Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 2e journée

Leicester lève son verre, Chelsea ventre à terre

Si le mois d'août ne livre que des premiers indices sur l'exercice à suivre, Chelsea, le tenant du titre, est pourtant déjà un chantier à lui tout seul. José Mourinho est plus que jamais roi de la démagogie, alors que son équipe a implosé à City. Sinon ? Lloris a fêté sa centième anglaise, Giroud prend les airs et Leicester truste les premiers rôles.

L'équipe de la journée : Leicester

Claudio Ranieri bombe le torse. Dès son arrivée à Leicester, le coach italien avait pointé l'importance de « gagner de la confiance en championnat, en étant bons lors des quatre, cinq, six premières rencontres » . Grâce notamment à Riyad Mahrez, actuel meilleur buteur de Premier League avec trois réalisations, le club des Midlands fait pour le moment le plein avec deux victoires en deux rencontres. Ce week-end, les Foxes se sont imposés sans trembler sur la pelouse de West Ham (2-1), surfant sur une belle série de neuf victoires sur leurs onze derniers matchs en championnat. De quoi donner la banane à Claudio, alias « le bricoleur » , qui, en grand pragmatique, a rappelé après la rencontre que « l'important, c'est les 42 points » .

Le joueur de la journée : Romelu Lukaku

Romelu est un saint homme. « The Blue's Incredible Hulk » avait enfilé sur le pré du St Mary's Stadium de Southampton sa tenue de héros. Lâché par Chelsea l'été dernier, les Blues considérant qu'il n'avait pas le profil idéal d'un buteur européen, Romelu Lukaku est aujourd'hui le prince d'Everton. Ce week-end, le déménageur belge a inscrit un doublé, portant à quinze son total de buts toutes compétitions confondues en 2015, devenant également par la même occasion le meilleur buteur belge de l'histoire en Premier League (43 buts) à égalité avec Christian Benteke. Résultat, Everton cartonne Southampton (3-0) et remporte sa première victoire dans le Sud du pays depuis le 19 avril 2002. Oui, bon, Romelu a aussi allumé une supportrice lors de l'échauffement. Madame a eu son bisou. Lukadoux.

Le but de la journée : Bafé Gomis

21 passes, la danse de l'altruiste pour effacer le gardien de Newcastle, Tim Krul, et Bafé sort les griffes. Avec sept buts lors de ses huit derniers matchs de Premier League, Gomis est intenable et a inscrit ce week-end son deuxième but en autant de rencontres cette saison. À l'image d'André Ayew, lui aussi de nouveau buteur, l'ancien Lyonnais incarne la grâce esthétique du jeu proposé par les Swans depuis le début du championnat. Une danse à trois temps dictée par le génie de Garry Monk sur le banc, le talent de Jefferson Montero et la rigueur tactique d'un groupe qui ne cesse d'impressionner. Pas forcément le plus beau but, mais le plus raffiné.

La déclaration : José Mourinho

« C'est un faux résultat. Ce qu'ils ont fait en première période, nous l'avons fait dans la deuxième. Nous avons dominé et, quand ils se sont sentis en danger, ils ont changé Agüero et Sterling et ont tenté de retrouver le contrôle du match et c'est là qu'ils ont marqué le deuxième but. Pour moi, ce résultat est une imposture. » , José Mourinho après la défaite de Chelsa à Manchester City (0-3).

Mourinho est devenu en quelques jours un pyromane. Après avoir éjecté le médecin de l'équipe première, Eva Carneiro, cette semaine, le Special One semble doucement confirmer qu'il est un homme de cycle. Chez lui, l'amour dure deux ans, sinon c'est le bordel. Face à Manchester City, Chelsea a affiché des failles béantes, Ivanović est apparu plus que jamais en perdition face à Raheem Sterling, et John Terry a même été sorti à la mi-temps, une première en 177 rencontres sous la coupe de l'entraîneur portugais. Le champion en titre a reçu une véritable leçon dès sa deuxième sortie en championnat et Mourinho n'est pas innocent dans l'incendie qu'il a lui-même allumé. Dans ce cas, il sert sa mauvaise foi et semble la dicter à son club, dont le compte-rendu sur le site officiel flirte avec la parodie.

