Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // AS Roma-FC Porto

Le retour du Pepe flingueur

Opposé à la Roma en huitièmes de finale de Ligue des champions, le FC Porto va pouvoir compter sur une recrue de taille : Pepe. Revenu au FC Porto cet hiver après avoir résilié son contrat au Beşiktaş, l'international portugais compte bien prouver à l'Europe qu'il reste une valeur sûre à son poste.

Modififié

Le tableau d’affichage de l'Estádio do Mar de Matosinhos indique la 87e minute de ce quart de finale de Coupe du Portugal entre Leixões et le FC Porto, lorsque l’attaquant des locaux Pedro Henrique s’envole sur le côté gauche à grandes enjambées. Alors que le numéro 9 se voit déjà offrir la victoire aux siens, un Dragão débarque les deux pieds décollés pour lui arracher le ballon et lui chicoter les chevilles. Cela ne fait aucun doute, Pepe est bien de retour.

Vidéo

Et le premier match de sa seconde vie à Porto prouve qu’il n’a pas vraiment changé en douze ans. Si l’on met de côté les cheveux qui ont poussé et les rides qui sont apparues, l’international portugais reste ce défenseur rugueux et dur sur l’homme. Mais résumer Pepe et son match face à Leixões à ce tacle qui ne lui a valu qu'un carton jaune serait malhonnête, tant il reste avant tout un défenseur de très haut niveau ressemblant à une grande muraille infranchissable.

Le retour au bercail


Comment Pepe a-t-il pu se retrouver sur la pelouse de l'Estádio do Mar le 15 janvier dernier avec le maillot du FC Porto sur le dos alors qu'il se trouvait, quelques semaines plus tôt, 4000 kilomètres à l’est (à Istanbul précisément) ? Pour trouver une réponse, il faut aller faire un tour dans le livre de comptes du Beşiktaş où le défenseur portugais était arrivé en juin 2017. Solidement installé sur le podium du championnat turc, le Beşiktaş est en revanche proche de la zone rouge au niveau des finances. Tellement proche que le club turc n’arrive plus à payer les gros salaires du club, dont celui de Pepe qui résilie finalement son contrat six mois avant son terme. Pas rancunier, l’ancien roc du Real Madrid s’envole de Turquie comme un prince après avoir financé un mois de salaire à certains employés du club, selon plusieurs médias turcs.


Libre de tout contrat, Pepe attire forcément l’œil de plusieurs clubs européens – dont l’AS Monaco ou Wolverhampton qui aimeraient bien agrandir leur colonie portugaise. Mais comme une évidence, c’est finalement à Porto que Pepe atterrit. Là où il s’est fait un nom lors de son passage entre 2004 et 2007. Et à l’écouter au micro de Porto Canal, le choix n’a pas été difficile à faire : « Dès que le FC Porto a dit oui, c’était tout de suite plus facile. Cela s’est fait naturellement. C’est un privilège de pouvoir porter à nouveau ce maillot qui compte beaucoup pour moi. Je suis très reconnaissant au FC Porto pour tout ce qu’il m’a apporté. Lorsque je suis venu jouer ici avec Beşiktaş (défaite de Porto 1-3 le 13 septembre 2017 en Ligue des champions, N.D.L.R.), c’était le match le plus difficile de ma carrière. »

Les retrouvailles Pepe-Casillas


Pepe a beau aller sur ses 36 ans, il n’est pas revenu à Porto pour s’offrir une pré-retraite à la maison. « La première chose qu’il m’a dite lorsque l’on s’est vus, c’est "Mister, je veux jouer." C’est fantastique de sortir ça lors de notre présentation » , a d’ailleurs confié Sérgio Conceição en conférence de presse. Résultat, l’entraîneur du FC Porto n’a pas hésité bien longtemps pour changer sa tactique – en décalant notamment Éder Militão sur le couloir droit de la défense –, afin d’intégrer Pepe dans le onze de départ de la meilleure défense de Liga Nos. Et force est de constater que le champion d’Europe 2016 a su répondre aux attentes de son nouveau coach en enchaînant les bonnes prestations, repoussant l’attaquant en un regard ou lui mettant un petit taquet si celui-ci est assez fou pour aller au duel.


Il faut dire que ce n’est pas le premier « vieux » à arriver sur le tard à Porto. Et à y réussir. À l’image de son ancien coéquipier au Real Madrid Iker Casillas, dont les retrouvailles se sont faites avec le sourire à écouter Pepe : « Quand je suis arrivé au Real Madrid, je parlais du FC Porto, alors j’ai peut-être eu une influence sur sa décision de venir ici. Lors de notre première rencontre à Madrid, il m’a dit "Parles-tu espagnol ?" J’ai dit non. Aujourd’hui, je lui ai donc demandé : "Parles-tu portugais ?" Il m’a dit qu’il le comprenait, mais qu’il avait encore un peu honte. Ce qui est déjà mieux que moi lorsque je suis arrivé à Madrid. (Rires.) » Plus que son talent défensif, Pepe vient apporter son expérience à une équipe de Porto qui en manque parfois. C’est bien simple : à eux deux, Iker Casillas et Pepe cumulent 272 matchs de Ligue des champions. Soit dix de plus que le onze entier de la Roma qui a débuté face au Real Madrid en novembre dernier (défaite 2-0 à l’Olimpico). L’apport de Pepe paraît donc indéniable. D’autant plus que ce match face à la Roma est important pour le Portugais, qui a une revanche à prendre sur des Italiens ayant éliminé son Real Madrid en huitièmes de C1 2008 avant de se venger huit ans plus tard au même stade de la compétition. Džeko et ses chevilles sont prévenues, Pepe a faim de victoire.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

il y a 1 heure Bolt choisirait Mbappé, Bale et CR7 pour courir le 4x100m 18
il y a 1 heure José Mourinho apprend l'allemand 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons