Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Le réveil-matin de Zarate

Modififié
Il y a des semaines, comme ça, où tout va mal. Mercredi soir, la Lazio Rome était éliminée de la Coupe d'Italie par son ennemie, l'AS Roma.



Juste après la rencontre, le coach, Edy Reja, s'en prenait à Mauro Zarate, l'accusant d'être trop égoïste. Vexé, le joueur n'avait pas répondu aux accusations. Reja a certainement reçu un petit coup de fil de son Président, puisque, dès le lendemain, il affirmait que Zarate était un patrimoine de la Lazio, et qu'il était indispensable au club.



Mais au lieu de se comporter comme un élève exemplaire afin d'apaiser les tensions, l'Argentin a eu la bonne idée de ne pas se présenter à la clinique ce matin. Il était attendu pour une vérification, à 9h30, suite à une douleur à l'aine. Son excuse : « Je n'ai pas entendu mon réveil » . Comme à l'école primaire quand on n'a pas envie d'aller à la piscine, en gros.



Cette énième preuve d'indolence pourrait énerver d'autant plus son entraîneur, qui semble décidé à le remplacer par Libor Kozak, dimanche, face à Bologne. Car lui, au moins, il entend son réveil.



EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



À lire ensuite
Milan à l'aise