Ellis effectue sept changements pour faire danser le Chili, mais les États-Unis entament malgré tout leur match avec une belle gueule, le tout dans une ambiance de meurtre. « Elles sont en mission » , disait Ellis après la victoire contre la Thaïlande et la confirmation ne tarde pas à venir. Morgan Brian déclenche une première alerte sur le but d'Endler après moins de deux minutes, la toile américaine se tisse progressivement et Lloyd, titulaire à la place d'Alex Morgan, touche même le poteau de la gardienne du PSG.


S'il existe mille façons d'enfoncer un adversaire, les Américaines optent cette fois pour les airs. À la douzième minute, Abby Dahlkemper déclenche un énième mouvement, la défense sud-américaine repousse comme elle peut la vague et Carli Lloyd surgit pour faire sauter une première fois le compteur d'une belle volée du gauche. La suite de la première période est une démonstration de flexibilité et, avant de rentrer aux vestiaires, Ertz et Lloyd décollent à sept minutes d'intervalle pour donner une avance de trois buts au gang américain. Facile et sans secousse, à l'exception d'une petite frayeur : sur un coup franc coquin de Soto, Guerrero, bien aidée par une boulette monstre de Naeher, passe tout près de réduire la marque pour le Chili, mais le but de la centrale du Rayo Vallecano est logiquement refusé pour un hors-jeu. 3-0 à la pause, l'affaire est entendue.

Endler en résistante


Et celle-ci prend la tournure prévue : Ellis et les États-Unis gèrent leur supériorité sans se fatiguer, avec dans un coin de la tête la finale du groupe F prévue contre la Suède jeudi prochain, ce qui n'empiète pas sur le rythme de la seconde période. Cette équipe est venue en France pour tout gober et le prouve de nouveau, Christiane Endler sauvant (encore) ce qu'il est possible de sauver devant Horan et Press. Jill Ellis continue de mobiliser la totalité de son groupe, range rapidement Ertz et Horan, et voit Jessica McDonald cogner le poteau gauche chilien, puis Lloyd toucher la barre. Le Chili est étouffé dans sa surface, les États-Unis passent la deuxième mi-temps comme à l'entraînement, en faisant admirer leur jeu de passes, leurs permutations et les capacités élastiques d'Endler, piñata très solide. Gourmandes, les Américaines arrachent même un penalty à neuf minutes de la fin à la suite d'une faute de Huenteo sur Brian. Résultat ? Carli Lloyd le recrache à côté, laissant le Chili s'offrir 55 minutes sans encaisser un but. Deux matchs, deux victoires, six points, aucun but encaissé et 16 buts marqués : les affaires courantes.


États-Unis (4-3-3) : Naeher - Krieger, Dahlkemper (Sonnett, 82e), Sauerbrunn, Davidson - Brian, Ertz (McDonald, 46e), Horan (Long, 59e) - Press, Lloyd, Pugh. Sélectionneuse : Jill Ellis.

Chili (4-3-3) : Endler - Galaz, Guerrero, Saez, Toro - Soto (Lopez, 46e), Araya, Lara (Pardo, 88e) - Zamora, Urrutia (Huenteo, 68e), Balmaceda. Sélectionneur : José Letelier.


Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
À lire ensuite
Pays-Bas, dragée haute