Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan 2017-2018

Les dix moments fous de la saison de Premier League

Des adieux, des buts, une couronne brisée sur la première marche et un héros inattendu qui se révèle sur les dernières : cette saison, comme d'habitude, la Premier League a dégueulé de richesses.

Modififié

Le jour où le roi a été renversé

J1 - Chelsea 2-3 Burnley

Un cadre parfait pour défendre une couronne : le 12 août, Chelsea reçoit Burnley au Bridge et repart au boulot en sifflotant, un cure-dent calé sous la canine. Pourquoi flipper ? Les Clarets sont allergiques au voyage (une petite victoire à l’extérieur lors de la saison précédente) et les Blues sont tenants du titre. Tout ça a l’allure d’une simple remise en route, donc. Puis, la tête qui vient percuter le sol : après quarante-trois minutes de jeu, Burnley mène 3-0, Chelsea est déjà à dix et finira la rencontre à neuf avant de rentrer se planquer avec une première défaite dans le nez (2-3). Après la rencontre, Antonio Conte explose : « Lors de nos trois derniers matchs officiels, on a terminé deux fois à dix et aujourd’hui, on finit la rencontre à neuf. » Puis, c’est les mots lâchés durant l’été par l’entraîneur italien qui reviennent en tête : des critiques sur le mercato, des tensions avec son board de plus en plus difficile à masquer... C’est surtout le ton de la saison qui est donné, celui d’un exercice où l’on verra Chelsea zigzaguer entre le bon et le moins bon, remporter une FA Cup au printemps face à Manchester United (1-0), bousculer le Barça en Ligue des champions, mais surtout finir cinquième de championnat, soit sans qualification pour la C1. Burnley, de son côté, va faire sauter les attentes.



Le jour où la triplette rouge est née

J3 - Liverpool 4-0 Arsenal

« Un désastre absolu. » Comment ça, Arsène ? « Oui, tout a été de travers aujourd’hui. De la première à la dernière minute, nous n’avons pas été au niveau que requiert une telle rencontre. On a été absents physiquement, techniquement, mentalement et on a été punis. C’est aussi simple que ça. Le résultat n’est que la conséquence de notre performance. » Pour retrouver les premières traces de morsure du cerbère offensif de Jürgen Klopp, il faut revenir à ce Liverpool-Arsenal de fin août : un jour où les Gunners ont effectivement tout fait pour se faire désaper et où l’on aura vu pour la première fois Roberto Firmino, Sadio Mané et Mohamed Salah éclater ensemble. Un but chacun et une dépouille sous les pattes, l’Angleterre vient de prendre une première vague dans le bec.

Vidéo


Le jour où City a fait tomber les mâchoires

J5 - Watford 0-6 Manchester City

Elton John venu faire un tour à Vicarage Road, le City de Guardiola a profité de son séjour pour briser les cœurs : victorieuse une semaine plus tôt de Liverpool à domicile (5-0), la bande saccage Watford grâce notamment à un triplé de Sergio Agüero (0-6), dont un délicieux troisième but, et prend les commandes du championnat pour ne plus jamais les lâcher. La démonstration est totale, brutale et fait pendre la langue de l’Angleterre du foot. La suite ? Une fessée donnée à Palace (5-0), une autre à Stoke (7-2), une victoire passation de pouvoir à Chelsea (0-1) et une invincibilité conservée jusqu’à la mi-janvier. De là, une question sort de toutes les bouches : avait-on déjà vu une telle équipe en Premier League ?



Le jour où Crystal Palace a marqué son premier but

J8 - Crystal Palace 2-1 Chelsea

Au matin du 14 octobre, voilà l’allure de Crystal Palace : sept matchs joués, sept défaites, aucun but marqué, dix-sept encaissés et un coach – Frank de Boer – balancé par-dessus bord, puis remplacé par le dinosaure Roy Hodgson. Du jamais-vu. Ce jour-là, pourtant, à Selhurst Park, le club londonien se rebiffe et enfonce Chelsea (2-1) dans le sillage d’un excellent Wilfried Zaha et d’un exemplaire Luka Milivojević. Une première victoire qui change pas mal de choses et lance l’opération héroïque des soldats du Roy malgré une pile de blessures et un buteur, Christian Benteke, qui n’aura planté que trois fois sur toute la saison. Au bout de la course, Palace finira onzième de Premier League, devenant ainsi la première équipe du pays à sauver sa tête après avoir perdu ses sept premiers matchs de la saison depuis 118 ans. Indélébile.



