Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée
  3. // Bastia/PSG (0-2)

Le PSG s'en tire bien

S'ils ont globalement dominé l'ensemble de la rencontre, les Parisiens auront eu toutes les peines du monde à venir à bout de Bastia. Il aura fallu attendre un doublé de Zlatan en fin de match pour voir Paris conforter un peu plus sa place de leader.

Modififié

Bastia - PSG
(0-2)

Ibrahimović (72e), Ibrahimović (82e) pour PSG.


72e minute de jeu. D'un subtil ballon piqué, Javier Pastore trouve parfaitement Cavani dans le dos de la défense bastiaise. L'attaquant s'emmène le ballon de la tête avant de temporiser pour offrir, en retrait, l'ouverture du score sur un plateau à Zlatan Ibrahimović. Si les Bastiais résistaient alors à merveille aux assauts stériles des Parisiens, ils auront fini par craquer à vingt minutes du terme de la rencontre. Un craquage bien aidé par l'erreur de l'arbitre assistant qui n'a pas vu la position de hors-jeu de l'Uruguayen au départ de l'action. Cruel pour des Corses qui auraient pu espérer un résultat plus favorable.

L'ennui au soleil


Si le soleil bat son plein au-dessus du stade Armand-Cesari, l'humeur des Parisiens n'est pas au beau fixe en ce samedi après-midi. Et pour cause, c'est avec une équipe décimée par les absences que le PSG s'apprête à affronter Bastia à quelques jours de son choc face au Real, en Ligue des champions. Verratti, Trapp, David Luiz et Di María sont à l'infirmerie, pendant que Matuidi purge un match de suspension et que Thiago Motta débute la rencontre sur le banc. Et la différence se fait vite sentir. Méconnaissables, les hommes de Laurent Blanc ne parviennent pas à construire la moindre occasion, incapables de se trouver dans les trente derniers mètres. Et ce n'est pas la reprise de la tête non cadrée de Pastore qui va masquer la misère offensive parisienne. Les visiteurs sont même tout proches de se faire punir, mais après avoir foiré sa relance, Sirigu se rattrape et se jette dans les pieds de Danic pour écarter le danger. Zlatan a beau s'essayer à la volée sur un centre de Maxwell, rien n'y fait, les deux équipes filent aux vestiaires sans être parvenues à cadrer le moindre tir. Comme quoi, la misère n'est pas forcément moins pénible au soleil.

Zlatan libère Paris


Cette seconde période n'a repris que depuis trois minutes lorsque Zaltan surgit parfaitement sur une reprise de Cavani pour ouvrir le score, sauf que le Suédois est signalé, à juste titre, en position de hors-jeu. La domination parisienne s'intensifie un peu plus, mais s'avère toujours aussi stérile, le PSG devant même attendre l'heure de jeu pour voir Cavani claquer la première frappe cadrée du match. Le temps passe, et les entrées simultanées de Motta et Brandão, quatorze mois après le coup de boule du second sur le premier, font office de seule véritable attraction dans cette rencontre. La libération parisienne arrive finalement par le pied droit de Zlatan qui, bien servi par Cavani, ne se fait pas prier pour ouvrir le score. Si le but est entaché d'un hors-jeu au début de l'action, le PSG prend l'avantage et l'ascendant psychologique, le Suédois s'offrant un doublé quelques minutes plus tard sur un caviar d'Aurier. 2-0, la messe est dite, et Paris peut valider sa huitième victoire de la saison. Et peu compliquée, certes, mais une victoire quand même.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 18:05 Une nouvelle statue pour Iniesta 3 Hier à 17:59 Un but égalisateur dans le temps additionnel fait polémique en Argentine 9 Hier à 15:34 Infantino veut faire valoir ses projets de nouvelles compétitions 37 Hier à 13:14 Éric Besson : « Pour 50 millions d'euros, on peut s'offrir un bon club de L1 » 71
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE