Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. F
  3. // États-Unis-Thaïlande (13-0)

Les Américaines servent une boîte de 13 aux Thaïlandaises

Avec une Alex Morgan quintuple buteuse, la Team US n'a pas fait dans le détail pour son entrée en lice face à une faible sélection de Thaïlande. Le rouleau compresseur est en marche, décidé à obtenir en France son quatrième titre mondial. Cependant, il ne faudra surtout pas jauger le niveau des Américaines sur ce match, si ce n'est qu'elles sont affamées.

Modififié

États-Unis 13-0 Thaïlande

Buts : Morgan (12e, 53e, 74e, 81e et 87e), Lavelle (12e et 56e), Horan (32e), Mewis (50e et 55e), Rapinoe (79e), Pugh (85e) et Lloyd (90e+2) pour les Yanks

En 28 ans, rares sont les choses qui restent à ce point intactes. Il y a bien (entre autres) Elisabeth II, les Restos du cœur, le virus du SIDA, le succès de Mylène Farmer... La cathédrale de Reims aussi, que les nombreux fans américains sont venus contempler dans l’après-midi. Mais il y a aussi le fait que depuis 1991, les Américaines entament chaque nouvelle édition de la Coupe du monde dans le costume des grandissimes favorites. Et pour se rendre compte du phénomène, il fallait se trouver aux abords d’Auguste-Delaune. Ce ne sont pas les pauvres Thaïlandaises qui ont pu faire de l’ombre à Megan Rapinoe et son crew. En effet, les « Éléphantes de guerre » repartent avec une énorme rouste dans les défenses, la plus grosse jamais reçue dans l'histoire de la Coupe du monde. Mais comment pouvait-il en être autrement ?

Du pop-corn dans les seaux à champagne


La Cité des sacres n’avait certainement pas vu défiler autant de Ricains depuis la Libération. Mais il y a de grandes chances que ceux de l’époque n’avaient pas le même comportement que les supporters de la Team US. Dès l’échauffement et jusqu’au baisser de rideau, les 4/5 du stade ont été pris de la même effervescence, la même dévotion et les mêmes cris stridents à chaque mouvement de leurs héroïnes. Que ça soit pour accompagner un cri de guerre des arrières, une accélération de Rose Lavelle ou un mouvement de queue de cheval d’Alex Morgan. Et ce ne sont pas les tubes de Katie Perry ou Gala qui se succéderont dans les enceintes après chaque but américain qui feront tache dans cette atmosphère de show pop comme on se les imagine de l’autre côté de l’Atlantique.


Problème : les Thaïlandaises n’étaient pas du tout prêtes à se retrouver dans une telle arène, face à un adversaire « bigger than life » . Si bien que le match a rapidement ressemblé à une exhibition des Harlem Globetrotters en Champagne. Ainsi, avec 10 joueuses entassées aux abords de leur surface, les filles Nuengrutai Srathongvian n’ont pu compter que sur la clémence de Mme Fortunato pour obtenir un semblant de sursis. C’est donc les mains jointes que la gardienne Charoenying a pu remercier l’arbitre d’avoir annulé le but d’Alex Morgan dès la 5e minute. Et si deux penaltys auraient pu être sifflés en faveur des Américaines (sur Mewis à la 23e et Horan à la 45e), les Asiatiques ont rapidement plié face à la technique, la puissance et le métier de leurs adversaires.

Aïe aïe aïe Land


C’est d’abord l’idole Alex Morgan qui s’est chargée d’ouvrir le festival en poussant dans les filets un bon centre de Kelley O’Hara (1-0, 12e). L’amie de Jean-Michel Aulas s’est ensuite chargée d’alimenter Rose Lavelle, dont la frappe sèche du gauche a troué la courageuse, mais friable Charoenying (2-0, 20e). Et si Tobin Heath s’était rendue coupable d’excès de confiance par ses dribbles inutiles, c’est elle qui trouve sur coup franc Lindsey Horan dans la surface, venue conclure une belle combinaison et rattraper le mauvais contrôle de Samantha Mewis (32e). Ce n’est pas la frappe timide de Thongsombut (28e), ni un changement dès la 35e minute, ni les exploits sous-estimés de la joueuse officieuse du match, Sukanya Chor Charoenying, qui changeront la donne. Car derrière, le tableau sera complété en six minutes par un doublé de Mewis, et deux nouveaux buts de Lavelle et Morgan, à chaque fois à bout portant. Jamais rassasiées et impitoyables, les Américaines laisseront leur adversaire la tête sous l'eau, avec trois nouvelles caresses d'Alex Morgan, un pion de la capitaine Rapinoe et un autre de la vétéran Lloyd, jusqu'à signer la victoire la plus large de la Coupe du monde féminine depuis la démonstration de l'Allemagne contre l'Argentine en 2007 (11-0). Et pourtant, la poignée de supporters thaïlandais continuaient de tambouriner et de lancer des clappings. Et ça, c'est certainement la plus belle performance de la soirée.



États-Unis (4-3-3) : Naeher - O'Hara, Dahlkemper, Ertz (Pugh, 68e), Dunn - Lavelle (Lloyd, 56e), Mewis, Horan - Heath (Press, 56e), Morgan, Rapinoe. Sélectionneuse : Jill Ellis.

Thaïlande (4-5-1) : Chor Charoenying - Phetwiset (Srimanee, 70e), Saengkoon, Chinwong, Srangthaisong - Sungngoen, Boothduang (Khueanpet, 35e), Phancha, Intamee, Thongsombut (Dangda, 65e) - Nildhamrong. Sélectionneur : Nuengrutai Srathongvian.


Par Mathieu Rollinger, au stade Auguste-Delaune
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom

dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 190 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
À lire ensuite
Les notes des Bleus