Le jour où Manchester United a ôté son masque

J9 - Huddersfield Town 2-1 Manchester United

Que vient-il de se passer ? « L’écriture d’un nouveau chapitre dans un conte de fées » , répond sur le moment David Wagner. À comprendre : une première défaite de la saison infligée à Manchester United (2-1) et le premier tour de force du surprenant promu qu’aura été tout au long de la campagne Huddersfield Town. Pour United, c’est autre chose : le masque qui tombe sur une équipe capable de battre n’importe qui, et qui aura d’ailleurs battu au moins une fois chaque adversaire cette saison, mais aussi de chuter face à n’importe qui (soit tous les promus – Brighton, Newcastle et Huddersfield). Au printemps, José Mourinho formulera la chose ainsi : « Nous sommes les maîtres du football compliqué. » Difficile à contredire, et Manchester United aura également gagné la bataille de la frustration.


Le jour où le bordel a gagné face à la raison

J20 - Bournemouth 3-3 West Ham

Un vrai souk, avec tout ce qu’il faut : un terrain défoncé, un but de James Collins, une saloperie de boulette d’Asmir Begović, des erreurs arbitrales, une égalisation à la dernière minute de la main... Ou la preuve définitive que le foot est meilleur qu’une bûche flinguée. Le 26 décembre, Bournemouth et West Ham s’offrent une bataille délicieuse (3-3) dans un match hyper précieux pour le maintien des deux équipes en Premier League. Un parfait résumé de ce que peut être le Boxing Day.



Le jour où Liverpool a déréglé (une première fois) la City

J23 - Liverpool 4-3 Manchester City

Voilà ce qu’en dit Jürgen Klopp, tout en mesure : « C’est un match historique dont on pourra encore parler dans vingt ans. C’est incroyable. » Irréfutable : pour ouvrir 2018, la Premier League voit Liverpool démonter Manchester City à Anfield (4-3), inscrire trois buts en neuf minutes et se faire peur tout seul en fin de match avant de déguster la première défaite de la saison des hommes de Pep Guardiola. Cette rencontre est sans aucun doute la plus belle de l’année, mais aussi un condensé parfait de la faiblesse des organisations défensives dans le championnat. Après le combat, Klopp ne dira pas autre chose, mais retiendra un autre truc : « What the fuck was that ? » De la folie, Jürgen, de la folie.

Vidéo


Le jour où Lewis Dunk est entré dans l'histoire

J28 - Brighton 4-1 Swansea


Qui ? Lewis Dunk, 26 piges, né à Brighton, supporter de Brighton et mouette historique. C’est tout ? Non, c’est bien plus que ça : car si le défenseur des Seagulls est avant tout un bon joueur de foot, il est aussi entré dans l’histoire de la Premier League en marquant contre son camp face à Swansea fin février. Tout simplement car il s’agissait là de son quatrième csc de la saison après ceux claqués contre Manchester City, Liverpool et Manchester United. Voilà comment Dunk a égalé le record de buts contre son camp inscrits sur une saison par un seul joueur détenu par Martin Škrtel depuis l’exercice 2013-2014. Slam Dunk.


Le jour où on a vu Paul Pogba se transformer

J33 - Manchester City 2-3 Manchester United

Un hommage à Diana Ross au milieu de l’Etihad. Le 7 avril, Manchester City accueille son voisin de United avec l’ambition de célébrer le cinquième titre de champion de son histoire. Pendant trente minutes, c’est la démonstration : la troupe de Mourinho se fait avaler par les vagues locales et se retrouve rapidement menée 2-0. Puis, à la mi-temps, dans le vestiaire, le Portugais regarde ses joueurs : « Je ne veux pas qu’on passe pour des clowns et qu’on termine la journée en les regardant célébrer leur titre. » La suite ? Un retournement de sablier : en dix minutes, Paul Pogba, transparent en première période avant de se transformer en cannibale, inscrit deux buts et remet Manchester United à l’endroit. Dans la foulée, Chris Smalling soulève le scénario et retarde ainsi le titre de l’ennemi d’une semaine (2-3). Un truc à retourner le moindre estomac.



Le jour où Darren Moore s’est fait un nom

J37 - West Bromwich 1-0 Tottenham

Sale saison vécue par West Bromwich Albion, présent dans l’élite depuis l’été 2010 et qui aura grillé trois coachs (Pulis, Pardew, Megson) avant d’installer Darren Moore à la barre de l’équipe première en fin d’exercice. Résultat ? En six matchs dirigés, l’ancien joueur du club (2001-2006) empile trois victoires et deux nuls avant de céder lors de la dernière journée face à Crystal Palace (2-0). Mieux : Moore s’offre le scalp de Manchester United à Old Trafford (0-1), voit ses joueurs accrocher Liverpool (2-2) et s’offrir deux victoires de prestige à Newcastle (0-1) et face à Tottenham (1-0), ce qui est tout sauf à sous-estimer. Le 8 mai, le natif de Birmingham est même nommé entraîneur du mois le jour où la relégation des Baggies en Championship est officialisée. Triste, mais suffisant pour être confirmé à son poste. À suivre.


Hors catégorie : le jour où Arsène Wenger s'est éclipsé de l'Emirates

J37 - Arsenal 5-0 Burnley

Sans modération.

Vidéo


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE