Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e finales aller
  3. // S. Donetsk/Bayern Munich (0-0)

Le Shakhtar laisse passer sa chance

Le temps d'une heure et demie, Donetsk laissait ses préoccupations quotidiennes pour suivre ce Shakhtar qui a sans doute raté quelque chose face à un Bayern pas dingue et réduit à dix à l'heure de jeu. Avec un 0-0 tiré de Lviv, le Bayern peut voir venir.

Modififié

Shakhtar Donetsk - B. Munich
(-1--1)



L'opportunité ne se représentera vraisemblablement pas deux fois. Tirer le Bayern de Munich en huitième de finale de C1 est déjà une belle tannée, et ne pas profiter d'une supériorité numérique un inévitable découragement. Alors que la rencontre s'éternise dans un faux rythme, l'arbitre ouvre pourtant la porte aux Ukrainiens, en distribuant à la 65e un deuxième jaune à Xabi Alonso. Et on ne parle pas d'un Ricard. À 11 contre 10, le Shakhtar et son buteur à 9 pions ont poussé, inévitablement fait reculer un Bayern jusque-là - petitement - dominateur. Mais le verrou est resté fermé. Et il s'annonce encore moins ouvert à l'Allianz Arena.

À l'ouest, rien de nouveau


Dans leur exil de Lviv, les hommes de Lucescu ont donc manqué l'opportunité. Car si on pouvait présenter avant-match une éventuelle faille bavaroise avec un seul véritable défenseur central valide (un triumvirat Boateng, Alaba et Rafinha), la formation - nouvelle - de Guardiola a fait le boulot. Juste le boulot. Comme toujours, l'ogre munichois entame sa rencontre en trombe. Le pressing féroce, mais surtout perpétué par l'ensemble des joueurs du Bayern pousse les Ukrainiens, d'habitude plutôt agiles techniquement, à la faute. Les Bavarois s'adjugent la possession, que l'équipe de Lucescu tente à peine de récupérer, préférant profiter de la vitesse de ses joueurs offensifs pour exister en contre-attaques. Le sexy trio composé de Götze-Alonso-Schweinsteiger essaye par tous les moyens d'accélérer la circulation du cuir. Les assises du bloc défensif ukrainien tiennent le choc. La rencontre grimpe en intensité au fur et à mesure que les minutes s'écoulent. Pourtant, le champion d'Allemagne en titre manque de tranchant et d'éclats offensifs. Le tandem Robbery n'y changera rien, les Allemands n'arrivent pas à inquiéter le portier adverse, Andrei Pyatov. Pas grand-chose à se mettre sous la dent durant cette première période donc, où la reprise à l'unisson, juste avant la pause, de l'hymne national ukrainien par les quelque 30 000 supporters présents en tribunes restera le moment véritablement fort de ces 45 minutes.

Barberousse (rasé) voit rouge


Si le spectacle fait clairement défaut sur le pré, le constat est tout autre dans les travées de l'enceinte de Lviv. Les supporters bavarois, venus en masse, répondent par leurs chants à la chaleur que dégagent les sauts et encouragements du public ukrainien. Une ambiance générale perçue comme un appel au combat par les 22 acteurs, notamment Francky Ribéry qui est à deux doigts de se foutre sur la gueule avec deux joueurs du Shakhtar. Les semelles volontaires s'accumulent, et l'homme en noir du soir, Alberto Undiano Mallenco, se voit contraint de distribuer les avertissements, dont les deux à Xabi Alonso, qui laisse ainsi ses coéquipiers en infériorité numérique peu après l'heure de jeu. Galvanisés, les joueurs de Donetsk se mettent presque à y croire. Sans match officiel depuis décembre, les protégés de Lucescu tiennent la dragée haute aux quadruples vainqueurs de la C1. Ils sont toujours dans le coup physiquement, d'autant plus que les Munichois demeureront inoffensifs en seconde période, malgré l'entrée de Lewandowski. Mais techniquement, les tentatives ne percent pas Manuel Neuer. Tout se jouera donc à l'Allianz Arena, le 11 mars prochain. Tout est joué donc, serait-on tenté de dire.

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Eddy Serres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! Hier à 18:07 Le but contre son camp lunaire d'un Russe en finale de futsal aux JOJ 22 Hier à 09:42 OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
Hier à 15:02 Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 14
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 11:25 Enzo Zidane rate un tir au but, son équipe éliminée 29