Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Chelsea-Slavia Prague (4-3)

Les bons restes d’Olivier Giroud

Si Olivier Giroud se régale en Ligue Europa, avec dix buts en onze rencontres, il reste toujours à la diète en championnat. Un déséquilibre qui pousse le buteur de Chelsea à revendiquer une place plus importante dans la rotation. À Chelsea ou ailleurs, la question n'est pas encore tranchée.

Modififié
Les restes peuvent être parfois plus ragoûtants que le plat principal. Olivier Giroud peut en attester, lui qui est rarement servi le premier en Premier League. Le Français n’a en effet pu croquer que dans sept titularisations en championnat, dont une seule depuis 2019 et l’arrivée d’un nouveau concurrent à son poste, en la personne de Gonzalo Higuaín. Voilà le sort d’un attaquant que Maurizio Sarri considère comme un second couteau, qu’il préfère sortir de son tiroir uniquement pour les petites occasions, lors des semaines européennes. Car dans l’esprit du coach italien, la priorité reste la scène nationale, où les Blues sont, malgré leur parcours bancal, toujours en course pour le top 4 (actuellement 5e, devancé par Arsenal à la différence de buts). La Ligue Europa ? Au mieux un encas.

Europa Park


Pourtant, cet encas prend tour après tour plus de consistance. Ce jeudi, après avoir écarté difficilement les Tchèques du Slavia Prague (4-3), Chelsea a validé son ticket pour les demi-finales (avec l'Eintracht Francfort au menu). Et l'Olive y est une nouvelle fois allé de son petit but, sur un service d’un Pedro très en jambes. Un dixième pion dans la compétition en onze matchs pour le Français, qui marche dans les pas d’Alan Shearer, dernier joueur d’un club anglais à avoir atteint cette barre symbolique en Europe, avec 11 buts inscrits avec Newcastle lors de la saison 2004-2005. Il égale aussi par ailleurs le record de buts inscrits par des Français sur une campagne européenne, que partageaient jusqu'ici Just Fontaine (1958-1959) et Nestor Combin (1963-1964). Par ce statut de meilleur buteur de la compétition, Giroud revêt le rôle de joueur clé dans les matchs de semaine. L'élément qui arrive frais le jeudi et qui pourrait transformer ce qui était initialement un objectif secondaire en ce qui serait le seul trophée de l'année pour les Londoniens. De toute façon, lui n'a pas d'autres solutions que de prolonger ce parcours européen, s'il veut continuer à s'exprimer.


Cantonné aux joutes continentales, le champion du monde ne semble pourtant pas se contenter de ça. Il lui en faudrait plus pour le rassasier, et ses performances en Europe sont autant d’arguments pour réclamer une place plus importante dans cet effectif. « Je ne suis pas satisfait d’être le second choix. Le plus important pour moi est d’avoir plus de temps de jeu. Je suis un compétiteur, donc évidemment je veux jouer plus » , rappelait-il mercredi en conférence de presse. À 32 ans, le Savoyard n’a plus le temps de louvoyer pour se faire entendre. « Je suis très frustré quand je ne suis pas sur le terrain, mais je ne veux pas le montrer. Quand on est un compétiteur, qui a connu des difficultés dans sa carrière, il faut garder cette frustration et la transformer en énergie positive sur le terrain. Mais croyez-moi, je ne suis pas heureux de jouer les seconds rôles. J’ai déjà fait savoir que j’aurai besoin d’un rôle plus important à jouer la saison prochaine. » Le topo a le mérite d'être clair.


Du rab pour 2020


La saison prochaine, justement parlons-en. Car là est l’obsession de l’ex-Montpelliérain. En ligne de mire, il y a un Euro qui pourrait être sa dernière aventure avec les Bleus. Déjà assez discuté pour son manque d’efficacité, l’avant-centre a besoin de références en club pour garder la main sur sa place de titulaire en sélection. Et s’il a délogé du podium des buteurs David Trezeguet lors du dernier rassemblement, celui qui compte aujourd’hui 35 buts en sélection s’est fixé un « objectif Platini » , perché à six petites longueurs. Pour y parvenir, Olivier Giroud a besoin de la garantie d'enchaîner les matchs. Sera-ce à Chelsea ? Il arrive en fin de contrat, même s’il dispose d’une option pour prolonger sa pige. « Avec ce que j’ai réalisé ici, il n’y a pas de raison qu’ils ne me donnent pas un an supplémentaire. Mais j’ai besoin d’être heureux, assurait-il. Je ne sais pas ce qu’il se passera. Je dois rencontrer le club. »


Finalement, son sort est lié à celui de Maurizio Sarri. Tant que le technicien sera là, même si le coach se veut confiant quant à la reconduction du contrat de son joueur, difficile d’imaginer Giroud se voir confier d’autres responsabilités. Mais d’autres perspectives pourraient s’ouvrir à lui au mercato estival, notamment en Ligue 1. Malgré un salaire assez conséquent (estimé à 6 millions annuel), l’Olympique de Marseille, l’Olympique lyonnais et plus récemment les Girondins de Bordeaux seraient sur le dossier. Pour l'Olive, un seul critère : avoir son rond de serviette pour offrir un beau dessert à sa carrière.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:25 Griezmann fustige l'homophobie en une de Têtu 240
À lire ensuite
Francfort blindé