L'analyse définitive : Sunderland a le profil du coupable idéal

Sale temps pour les Bataves à rayures. Alors que Ronald Koeman a pris l'eau à domicile face à Everton, Dick Advocaat et Sunderland ont eux aussi coulé à domicile face à Norwich, fraîchement revenu en Premier League (1-3). Après une défaite inaugurale à Leicester (2-4), les Black Cats enchaînent donc une deuxième défaite face à un concurrent direct pour le maintien. Depuis son retour dans l'élite en 2007, Sunderland n'a jamais pointé plus haut que la dixième place et est un modèle d'instabilité avec cinq coachs consommés lors des cinq dernières années. Cette nouvelle saison ressemble déjà à un long chemin de croix pour une équipe qui ne sait pas recevoir avec seulement quatre victoires au Stadium of Light la saison dernière et 1,4 but concédé de moyenne à domicile. On prend les mêmes et on recommence.

Vous avez raté Tottenham-Stoke et vous n'auriez pas dû

Dès le matin, Harry Kane avait annoncé la couleur en affirmant vouloir « devenir une légende des Spurs » . Face à Stoke, White Hart Lane lui avait donc offert un accueil de gala. Problème, les actes n'ont pas suivi les paroles. Après avoir mené 2-0 grâce à Dier et Chadli, auteur d'une belle volée, Tottenham a repris ses bonnes vieilles habitudes de quatrième plus mauvaise défense de Premier League la saison dernière. De retour de blessure, Hugo Lloris a encaissé deux buts lors des douze dernières minutes pour sa centième apparition en Angleterre. De quoi provoquer la colère du gardien de l'équipe de France, oui ça arrive, qui s'impatiente dans le but des Spurs et attend toujours un signe de Manchester United. Un capitaine abandonné face à une équipe de Stoke qui commence doucement à se mettre en place, alors que Shaqiri devrait faire ses débuts avec les Potters samedi prochain.

La polémique autour de la théière : Arsenal entretient-il une malédiction autour de ses gardiens ?

Double fautif la semaine passée contre West Ham (0-2), Petr Čech est la cible de nombreuses critiques en Angleterre après sa nouvelle performance à Crystal Palace (2-1). Si remettre son talent en cause est impensable, l'ancien gardien de Chelsea connaît quelques difficultés pour ses débuts chez les Gunners. Sa responsabilité sur l'égalisation de Joel Ward dimanche semble pourtant plus minime que la semaine passée, tant la défense d'Arsenal est en retard sur l'action. Reste que dans les rangs des supporters londoniens, la patience n'est plus une vertu. C'est un argument de colère. Pour rappel, depuis le départ de Jens Lehmann en 2008, les Gunners ont vu défiler six gardiens, soit presque un par saison (Manuel Almunia, Łukasz Fabiański, Vito Mannone, Wojciech Szczęsny, David Ospina et donc Petr Čech).

La stat inutile : 1

Russell Martin et Steven Whittaker, les deux joueurs de Norwich, sont rentrés dans l'histoire de la Premier League samedi grâce à leurs buts sur la pelouse de Sunderland. C'est, en effet, la première fois que deux défenseurs écossais marquent pour la même équipe lors d'un match du championnat d'Angleterre depuis sa restructuration en 1992.

What else ?

- Buteur à Crystal Palace dimanche, Olivier Giroud a marqué à chacune de ses visites à Selhurst Park.
- Watford et West Bromwich ont signé le premier 0-0 de la saison. La Ligue 1 en a déjà quatre.
- Norwich, Stoke et Leicester ont tous les trois marqué deux buts en moins de onze minutes. Le tout à l'extérieur.

- Adnan Januzaj a marqué son premier but avec Manchester United depuis le 5 avril 2014 et permet aux Red Devils de compter six points en deux matchs. Louis van Gaal a répété qu'il attendait plus de lui.
- Southampton n'avait plus perdu à domicile depuis le 22 février 2015.
- Dimitri Payet a claqué une lucarne. Son gardien, Adrian, a arraché la jambe de Jamie Vardy. La double peine.
- À chaque fois que Mourinho est resté trois ans dans un club, il a perdu son premier match à l'extérieur (2-1 à Middlesbrough avec Chelsea en 2006, 2-1 à Getafe avec le Real en 2012).
- Chelsea n'avait plus perdu 3-0 à l'extérieur depuis 1994 et un revers à West Bromwich Albion.
- Benteke a découvert Anfield avec un premier but sous les couleurs des Reds face à Bournemouth (1-0). Balotelli, lui, claque des sourires à la caméra. Six sur six pour Liverpool.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 6 Hier à 13:40 Gourcuff out jusqu'en 2019 49
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 13:26 L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15