Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Les Angevins bien au chaud

En attendant le choc entre Lens et Metz, la Ligue 2 s'activait ce vendredi soir avec un autre sommet du haut de tableau entre Angers et Tours, un derby de Normandie qui se gagne, un autre derby de Bourgogne qui se gagne aussi, un bon duel de fond de tableau empoché à l'arraché, de l'action et des morts avant l'heure.

Modififié
Les vitamines C

Angers SCO 1 – 1 Tours FC
C'est Tours qui prend les choses en main dès le début de match. Deux occasions et un poteau. De quoi faire trembler le leader. Le match se joue aussi dans les tribunes à coups de pétards et de fumigènes. L'ambiance s'envole, à tel point que Yattara s'emporte un peu trop et ne peut s'arrêter. Il met Leroy, le gardien de Tours, complètement KO, qui doit sortir après le premier quart d'heure de jeu. Tous les ingrédients sont réunis pour un bon match. Un jeu libre sans complexe. Ça tire, ça tente, ça se rentre dedans d'un côté comme de l'autre. Les deux équipes affirment leur prétention. Et c'est Tours qui frappe en premier par l'intermédiaire de Kouakou. 1 – 0. Une bonne ouverture et une finition tout en piqué. En face, Yattara est en feu, mais impuissant. À la mi-temps, la bagarre dans les tribunes continue, les CRS s'en mêlent. Et sur le terrain aussi. Dès le retour des vestiaires, Angers égalise. 1-1. Ça s'enflamme au fur et à mesure que le match avance. Les deux équipes montrent de l'envie. Et comme dans tout match tendu, les dernières minutes comptent. Une faute litigieuse fait bouillir le stade et les joueurs. Mais le score ne change pas. Un match pas si nul.

FC Istres 0 – 2 ESTAC Troyes
Istres commence fort, met une grosse pression d'entrée. Tellement, que les Istréens se livrent et offrent des possibilités aux Troyens. Doumbia marque un but contre son camp. Et pour ne rien arranger, ils encaissent un autre but très rapidement d'une frappe déviée à l'entrée de la surface. Entre lob et CSC, le ballon entre tout de même. 2 à 0 à la 15e minute. On dira que ce n'est pas la meilleure des manières d'entamer un match à domicile. Leroy fait de son mieux pour emmener les siens, mais Istres semble perdant d'avance. Troyes fera le nécessaire pour conserver ce score, et les trois points.

Châteauroux 3 – 0 Chamois Niortais
Châteauroux a besoin de sortir de la zone de relégation, donc Châteauroux pousse et obtient vite un penalty. À la 25e minute, le gardien est expulsé et ça fait but. Niort va bien galérer. Mais Châteauroux est pressé, un peu trop peut-être, ce qui laisse une grosse marge d'erreur. Ils recommencent par exemple la deuxième mi-temps en laissant un coéquipier aux vestiaires. Mais bizarrement, ça paye. Ils marquent dès le début de seconde période. 2-0. Ils sont chauds et ne laisseront rien au hasard, les Castelroussins. Ils se contentent de gérer la fin de match. Mais bon, pourquoi pas enfoncer le clou dans les dernières minutes, histoire de faire bien mal ? 3 à 0, score final. Châteauroux souffle.

Les somnifères

SM Caen 1 – 0 Havre AC
Un Normandico dans une ambiance survoltée : 11 000 spectateurs dont 700 Havrais qui ont fait le déplacement. Le début de rencontre n'est pas vraiment à la hauteur de l'événement, ni de l'ambiance. Le début de match est très timide. Le Havre frappe en premier, mais se frotte à un bon Perquis. Le Havre est bien organisé, joue en contre pour répondre à une timide domination caennaise. Et puis l'encéphalogramme plat, le genre de match qu'il vaut mieux suivre à la radio. Réveille-moi pour la seconde mi-temps, hein ? Le public s'enflamme. Non, non c'est juste Rothen qui sort sous les ovations. Ah bon, la deuxième mi-temps a repris ? Oui, oui, d'ailleurs Mahrez enrhume un défenseur et enflamme la surface adverse avec une jolie virgule suivie d'un petit pont. Sans suite. On demande un changement, le défenseur caennais a mal aux reins. Ennui. Histoire d'aller au bout du délire, Caen marque sur penalty, obtient un carton rouge. Une bonne victoire poussive s'annonce. Caen l'emporte sans fierté.

AS Nancy Lorraine 0 – 0 AC Arles-Avignon
Nancy comme en Ligue 1 l'année dernière. Nancy en panique. Nancy qui concède un poteau dès le début de match. Nancy qui ne réussit pas sur son synthétique de Marcel-Picot. Nancy qui revient à la mi-temps avec un match nul. Une histoire qui se répète pour les Lorrains. C'est dur. Un événement à signaler pourtant en deuxième mi-temps. Gaël Givet, qui a visiblement perdu son rasoir, perd aussi sa chaussure. Pied nu en plein milieu du terrain. Un vrai Pierrafeu depuis qu'il a disparu de nos écrans. Rien d'autre à signaler.

Stade brestois 1 – 2 US Créteil
On s'observe, on se regarde, on dort. Une sieste qui dure quand même un quart d'heure, jusqu'à ce que Grougi frappe. Merci, le match peut commencer. Finalement, Brest a eu raison de s'activer, puisque l'équipe prend les Cristoliens dans leur sommeil, grâce à Verdier en solitaire. La sieste peut reprendre. Jusqu'à la deuxième période en tout cas. Créteil répond. Égalisation. Mais à la différence des Bretons, Créteil en veut plus et va encore plus loin. Ils prennent l'avantage à 10 minutes de la fin du match, et le conservent jusqu'aux trois coups de sifflet de l'arbitre.


Les placebos

CA Bastia 1 – 1 Laval
Le match de la peur à Furiani, d'où le début de match crispé. Laval ne réussit pas à l'extérieur et Bastia ne fanfaronne pas à la dernière place du classement. Dans ce duel de cancres, c'est Laval qui se démarque. Un bon coup de tête dans les filets avant la mi-temps. De quoi écœurer les Corses qui s'enfoncent toujours plus. Ils essayent en deuxième, vraiment. Malgré les 103 supporters présents, Bastia se remet en place, et ça paye. Ils égalisent à l'envie. Un Lavallois se fait expulser quelques minutes plus tard. Ça sent bon les trois points pour les Corses. Si seulement Laval n'avait pas défendu à 10.

Nîmes Olympique 1 – 1 Clermont Foot
Deux équipes en difficulté qui n'ont pas gagné depuis belle lurette. Le genre de match avec de grands tacles et une grande tension. Tout est un peu multiplié par dix. Nouri aussi a les yeux plus gros que le ventre. Après avoir dribblé toute l'équipe adverse, il se fait stopper par le dernier rempart. Dommage. Clermont du coup, en profite avec Bettiol qui ne se gêne pas, hein. Sur l'une de leurs premières occasions, ils marquent sans trop de souci. Nîmes est plutôt désemparé. Nîmes réagit, on se dit qu'ils vont y arriver un jour ou l'autre. Mais Nîmes est toujours impuissant. Mais parfois, à force de persévérance, ça finit par monter. Nîmes crucifie Clermont dans les derniers instants. Match nul qui fait surtout du bien à Nîmes.

Dijon 1 – 0 Auxerre
Un bon Bourgognico. Un derby du centre de la France entre deux anciens de Ligue 1. Domination dijonnaise en première mi-temps logiquement récompensée par Koné à la 30e. La seconde mi-temps n'offre que très peu de choses intéressantes. L'AJA essaye tant bien que mal de répondre avec quelques attaques mal placées. Mais Dijon gère en patron, malgré les 5 dernières minutes d'arrêt de jeu totalement inutiles.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall
À lire ensuite
Braithwaite and see