Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 19e journée
  3. // Osasuna/Real Madrid (0-0)

Le Real étale sa tristesse à Pampelune

Après 90 minutes qui avaient tout d’une purge, le Real Madrid n’a pu se défaire d’un vaillant Osasuna. Une nouvelle contre-performance qui a de quoi inquiéter tout le peuple merengue. Car avec ce visage, ce Real est pathétique.

Modififié
OsasunaReal Madrid : 0-0

Le Real Madrid n’aime pas les lanternes rouges. Déjà tenu en échec il y a de ça un mois par l’Espanyol Barcelone, alors bon dernier de Liga, le club de la capitale est retombé dans ses travers. Face à Osasuna, les Merengues ont affiché leur pire visage : une fébrilité affligeante, un manque d’idées navrant, et une nouvelle expulsion prématurée… Et ce ne sont pas les absences de Cristiano Ronaldo, Sergio Ramos ou encore Pepe qui peuvent tout expliquer. Bref, tout un chacun le savait : le Real Madrid avait plus ou moins tiré un trait sur la Liga, c’est chose désormais officielle. La prochaine semaine s’annonce encore compliquée pour José Mourinho

Les absents n’ont pas toujours tort

Après une convaincante qualification en milieu de semaine pour les quarts de finale de la Copa del Rey (victoire 4-0 face au Celta Vigo), le Real se devait de confirmer. Sauf qu’au petit jeu des blessures, des méformes, et des suspensions, les Merengues se retrouvent amputés de nombreux titulaires. Et sitôt le coup d’envoi donné, ces absences se font sentir. Dans un Estadio Reyno de Navarra chauffé à blanc – sans mauvais jeu de mot, hein –, les ouailles du Mou sont chahutées par un Osasuna aussi gaillard que limité. Sans un Cristiano Ronaldo, suspendu, et sa doublette « caution-technique » Özil-Benzema, laissée sur le banc, la Casa Blanca n’arrive pas à poser la chique. Le jeu est brouillon et les enchaînements désordonnés. Au milieu de cette enchaînement d’erreurs, il faut attendre une sortie casse-croûte d’Andres Fernandez pour qu’Higuaín s’offre une première occasion. Dans la foulée, Cejudo rappelle, par une frappe trop croisée, que le Real ne devra pas rater trop d’opportunités… Justement, d’opportunité, il n’y en aura plus jusqu’à la 45e minute et un beau travail de Callejón. À la pause, le tableau d’affichage est à l’image de ce match : nul et vierge. Le seul petit rayon de soleil est à mettre au crédit de Raphaël Varane, impérial dans son axe défensif.

Et encore, le Real s’en sort bien…



De mal en pis… C’est le triste constat auquel doit se soumettre José Mourinho à la reprise. Étouffés par la volonté des Navarrais, ses poulains offrent leur pire visage. Incapables d’enchaîner deux passes, ils se perdent dans un jeu long aléatoire. Et dans ce registre, l’absence pour cinq matchs de Sergio Ramos, aka « M. transversale dans les pieds » se fait plus que sentir. Histoire d’inverser la tendance, le Special One y va donc de son double changement dès l’heure de jeu. Higuaín, vraiment pas dans le rythme, et Di María, invisible depuis maintenant trois mois, sont remplacés par Benzema et Kaká. Un Brésilien qui dès ses premières foulées y va de sa petite biscotte pour un taquet bien senti. Une action pas si anecdotique que cela puisque 17 petites minutes plus tard, il va goûter pour la deuxième fois de la soirée aux joies du carton jaune. Pour ne pas s’être mis à distance sur un coup franc anodin d’Osasuna, il s’en va regarder la fin de match depuis les vestiaires. Cette expulsion, la troisième en 2013 pour le Real, va pourtant servir d’électrochoc. Sur une ouverture millimétrée de Benzema, Callejón croit ouvrir le score. Bah non, l’arbitre assistant y a vu un hors-jeu inexistant. Comme un symbole de ce Madrid stérile qui s’apprête à vivre un nouveau début de semaine difficile. En attendant la réception de Valence pour le quart de finale aller de la Copa del Rey…

Par Robin Delorme à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 22 Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22