Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Finale
  3. // Revue de presse

Le triomphe du « Mariocana »

L'Allemagne est championne du monde. La quatrième étoile est là. Helmut Rahn. Gerd Müller. Andreas Brehme. Mario Götze. Les Allemands peuvent jubiler et ne plus penser à rien d'autre, pour aujourd'hui.

Modififié

La tête à l'envers. C'est le ressenti du Hamburger Morgenpost après ce quatrième titre de champion du monde arraché dans les dernières minutes de la prolongation par l'Allemagne. Avec, le Mopo inverse la photo de la remise du trophée au Nationalelf, comme un symbole d'une Allemagne qui réalise tout juste l'exploit accompli. Tout le pays en est encore à la fête et essaye de se remémorer les longues nuits de Berlin, d'Hamburg ou de Rio, entre selfies avec Angela et shooters avec Rihanna.



L'Allemagne est à l'envers et au paradis après cette courte victoire 1-0 sur l'Argentine. Bild a sorti la totale : gif scintillant, le fond d'écran avec la Coupe du monde « enfin là ! » , les vidéos de la victoire... La quatrième étoile est de toutes les unes, et elle célèbre un groupe incroyable. « Cette victoire est méritée. [Cette] équipe a été la meilleure contre l'Argentine et a aussi montré de meilleures performances lors des sept matchs du tournoi. » Pour l'Allemagne, c'est la célébration d'une génération qui rythment le quotidien sportif depuis neuf ans. « Pour la génération de Philipp Lahm et Bastian Schweinsteiger, c'est le couronnement d'une carrière » , exprime le Welt. Un rappel que fait également 11Freunde : « C'est le couronnement pour une génération de footballeurs qui, avec la Nationalmannschaft, était souvent toute proche, mais n'avait jusqu'alors pas réussi à aller au bout. »


Lors de ces neuf ans, Joachim Löw a joué un rôle de premier plan. « C'est également un couronnement pour le sélectionneur, qui a longtemps été un défenseur du beau jeu, et qui n'a jamais été aussi pragmatique qu'au Brésil. » Souvent critiqué, même pendant la compétition, Joachim Löw a le droit aux honneurs unanimes de la presse allemande. « Il a réfuté l'accusation que rien ne pouvait être gagné avec lui. »

Des héros


Parmi les champions du monde, deux joueurs sont célébrés comme les héros de la soirée et des héros de film. Bastian Schweinsteiger tout d'abord, et son courage après avoir eu le visage ensanglanté. Un « héros de la souffrance » pour Sportbild. Le Welt développe un long papier à propos de ce « blessé de guerre [bloodwarrior] Schweinsteiger [qui] rend l'Allemagne heureuse » . Un vrai chef dans cette équipe, qui a mené les siens jusqu'au bout de ses forces, malgré une « saison difficile » marquée par deux opérations. Après le match, dans les couloirs du Maracanã, Schweini ressemblait à un «  boxeur après le douzième round » . Avec son pansement en souvenir du combat, « Bastian Schweinsteiger sourit » , malgré la douleur. « Infiniment heureux après son plus grand combat et la plus dévouée des luttes de sa carrière » car il n'était pas seulement un joueur : « Il était le guide d'une équipe qui l'a même impressionné lui-même. Pas seulement par son potentiel sportif, qu'il connaît du Bayern Munich. »


Le groupe allemand avait ce potentiel héroïque. Ils sont nombreux à avoir jouer les rôles providentiels à un moment ou à un autre. Un d'entre eux gardera plus que les autres son nom collé à la finale. Pour certains journaux, Rio a accueilli le « Mariocana » le temps d'une soirée de Mondial. Buteur décisif, Mario Götze se taille une place aux côtés de Brehme, Rahn et Müller. Pourtant, Götze avait déçu au Brésil. La presse allemande ne l'oublie pas. Il était temps pour lui. Il lui fallait prouver sa valeur et faire ce que Löw lui conseille à la mi-temps de la prolongation : « Montre au monde entier que tu es meilleur que Messi ! Montre que tu peux décider du résultat d'un match. » Et il l'a fait. Lors d'un « moment magique offert au monde du football » . À 22 ans, Mario Götze est entré dans le cercle des « grands héros de l'histoire du football allemand » . Sans oublier les héros manquants. Le héros tombé avant le tournoi, l'ami de Mario Götze, Marco Reus. Ou, comme Schweinsteiger, avoir une pensée pour Uli Hoeneß, en prison ce 13 juillet 2014.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié