Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Werder Brême-Cologne

Le Werder, aux portes de l'enfer

Il s'agit d'un géant du foot allemand, qui pourrait disparaître de la Bundesliga la saison prochaine. Le Werder Brême, doyen de la BuLi et recordman du nombre de saisons disputées dans l'élite (56), est déjà prêt à sortir les mouchoirs : actuel avant-dernier, le club du nord-ouest compte deux points de retard sur le barragiste Düsseldorf avant l'ultime journée du championnat ce samedi. Au fond du trou, les Grünweissen ont besoin d'un miracle auquel personne ne croit vraiment.

Modififié

Ce qu'il faut retenir de la saison de Bundesliga

C'est une ère qui appartient au passé. Cette époque où le Werder rivalisait avec le Bayern au sommet de la Bundesliga, entre 1980 et 2010, n'est pourtant pas si lointaine. Mais depuis, tant de choses ont changé. Hier : Rudi Völler, Tim Borowski, Johan Micoud, Miroslav Klose, Torsten Frings, Tim Wiese, ou plus récemment, Mesut Özil et Kevin De Bruyne. Presque tous chapeautés par les maîtres Otto Rehhagel et Thomas Schaaf. Au palmarès, quatre titres de champion d'Allemagne (dont le fameux doublé coupe-championnat en 2004) et une dernière finale de Coupe de l’UEFA qui remonte à 2009 seulement. Aujourd'hui : une avant-dernière place au classement squattée quasiment toute la saison, fruit de la deuxième pire attaque (36 buts inscrits) et de la deuxième pire défense du championnat (68 pions concédés, dont une vingtaine sur coups de pied arrêtés). Des joueurs sans âme, un coach sans solutions et une identité en danger. À une journée de la fin du championnat, le Werder Brême est un monument en péril, prêt à être déchiré en lambeaux.

Des problèmes et des blessures


Habitué à nager dans le ventre mou depuis dix ans, le SV devait pourtant capitaliser cette saison sur sa belle huitième place de l'exercice précédent. Portés par une attaque affriolante et un audacieux coach de la nouvelle génération (Florian Kohfeldt), les Werderaner échouent à un point de la C3. Cette saison, naturellement, l'Europe est un objectif largement atteignable et assumé. D'ailleurs, on ne touche quasiment pas à l'effectif, qui mise sur sa stabilité et son expérience. Sauf que rapidement, la tournée vire à la gueule de bois.



À qui la faute ? Les responsables sont nombreux et les problèmes suintent de partout. Une boîte de Pandore est néanmoins identifiée : les blessures. Du onze de base de Kohfeldt, personne n'a été épargné. C'est simple, l'ancien gardien n'a pas pu aligner trois fois de suite la même équipe cette saison. La défense, en particulier, est un jeu de chaises musicales où les légionnaires de retour de blessure remplacent ceux qui reviennent meurtris du front.

Les piètres musiciens de Brême


Deuxième source du mal : le départ du capitaine Max Kruse à l'été dernier. Leader charismatique, buteur redoutable et point de repère du jeu des Grünweissen, l’homme aux 250 matchs de BuLi a laissé un vide vertigineux et n'a été « remplacé » que par Niclas Füllkrug, débarqué de Hanovre (D2) avant de se faire les croisés. Au moins, le désagrément aura permis à la révélation Milot Rashica de réussir en attaque, avec notamment sept pions en championnat... mais aucun depuis la mi-décembre. Début mars, l’interruption du championnat pour cause de Covid-19 ressemble ainsi à un cadeau du ciel. Plus de deux mois de répit qui doivent permettre aux Werderaner de panser leurs plaies, récupérer leurs blessés, soigner leurs automatismes, mais aussi réviser leur stratégie (Kohfeldt a longtemps renâclé à abandonner son amour du jeu de transition ultrarapide pour se pencher sur son arrière-garde).


Sauf que là encore, les joueurs de Brême sont poursuivis par le sort, forcés de respecter des contraintes plus restrictives que les autres clubs par leur région pour reprendre l’entraînement collectif. Dans un effectif pas taillé psychologiquement pour jouer le maintien, la spirale de défaites pèse dans les têtes des petits virtuoses Eggestein et Sargent, mais aussi des vieux routiers Şahin, Toprak, Klaassen, Moisander ou l’éternel Pizarro – 41 piges. Trop vieille (27 ans de moyenne d’âge, la troisième plus âgée de BuLi), pas assez dure au mal, l’escouade hanséatique ne peut rien pour empêcher le naufrage, et surtout pas un Kohfeldt qui a épuisé toutes ses options avec neuf systèmes de jeu testés. Tout tourneboulé, le jeune coach continue pourtant d'avoir la confiance de son directeur sportif et ancienne gloire du club Frank Baumann, lui-même critiqué pour sa gestion de crise trop laxiste, mais lui-même soutenu par son président Marco Bode, trop occupé à négocier le naming du Weserstadion à la société immobilière Wohninvest. Après tout, n'est-ce pas l'immobilisme qui a rongé les plus grandes civilisations ?



Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom

Hier à 16:48 Un joueur de Premier League évoque son homosexualité 74
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons