Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Le record de buts du PSG lui ouvre-t-il la voie du succès ?

Grâce à une nouvelle avalanche de buts face au Celtic (7-1), le Paris Saint-Germain est devenu l’équipe la plus prolifique d’une phase de poules de Ligue des champions. Un gage de réussite pour la suite de la compétition ?

Modififié
Il ne fallait « que » quatre réalisations au PSG pour égaler le record établi l’an passé par le Borussia Dortmund du plus grand total de buts en phase de poules d’une Ligue des champions (21). Mais avec sa moyenne depuis le début de la compétition (4,25 par match) et deux rencontres à jouer, ce n’était qu’une question de minutes. Il en aura fallu 35 au trio Neymar-Cavani-Mbappé pour faire entrer Paris dans l’histoire.


Jusqu’ici, cinq formations avaient réussi l’exploit d’atteindre les vingt unités en six matchs, avec par la suite des fortunes diverses. Le Manchester United version 1998-1999 fut le premier, emmené par une doublette Andy Cole-Dwight Yorke mise sur orbite par David Beckham. Passé in extremis en quart de finale à la faveur d’un système qui sélectionnait à l’époque les meilleurs deuxièmes pour la phase à élimination directe, Man U l’avait emporté en cumulé 3-1 en quart, 4-3 en demie, puis 2-1 en finale face au Bayern Munich au bout du « Fergie Time » et d’un des scénarios les plus dingues de l’histoire du foot. Ou quand l’attaque a le dernier mot sur la défense.

Marquer beaucoup, ça aide


Il faudra attendre treize ans pour que ce record soit égalé par le Barça de Leo Messi, qui n’encaisse dans le même temps que quatre pions en six sorties. Les Catalans font tourner la machine à plein régime en huitième avec 10 buts en deux matchs, mais s’inclinent finalement de justesse en demi-finale contre Chelsea. La formule grosse attaque-grosse défense va plus loin dans la démonstration deux ans plus tard, avec un Real Madrid qui étrille tous ses adversaires en phase de poules (20 buts) comme en phase finale (21 buts). Portés par Cristiano Ronaldo, les Madrilènes disposent 4-0 du Bayern en demi-finale retour avant de marquer trois buts en une seule mi-temps de prolongation à l’Atlético pour s’adjuger la coupe aux grandes oreilles. Marquer beaucoup, ça aide beaucoup.


Mais défendre également : si le Borussia Dortmund avait offert à l’Europe la démonstration d’une puissance de feu inédite l’an passé, ses neuf buts encaissés en phase de poules ne laissaient rien présager de bon pour la suite des hostilités. C’est Monaco qui sanctionna les Allemands dès les quarts de finale avec un total de 6-3 sur leurs deux confrontations.

Un cocktail inédit


Le cinquième et dernier membre du « club des vingt buts » montre qu’une attaque de folie est précieuse, mais parfois insuffisante. L’an passé, Barcelone était sorti de son groupe avec 20 buts marqués – dont 14 pour la MSN, un de moins que la MCN cette année – et quatre encaissés. La formation de Luis Enrique s’était fait un malin plaisir de démontrer qu’une force offensive peut sortir une équipe de n’importe quelle situation, à la faveur d’une remontada historique face au PSG. Remontada prouvant par ailleurs que les chiffres ne sont que peu de choses. La défaite contre la Juve en quarts, au terme d’une double confrontation cadenassée par les Turinois, prouva que même la plus belle attaque du monde a ses limites.



L’extraordinaire forme offensive du PSG n’est donc en rien gage de réussite, mais c’est un gros avantage, surtout parce qu’elle est combinée à une défense qui a laissé le ballon transpercer ses filets pour la première fois ce mercredi soir. Un cocktail inédit, qui a de quoi emmener le club de la capitale très loin.



Par Simon Stéphan
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 19 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible