Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 83 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Burton-Leicester

Leicester, un nouvel espoir

Il y a un an, les Foxes, marqués par la disparition de leur président, végétaient dans le ventre mou du championnat. Mais depuis, Leicester est parvenu à inverser la tendance : auteur d'un début de saison abouti marqué par un succès historique à Southampton vendredi (0-9), le club des Midlands est un solide troisième et perçoit à nouveau l'espoir d'un avenir prometteur.

Modififié
29/10/2019 à 20h45
League Cup - 8e de finale
Diffusion sur

Le 27 octobre 2018, le président de Leicester, Vichai Srivaddhanaprabha, disparaissait tragiquement dans un accident d’hélicoptère. Quelques instants plus tôt seulement, l’arbitre de la rencontre avait mis un terme à un match nul insipide entre West Ham et les Foxes (1-1), lesquels figuraient alors à une morose 12e place en championnat. Un an plus tard, alors que le club tout entier vient de rendre un vibrant hommage à son ancien président, tant sur le terrain (une splendide victoire 9-0 à Southampton), qu’en dehors (une cérémonie touchante, marquée par l'inauguration d'un mémorial, a eu lieu dimanche), la situation des Foxes s’est radicalement renversée. Pour l’équipe des Midlands, que King Power n’a pas lâché, l’avenir proche semble bien plus prometteur.

Un seul être vous manque, mais tout est repeuplé


Le drame qui a frappé les Foxes l’année dernière est l’un de ceux qui peuvent porter un coup terrible à la stabilité d’un club de football, a fortiori Leicester, dont la réussite au cours des dernières saisons était en grande partie due aux victimes de l’accident. Ceci dit, la situation sportive de Leicester à l’époque n’avait plus rien de commun avec celle qui avait vu les Renards être sacrés champions d’Angleterre en 2016. Revenue (logiquement ?) à l’anonymat, l’écurie estampillée King Power avait repris goût au marasme sans saveur du ventre mou, loin des joutes européennes qu’elle avait savourées quelques mois plus tôt. L’équipe alors dirigée par Claude Puel ne faisait pas rêver, que ce soit en raison d’un projet difficilement lisible, d’un jeu sclérosé et sans idée, que de têtes d’affiche (Vardy, Maddison, Ndidi, Maguire ou Chilwell) isolées voire découragées.


Mais King Power n’a pas abandonné, Leicester non plus. Bien au contraire, ce sont dans les événements qui ont directement suivi le crash de l’hélicoptère que les Foxes ont pu amorcer un redressement assez fulgurant. Il s’agit tout d’abord, et bien sûr, du licenciement en février 2019, d’un Claude Puel décevant et du recrutement judicieux de Brendan Rodgers, revenu en Angleterre après un passage satisfaisant au Celtic. Dès son arrivée, l’ancien entraîneur de Liverpool réinstaure une forme de confiance en s’appuyant sur les tauliers Schmeichel, Vardy et Morgan, en accentuant l’intensité des entraînements, et en instillant ses principes de jeu – flexibilité tactique, possession importante, passes nombreuses, pressing tout-terrain. À la fin de la saison, bien que Leicester ne finisse qu’à la 9e place et que Vichai ne soit plus là, l’espoir revient du côté des Midlands.

La renaissance de Jamie Vardy


Cet été, Leicester a qui plus est réussi son mercato : même s’ils ont perdu Maguire, les Foxes ont réussi à attirer des éléments talentueux. Rodgers est ainsi parvenu à former un effectif jeune et solide, motivé et confiant, concerné et enthousiaste. Depuis le début de la saison, se distinguent notamment Chilwell, Ndidi et Söyüncü, solides défensivement, ainsi que Pérez, Tielemans et Maddison, justes offensivement. Mais c’est Jamie Vardy qui symbolise le mieux la renaissance de Leicester : à nouveau létal (neuf réalisations en dix rencontres), quasiment à son niveau hallucinant de 2016, le buteur de 32 ans a retrouvé ses repères. Malgré une hygiène de vie loin d’être parfaite, mais fort d’un état d’esprit toujours aussi dingue, Vardy s’est même visiblement bonifié avec l’âge : selon les statistiques de Sky Sports, l’OVNI anglais est plus rapide et efficace en 2019 qu’il ne l’était en 2016.


Forts de ces atouts et sur leur lancée, les Renards se sont logiquement invités dans les débats concernant la qualification en C1, puisqu'ils figurent à la troisième place du championnat, après avoir affronté quatre des membres du dernier Top 7. C’est bien simple, depuis l’arrivée de Rodgers, aucune équipe, à l’exception du duo Liverpool-City, n’a récolté plus de points que Leicester (31 points). Ces Foxes peuvent-ils refaire le coup de 2016 ? Peut-être pas, car s’il est vrai que les hommes de Rodgers, plus flamboyants, comptent un point de plus que ceux de Ranieri, plus cyniques, au même moment de la saison, leur moyenne de points reste inférieure : autrement dit, il est loin d’être certain que Leicester fera la même deuxième partie de saison qu’en 2016 (et que City et Liverpool explosent). Tant pis, en un an, la perspective d'un futur prometteur s'est substituée à celle d'un avenir morose : Vichai n'aurait probablement pas pu espérer une meilleure dynamique pour son Leicester.

Par Valentin Lutz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 14:01 EuroMillions : 114 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce vendredi 2
Hier à 18:19 La World Leagues Forum crée un comité pour lutter contre le racisme 3
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom