Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2020
  2. // Gr. F
  3. //

Le gros lot pour les Bleus

En tirant l'Allemagne et le Portugal, les Bleus se sont fait salement lâcher par la chatte à Deschamps. Reste encore à découvrir le troisième larron de ce groupe F, qui sera connu en mars prochain. L'Islande, la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie tremblent déjà.

Modififié

Allemagne

Le joueur clé : Joshua Kimmich

Si Serge Gnabry a été l'atout offensif numéro un des Allemands tout au long de leurs éliminatoires avec huit buts inscrits, c'est pourtant un de ses coéquipiers en club qui est le véritable homme fort de l'équipe de Joachim Löw. Ultra complet, capable de jouer au milieu comme latéral et surtout titulaire au Bayern Munich depuis presque trois ans maintenant, Joshua Kimmich collectionne déjà 48 sélections à seulement 24 ans. Et même si la Nationalmannschaft est quelque peu dans le dur, elle peut compter sur la doublette qu'il forme avec son ancien coéquipier au Bayern, le Madrilène Toni Kroos. Deux joueurs capables de relancer sous pression, de jouer court et long avec précision et de dicter le tempo de leur équipe. Ça en dit long...


Le parcours en éliminatoires

Une drôle de défaite contre les Pays-Bas, dans un match complètement fou (2-4). Et à côté de ça ? Sept victoires sans coup férir, trente buts marqués (soit dix de plus que les Oranje) et seulement sept encaissés. Suffisant pour que Joachim Löw sauve sa tête sur le banc d'une sélection qu'il dirige depuis maintenant treize ans. Et qu'importe si la Nationalmannschaft manque de véritables leaders, cette campagne de qualification a redonné de l'allant à une nation qui voudra enfin faire totalement confiance à sa nouvelle génération.


L'historique contre les Bleus

Après leur élimination de l'Euro 2016 à la faveur d'une malchance inouïe face aux Bleus, les Allemands ne font presque plus peur. Et pour cause : en deux rencontres de Ligue des nations, ils n'ont pas réussi à battre une seule fois la France. Au match aller, à l'Allianz Arena ? Un triste match nul. Au retour ? Grâce à un doublé d'Antoine Griezmann en seconde mi-temps, les Allemands étaient rentrés chez eux avec une défaite amère (2-1) et du pain sur la planche. Sans oublier le match nul de novembre 2017 (2-2), où Alexandre Lacazette et Anthony Martial avaient été monstrueux. De quoi donner des idées à DD.


Portugal

Le joueur clé : Cristiano Ronaldo

Pas d'Éder en prévision quatre ans après la douloureuse finale perdue en 2016 au stade de France, mais encore et toujours l'éternel Cristiano Ronaldo. À 34 ans, l'attaquant de la Juventus pourrait bien participer à sa dernière grande compétition internationale. Nul doute qu'il aura pour objectif de retourner l'EDF. Surtout après une campagne de qualification où il a planté onze pions, en huit rencontres jouées. Il aura également pour ambition de remporter un deuxième Euro consécutif, et ainsi ouvrir la voie à une génération dorée composée de Bernardo Silva, Rúben Dias, João Félix, Rúben Neves, João Cancelo ou Bruno Fernandes. Rien que ça.

Le parcours en éliminatoires

Comme les Allemands, les Portugais n'ont perdu qu'un petit match lors de ces éliminatoires de l'Euro. C'était le 14 novembre dernier, au stade olympique de Kiev contre l'Ukraine (2-1). Et malgré un début de campagne délicat avec deux matchs nuls moribonds, les joueurs de Fernando Santos ont ensuite fait respecter leur supériorité en éclatant la Serbie (2-4) ou la Lituanie (6-0). Pas suffisant pour terminer premiers de leur groupe puisque les Ukrainiens ont, eux, réussi à faire un quasi sans-faute, devançant les Portugais de trois unités. Rien de bien dramatique, pour les vainqueurs de la toute première Ligue des nations. Notamment au vu de leur effectif, plus talentueux que jamais.


L'historique contre les Bleus

Soyez-en sûrs, la main d'Abel Xavier ou le but de Zinédine Zidane en 2006 n'effaceront jamais la douleur du but d'Éder et cette finale de l'Euro 2016 perdue. Messieurs, par pitié, réécrivez l'histoire.



L'inconnue

Il faudra donc attendre le mois de mars et les barrages, pour connaître l'inconnue de ce groupe. Ce sera l'Islande, la Roumanie, la Hongrie ou la Bulgarie. Pour les superstitieux de 1993, cette dernière équipe sera à éviter. Et si on suit l'histoire, l'Islande et la Roumanie sont des équipes qui viendraient joliment garnir un groupe sacrément relevé. D'abord, parce que la hype islandaise a fait son temps. Ensuite, car l'histoire moderne nous rappelle que les Roumains n'ont absolument aucune raison de se mettre sur notre chemin. Coucou Yohann et Dimitri.




Le point logistique

Euro dans douze pays oblige, la France jouera dans deux villes différentes. Munich, où elle affrontera le 16 juin l'Allemagne en ouverture de ce groupe. Puis Budapest, pour les deux derniers matchs de cette poule déjà ô combien relevée. Deux villes pas si éloignées que ça, ce qui constitue un atout non négligeable quand on sait que le groupe A - celui de l'Italie - sera partagée entre Rome et Bakou. Surtout, deux villes où le prix de la pinte est très bas.

Par Maxime Renaudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

Hier à 20:30 Monterrey dans le dernier carré du Mondial des clubs 4
Hier à 17:00 Al-Hilal en demies grâce à Gomis 2 Hier à 16:00 Le Graët menace les clubs de sanctions 9
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons