Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 38e journée

Les 102 points pour la Juve !

La Juve devait claquer son record, et la Juve a bel et bien claqué son record. Grâce à sa nette victoire 3-0 face à Cagliari, les Bianconeri ont passé la barre des 100 points, et terminent donc la saison avec 102 unités. Folie. Pendant ce temps, la Roma perd à Gênes, et Catane dit au revoir à la Serie A avec une victoire face à l'Atalanta.

Modififié
C'est un stade qui chante. C'est un stade qui applaudit. C'est un stade qui est fier. Mais c'est aussi un stade qui a peur. Un stade qui chante le présent, mais qui a peur du lendemain. Aujourd'hui, la Juventus est sur le toit de l'Italie. À part dans les années 30, lors du fameux quinquennat d'or, elle n'est même jamais allée aussi haut. Les Bianconeri terminent avec un affolant bilan de 33 victoires, 3 nuls et 2 défaites. Des stats dingues. 102 points. Seules 5 équipes sur 20 ont réussi à ne pas perdre une confrontation face à la Vieille Dame sur l'ensemble de la saison (Inter, Fiorentina, Lazio, Hellas Vérone, Naples) et aucune équipe italienne n'est parvenue à ressortir indemne aussi bien à l'aller qu'au retour. Bref, plus qu'une domination, une tyrannie. Sauf que ce 3-0 face à Cagliari, aujourd'hui, ressemblerait presque à une fête de fin d'année. La fête où tout le monde sourit, où tout le monde chante sur des tubes pourris, mais où tout le monde est bien conscient qu'après cette fête, plus rien ne sera jamais comme avant. Et le Juventus Stadium n'a pas hésité à afficher cette peur sur des pancartes : « Conte, reste avec nous » , était-il écrit sur des milliers de feuilles blanches, partout dans les gradins.

Car, oui, Antonio Conte, l'homme des records, l'homme des trois Scudetti, l'homme des 273 points en trois saisons (moyenne de 2,39 points par match), n'est pas encore assuré de rester la saison prochaine. Parce que lui aussi a peur. Peur de ne plus réussir à faire mieux avec ce club. Peur d'avoir déjà atteint le plafond. La Juve n'a pas encore les armes pour aller se confronter au top 8 européen. Conte le sait, mais ne sait pas encore si une telle situation lui convient, lui qui a toujours réussi à faire mieux chaque saison depuis son arrivée. Les prochaines semaines donneront certainement des réponses. En attendant, le coach a profité comme il se doit de la dernière victoire de sa Juve cette saison. Une victoire 3-0, le tarif maison, face à une équipe de Cagliari déjà en vacances, mais qui s'est pourtant créé de belles occasions en première période. Buffon a répondu présent, prouvant qu'il était déjà chaud pour le Brésil. Aussi chaud que le pied droit de Pirlo, qui a inscrit (avec la complicité de Silvestri) son énième coup franc de la saison. Llorente double la mise, et Marchisio, juste avant la pause, inscrit de fort belle manière le 80e et dernier but de la saison turinoise. Conte offre à Buffon et Pirlo des standing ovations avant la fin de la rencontre, donnant ainsi la possibilité au Juventus Stadium d'applaudir comme il se doit les champions, et de les motiver pour le Mondial. 3-0, rideau. 19 victoires sur 19 à domicile cette saison. Difficile, effectivement, de faire mieux à l'avenir.

Des jeunes et un grand Perin

En revanche, c'est une fin de saison toute nulle pour la Roma. Les Giallorossi ont, de leur côté, réalisé un championnat épatant. Avec 85 points, ils sont même les « deuxièmes meilleurs deuxièmes » d'Europe, derrière le Barça et ses 87 points. Les Romains, étincelants de septembre à décembre, puis de février à fin avril, ont même longtemps cru qu'ils pourraient chasser le zèbre jusqu'à la dernière journée. Mais les joueurs de Rudi Garcia, après tant d'efforts, ont véritablement craqué dans le rush final. La défaite 4-1 encaissée à Catane, qui a mathématiquement scellé les jeux et offert le Scudetto à la Juve, a mis un point final à la saison romaine. Rudi Garcia aurait souhaité tout de même clore en beauté, mais son équipe n'y était plus. Elle s'est ainsi inclinée à domicile face à la Juve (1-0, but à la 94e minute d'Osvaldo), et a subi un nouveau revers, aujourd'hui, face au Genoa. Même score, 1-0, et pratiquement la même physionomie, avec un but en fin de rencontre de Fetfatzidis.

Mais la défaite concédée à Marassi est presque anecdotique. Conscient d'avoir réalisé une saison hors norme, le coach français a offert du temps de jeu pour cette dernière sortie à de jeunes joueurs, comme Jedvaj, Ricci ou Mazzitelli. Comme les deux équipes n'ont plus rien à jouer, le début de match est plutôt plaisant, puisque complètement détendu. Des occasions des deux côtés : Nainggolan, Destro et Taddei pour la Roma (deux grosses parades de Perin, qui « fête » ainsi sa convocation dans la liste de Prandelli), Marchese pour le Genoa. En seconde période, le rythme retombe, et les deux formations se contenteraient bien d'un 0-0. Mais à moins de dix minutes du terme, Nainggolan perd un ballon, Fetfatzidis en profite et s'en va tromper le portier romain Skorupski. 1-0 : troisième défaite d'affilée pour la Roma, qui termine donc à 17 longueurs de la Juve, après l'avoir longuement coursée. C'est là tout le paradoxe, puisqu'il s'agit du deuxième plus grand écart de points entre un champion et son dauphin dans les grands championnats européens (19 points d'écart entre le Bayern et le Borussia). Évidemment, tout cela n'est guère important pour la Roma, qui a atteint un objectif quasi impensable en début de saison : la Ligue des champions. Et maintenant, tutti al mare.

Réveil trop tardif pour Catane

Enfin, c'était le dernier match en Serie A pour Catane. Les Siciliens l'ont parfaitement honoré, en s'imposant 2-1 au stadio Massimino face à l'Atalanta. Ouverture du score de Lodi à l'heure de jeu, égalisation de Koné à dix minutes du terme, et but vainqueur de Bergessio, sur pénalty, à la dernière minute. Un succès uniquement pour l'honneur, puisque Catane était déjà mathématiquement relégué depuis la semaine dernière. Les Etnei se sont véritablement réveillés trop tard cette saison. Après avoir collectionné les défaites (9 en 10 matchs de février à avril), ils ont terminé la saison en boulet de canon, avec quatre victoires lors des cinq derniers tours. Trop tard, toutefois, car le retard était trop conséquent. Catane terminera vraisemblablement à un ou deux points du premier non-relégable (Chievo ou Sassuolo), ce qui ne fera qu'accentuer les regrets. Pas de derby sicilien la saison prochaine : si Catane descend, Palerme, lui, remonte. Catane devra se contenter du « petit derby » face à Trapani, en Serie B. Tomber pour mieux revenir ?

Les résultats :

Juventus - Cagliari 3-0

Pirlo 8', Llorente 15', Marchisio 40'

Catania - Atalanta 2-1
Lodi 65', Bergessio 90' / Koné 80'

Genoa - Roma 1-0
Fetfatzidis 83'

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 159 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
À lire ensuite
Encore des traces de Koke