Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Groupe A
  3. // France-Albanie

Les clés de France-Albanie

Cette fois, il faut prendre conscience que l'Euro a bien commencé. Dans la continuité de ses matchs de préparation, l'équipe de France a affiché plusieurs lacunes en ouverture contre la Roumanie : dans la relance, l'animation, l'équilibre et les transitions. L'Albanie, privée de Cana suspendu, doit être un moyen de retourner le bordel.

Modififié

Dépasser l’angoisse



C’était le premier test, le premier vrai coup de pression. Il ne faut pas se le cacher : contre la Roumanie vendredi dernier, la France n’est pas passée loin de glisser d'entrée dans son championnat d’Europe. Ce match était le premier révélateur depuis presque deux ans, la première rencontre officielle depuis juillet 2014 alors, comme Didier Deschamps l’a confié après la rencontre, « certains se sont mis trop de pression » . L’angoisse est humaine, mais il faut maintenant la dépasser. Contre l’Albanie et la Suisse, cela devrait suffire, mais contre les « grandes nations » non. La Roumanie et son pressing constant ont replacé la France face à ses lacunes, et l’exploit individuel ne peut être une voie de sortie viable. Les Bleus doivent maintenant vivre leur aventure et ne pas la subir. Le 10 juillet est à ce prix, et il faut lancer la machine pour, cette fois, vraiment écraser l’Albanie. Cette équipe de France en est capable et n’a qu’un objectif à court terme : la première place du groupe pour ne pas se manger l’Allemagne ou la Pologne en huitièmes, et l’Espagne ou la Croatie en quarts de finale.

Les cinq hommes forts de l'Albanie


Régler le souci de relance



Les derniers matchs amicaux avaient déjà craché la première faiblesse du jeu français : la relance. Lors du premier match de préparation, le Cameroun avait débarqué à Nantes avec un 4-4-2 à plat, des lignes resserrées et un schéma similaire à ce que la France allait manger au premier tour. Problème, contre la Roumanie, rien n’a changé : les défenseurs ont refusé de garder le ballon, l’ont perdu trop rapidement et ont laissé Pogba et Payet à leurs exploits individuels. Dans leur registre, les deux joueurs s’en sont plutôt bien sortis au stade de France, mais le manque d’implication de la ligne défensive dans le jeu n’est pas jouable dans la durée. Face aux Roumains, les latéraux et Adil Rami ont constamment balancé le ballon sans chercher à poser le jeu. Pour le moment, Kanté comble les manques (101 ballons touchés, 92% de passes réussies), mais il n’a que deux jambes.


Un nouveau système pour plus de folie ?



Il reste une incertitude : avec quel système de jeu Didier Deschamps va-t-il avancer contre l’Albanie ? Lors de l’entraînement de lundi, le sélectionneur a essayé deux options : un 4-3-3 identique à celui aligné contre la Roumanie puis un 4-2-3-1 avec Kanté et Matuidi à la récupération et une ligne de trois Martial-Payet-Coman en soutien d’Olivier Giroud. Les raisons de cette incertitude restent les doutes de Deschamps autour de Paul Pogba et la volonté de faire souffler Antoine Griezmann après une saison longue et difficile (62 matchs avant l’Euro). Contre la Roumanie, l’attaquant de l’Atlético, en position de deuxième attaquant, n’a pas été décisif, mais a réussi à se montrer par moments (3 tirs). Cette performance est à relativiser, car depuis plusieurs semaines, le rôle de leader technique a été récupéré par Payet, et Griezmann n’a plus à décrocher autant pour venir gratter les ballons au milieu. La prise de profondeur de l’ancien joueur de la Real Sociedad était donc une option logique. Problème : sa liberté viendra d’une bonne relance.


Pogba, c’est quoi le problème ?



Depuis quelques jours, Paul Pogba est la cible publique numéro un. En conférence de presse, Deschamps affirme qu’il « peut mieux faire » . Sur ce point, c’est certain. Reste qu’on se trompe de problème. Aujourd’hui, les observateurs frappent sur des cibles désignées (Griezmann, Pogba) et refusent de regarder les limites collectives évidentes de cette équipe de France. Il n’y a aujourd’hui pas de problème Pogba, mais un souci global d’animation et de transition. Contre la Roumanie, Pogba a été sacrifié et Deschamps a préféré laisser sur la pelouse un Blaise Matuidi assez déconnecté du jeu français à un moment où le Turinois aurait pu jouir de davantage de libertés. Le Parisien s’est souvent montré absent, et sa présence sur le terrain est en soi un point d’interrogation. Une nouvelle à laquelle devra répondre rapidement la Dèche, alors que Matuidi a appelé le groupe « à montrer de la personnalité » à Marseille ce soir.




Pour l’Albanie, comment jouer sans Cana ?



Le souvenir est encore vif : il y a un an, la France tombait en Albanie (0-1) et enchaînait une deuxième défaite consécutive après un revers contre la Belgique à domicile (3-4). Bon, les enjeux sont aujourd’hui différents et le tableau aussi. Face à la Suisse samedi (0-1), la sélection emmenée par Gianni de Biasi a montré du cœur mais des limites, jouant paradoxalement mieux une fois à dix. Car l’Albanie a surtout perdu son capitaine Lorik Cana et devrait le remplacer par le défenseur de Frosinone, Arlind Ajeti. C’est l’inconnue de l’équation albanaise à l’approche de sa deuxième sortie. Avant le match contre la Suisse, Gianni De Biasi avait insisté sur l’importance de « mieux débuter que l’adversaire » . Et l’Albanie a une nouvelle fois craqué d’entrée sur une sortie moufflesque de Berisha. En préparation contre le Qatar (3-1) et l’Ukraine (1-3), les Kuq e Zinjtë avaient déjà encaissé un but en début de match. Cette fois, cela pourrait se transformer en vague incontrôlable.




Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17 Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24