Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Benfica-Zénith (1-0)

Le Zénith craque à la Luz

Après avoir dominé toute la rencontre, le Benfica Lisbonne a arraché la victoire dans les derniers instants du match grâce à Jonas. Les Portugais prennent une option pour la qualification en quarts de finale.

Modififié

Benfica Lisbonne 0-0 Zénith Saint-Pétersbourg

But : Jonas (90e)

« Entrez sous cette voûte en grande révérence ; l’ombre y dit : Désespoir, lumière, espérance » écrivait Charles des Guerrois. La Cathédrale est resplendissante, remplie, au moment où les Encarnados pénètrent sur le terrain. À ce moment, aucun lieu ne semble plus approprié pour entendre résonner l’hymne de la Ligue des champions. Au bout du suspense, la délivrance.

Coffre-fort russe


Les Portugais maîtrisent le jeu, font tourner le ballon, mais sans être dangereux. Seul Nicolas Gaïtan par sa technique déstabilise quelque peu l’adversaire. Le Zénith, s’il n’est pas serein, gère ses temps faibles. Sur son banc, André Villas-Boas fait les cent pas. Si son équipe tient le coup, Il sait que ça ne peut pas durer, du moins de cette manière. Les lignes russes sont resserrées, toujours deux joueurs sur le porteur du ballon. Si une tactique attentiste est envisageable face au Benfica, les Russes sont étouffés au milieu, perdent trop vite les ballons et ne jouent pas les contre-attaques à fond. Mais Benfica n’en profite pas, échoue sur le mur adverse et commet des fautes. Le pressing couplé au placement haut sur le terrain permet aux Portugais de récupérer des ballons, mais ces derniers ne sont pas bien utilisés. Benfica n’arrive pas à forcer le coffre-fort russe, même si les côtés semblent perméables. Il n’y a pas d’autre solution. Pour gagner, les hommes de Vitória doivent combiner jeu en équipe et exploit personnel. À la fin de cette première période, il est clair que tout autre résultat qu’une victoire sans encaisser de but serait une déception.

Jonas délivre le Benfica


Le début de deuxième période est plus équilibré. Les Russes jouent un peu plus haut, se découvrent. 52e : Witsel tente sa chance des vingt mètres, Júlio César boxe le ballon. Sur l’action suivante, le Belge s’illustre de nouveau, de la tête cette fois, mais le gardien lisboète s’interpose de nouveau. Le match se débride quelque peu, les courses se multiplient, les replacements défensifs sont moins rigoureux. Si les Russes sortent davantage, les Portugais n’en profitent qu’à moitié. Bien qu’à l’aise techniquement, le jeune Renato Sánches manque de tranchant. Avec Gaïtan, il semble les seuls capables de changer le rythme. L’accélération se produit à la 69e. Bien servi par Jonas, Nico Gaïtan efface un adversaire, se présente seul face à Lodygin. Le Russe détourne magnifiquement. Benfica pousse, donne tout, mais le Zénith résiste. Mais pour combien de temps ? Après un centre d’André Almeida, Jardel reprend le ballon, à côté. Alors que le nul semble se dessiner, l’Italien Doménico Criscito écope d’un deuxième jaune pour une semelle sur Almeida. Une minute plus tard, c’est la délivrance. Gaïtan centre sur la tête de Jonas. 1-0, on joue le temps additionnel. Pour Lisbonne, ce n’est pas désespoir, mais lumière et espérance.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions

    Par Flavien Bories
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Cavani gagne son Paris