Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Copa Libertadores
  2. // 1re journée

Le roman de la Libertadores, chapitre 1

La Libertadores 2013 n'a que huit jours, mais déjà de belles histoires à raconter. Une équipe intoxiquée, des insultes racistes, un duel colombiano-mexicain à l'arrière-goût de blanche, et un traître de retour.

Modififié
« La Libertadores se situe au même rang que la Ligue des champions, mais se dispute dans un autre contexte. » L'appréciation est signée Gabriel Heinze. De retour à Newell's Old Boys, le club de ses débuts, depuis la mi-2012, l'ex du PSG a dû attendre ses 34 ans pour goûter à la très épicée compétition latino-américaine. La première fois d'El Gringo s'est déroulée jeudi dernier. Un 14 février. Une soirée de Saint-Valentin euphorique, lors de laquelle les fans de Newell's n'ont cessé de crier leur amour pour leur club (cf. l'impressionnante vidéo, ci-dessous). Pour les Lépreux, privés de Libertadores depuis sept ans, le scénario fut idéal. Un match maîtrisé, et une victoire 3-1 face aux Paraguayens d'Olimpia. L'ultime but de la rencontre a été inscrit par Maxi Rodríguez, l'ex de Liverpool. Autre ex passé par l'Europe, Lucas Bernardi n'a pas pu prendre part à la rencontre. Le milieu défensif a été suspendu pour trois mois, après avoir été contrôlé positif à la pseudoéphédrine en novembre dernier. La soirée idyllique vécue par Newell's et Heinze a toutefois été entachée par un incident. Au terme de la rencontre, le défenseur paraguayen, Salustiano Candia, a assuré avoir été traité de « nègre de merde » par l'attaquant argentin Maximiliano Urruti. Le Guarani a fait part de son intention de porter l'affaire devant la FIFA et la CONEMBOL « J'ai joué cinq ans en Argentine et c'est la première fois que cela m'arrive » , s'est indigné l'ex de Godoy Cruz et Colon de Santa Fé. Mais la Libertadores, c'est un autre « contexte » , comme dirait Heinze.

Les supporters rouge et noir de Newell's, un petit ton au-dessus de ceux de la route de Lorient
Vidéo

Ex-narcos vs narcos ?

2012 a été l'année de la rédemption pour les Millonarios Bogota. Leur président a évoqué la possibilité de renoncer aux titres remportés quand le club était dopé par les narcodollars du cartel de Medellin (1987 et 1988), et l'institution de Bogota a enfin renoué avec un sacre national. Pour leur premier match en Libertadores depuis seize ans, le hasard du tirage a mis sur la route des Millonarios les Xolos Tijuana, le sulfureux club mexicain. Une manière de se confronter à nouveau à son trouble passé. Créés il y a seulement six ans, et sacrés champions du Mexique en décembre, les Xolos sont détenus par la controversée famille Hank Rhon. Maire de la ville et créateur du club, le père, Jorge, a été suspecté par la DEA d'entretenir des liens avec des pontes de la drogue. C'est l'un de ses 19 enfants, Jorge Alberto, 29 ans, qui tient désormais la laisse des Xolos. Officiellement, tout du moins. Pour le premier match de son histoire en Libertadores, ce club sulfureux, mais parfaitement structuré est allé l'emporter sur le terrain des Millonarios (0-1). Une surprise si l'on se réfère à l'histoire respective des deux clubs, mais rien de plus logique quand l'on connaît le rapport de force actuel entre les deux équipes, et les deux championnats. Dans la foulée de leur titre de champion, les Millonarios de l'ex-Strasbourgeois Wason Rentería ont ainsi été contraints de laissé partir deux de leurs meilleurs joueurs vers Queretaro, lanterne rouge du dernier exercice mexicain. Toute comparaison avec la passation de pouvoir entre cartels colombiens et mexicains serait de mauvais goût ...

De malade cardiaque à buteur

Ivan Alonso, vous vous souvenez ? L'attaquant uruguayen a traîné du côté de l'Espanyol Barcelone et d'Alavès, avec qui il a disputé la fameuse finale d'UEFA 2001 face à Liverpool. Désormais employé par le Nacional Montevideo, où il côtoie notamment Sebastian Abreu et Álvaro Recoba, Alonso a retrouvé, mardi, Toluca, le club mexicain avec lequel il a été sacré deux fois meilleur buteur du championnat (apertura 2011 et clausura 2012). Des retrouvailles houleuses. Car Alonso a quitté le club mexicain en juillet dernier dans des circonstances troubles. Un problème cardiaque lié à l'altitude lui avait été diagnostiqué, mais le corps médical du club assurait qu'il pouvait encore poursuivre sa carrière. Alonso, qui a vu Dani Jarque mourir dans ses bras quand il évoluait à l'Espanyol, s'était montré inflexible. Il a mis un terme à sa carrière. Six mois plus tard, le goleador gambade sous le maillot du Nacional et ne craint plus l'altitude, puisqu'il était titulaire, mardi, sur le terrain de Toluca. L'Uruguayen assure qu'un nouveau diagnostic l'a fait revenir sur sa décision en fin d'année dernière. Conspué sur chacune de ses touches de balle, Alonso n'a rien fait pour soigner sa cote de popularité au Mexique, en inscrivant le but de la victoire des Bolsos (2-3). Retour sur terre brutal pour Toluca, qui avait entamé sa Libertadores, mercredi dernier, par une brillante victoire sur le terrain de Boca Juniors (1-2).


Toluca-Nacional (2-3) :
Vidéo

Ce mardi, le journée fut ronde pour le football uruguayen, puisque Peñarol l'a également emporté, face à Emelec (1-0). Un succès pas indemne de polémique. Au matin de la rencontre, les Équatoriens ont assuré avoir été victimes d'une intoxication alimentaire, consécutive à leur repas pris la veille au soir au sein de l'hôtel Sheraton de Montevideo. Dix joueurs auraient été touchés. Face aux accusations des Équatoriens remontés, leurs homologues de Peñarol ont démenti toute implication. Au final, Emelec a aligné son équipe type, et a concédé une courte défaite au mythique stade Centenario.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 1 heure Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 6 il y a 1 heure Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 9
il y a 2 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 28
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 8
À lire ensuite
Touche pas à mon Arsenal