Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. //

Le secret d'Obi Mikel pendant Nigeria-Argentine

Modififié
Atroce.

Le capitaine nigérian John Obi Mikel a dévoilé, sur KweséESPN, que son père avait été enlevé avant le troisième match décisif des Super Eagles contre l'Argentine (2-1). Une situation insoutenable que le joueur a préféré cacher à sa Fédération, pour tout simplement maintenir son père en vie.


« J'étais perturbé. Je ne savais pas quoi faire, mais je ne pouvais pas laisser tomber 180 millions de Nigérians. J'ai été obligé de cacher ça et de représenter mon pays. Je ne voulais pas que ça pose problème au groupe, au coach, car c'était un match si important pour tout le monde, a d'abord expliqué l'ancien joueur de Chelsea. Je devais me taire et représenter mon pays avant tout. Ils m'ont dit qu'ils allaient tirer sur mon père si j'en parlais aux autorités ou à quelqu'un. »


C'est dans ces circonstances épouvantables que le milieu de terrain a disputé ce qui ressemblait à un match couperet face à l'Albiceleste. « Je ne voulais pas en discuter avec l'entraîneur parce que je ne voulais pas que mon problème soit une distraction pour lui ou pour le reste de l'équipe le jour d'un match aussi important. Je ne pouvais pas le faire. »


L'ancien joueur de Chelsea a par ailleurs indiqué qu'il avait été contacté par les ravisseurs quatre heures avant le coup d'envoi du match, prévu à Saint-Pétersbourg. Ces derniers avaient réclamé une rançon de 10 millions de nairas (environ 24 000 euros, N.D.L.R). Finalement, son père a été libéré par la police du Nigeria dans la journée de lundi. Le porte-parole de la police a raconté que de violents échanges de tirs entre malfrats et policiers ont animé la mission de sauvetage. « Durant la mission de sauvetage, des échanges de tirs se sont produits entre les policiers et les ravisseurs, qui ont forcé ces derniers à abandonner la victime dans la forêt. »


Le paternel de Mikel, victime de coups portés par ses ravisseurs, a été transporté à l'hôpital pour y être soigné. C'est la deuxième fois que ce dernier subit un enlèvement après 2011, où il avait été libéré après dix jours de captivité. MA
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 84 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125