Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Le PSG est-il impossible à coacher ?

Depuis l'arrivée de QSI à Paris en 2011, six entraîneurs se sont succédé sur le banc (Antoine Kombouaré, Carlo Ancelotti, Laurent Blanc, Unai Emery, Thomas Tuchel et aujourd'hui Mauricio Pochettino). Et si tous ont suscité de l'espoir à leur arrivée, ils sont tous partis ou partiront dans l'indifférence la plus totale. Pourtant, la plupart ont montré par la suite qu'ils n'étaient sans doute pas le problème des maux d'un PSG qui est peut-être tout simplement impossible à coacher.

En se réveillant ce jeudi matin - en supposant qu’il ait réussi à trouver le sommeil -, Mauricio Pochettino a dû être surpris de ne pas voir un message de Leonardo ou de Nasser al-Khelaïfi lui signifiant que cette défaite à Madrid, synonyme d’élimination en huitièmes de finale de Ligue des champions, était son dernier match sur le banc du Paris Saint-Germain. Mais que l’Argentin ne se réjouisse pas trop vite, son licenciement n’est qu’une question de jours. Les dirigeants parisiens n’ont juste aucun intérêt à dégager dès maintenant l’ancien coach de Tottenham, alors que la saison est déjà terminée et qu’il n’y a plus rien à jouer, puisque le PSG est éliminé de la Coupe de France, de la C1 et que le championnat est déjà quasi plié. En revanche, Pochettino, qui était déjà sur la sellette après une saison compliquée dans le jeu proposé et dans les résultats, peut déjà se trouver une nouvelle destination pour la saison prochaine, puisque son licenciement en mai prochain ne fait pas le moindre doute. Et personne chez les supporters ne va le regretter. Mais cet échec est-il vraiment de sa faute ?

La valse des entraîneurs


Il y a comme un air de déjà-vu dans ce scénario. Peut-être parce qu'il s’est déjà produit à plusieurs reprises à Paris. Depuis le début de l’ère QSI, Antoine Kombouaré, Carlo Ancelotti, Laurent Blanc, Unai Emery, Thomas Tuchel et Mauricio Pochettino se sont succédé sur le banc parisien. Parmi eux, seul l’actuel coach de Nantes a réellement été regretté par la majorité des supporters au moment de son départ. Une tristesse qui s’expliquait surtout par son passif avec le PSG et le timing de son licenciement, alors qu’il venait d’être sacré champion d’automne. Pour le reste, il semblait logique que le coach s’en aille, car il fallait mettre quelqu’un d’autre sur le banc qui trouverait enfin la solution pour permettre à Paris de remporter cette fameuse C1.



Il y a d’abord eu Carlo Ancelotti qui en a eu marre de savoir son poste en danger et qui a préféré partir remporter une troisième Ligue des champions avec le Real Madrid. Avant d’éliminer le PSG avec ce même Real Madrid en 2022. Puis Laurent Blanc, qui, comme avec Bordeaux, a hissé Paris en quarts de finale en C1, remporté la Ligue 1 et proposé un jeu agréable. Licencié, il a laissé place à Unai Emery qui avait alors une Coupe d'Europe de plus à son palmarès que l’ensemble des clubs français. Il devait être celui qui allait enfin amener le PSG dans ce dernier carré. Raté, il s’arrêtera à deux reprises en huitièmes et s'en ira gagner une nouvelle C3 avec Villarreal. Thomas Tuchel, lui, est celui qui était le plus proche de réussir sa mission. Malheureusement, Kingsley Coman et le Bayern en ont décidé autrement en finale de la C1. Licencié quatre mois plus tard, notamment en raison de discordances avec Leonardo, l’Allemand décrochera la Ligue des champions avec Chelsea et Thiago Silva dans la foulée. De là à dire que Mauricio Pochettino - qui a autant de finale de C1 que le PSG - va rebondir ailleurs et prouver son étiquette de très bon coach qu’il avait avant son arrivée dans la capitale, il n’y a qu’un pas. Finalement, à Paris le problème n’est peut-être pas le coach. Peut-être que cette équipe parisienne est tout simplement impossible à coacher.

Qui sont les vrais coupables ?


Est-ce de la faute des entraîneurs si Gianluigi Donnarumma tente un contrôle alors qu’il peut envoyer une ogive loin devant, si Marquinhos fait une passe décisive à Karim Benzema, si Presnel Kimpembe contre la frappe de Diogo Dalot de la main contre Manchester United ou que Layvin Kurzawa marque contre son camp face au Barça ? Est-ce de la faute des entraîneurs si Neymar et Sergio Ramos passent leur temps à l’infirmerie ? Si les joueurs ont tous les droits et sont protégés par la direction quoi qu’ils fassent de mal, et ce, même s’ils insultent leur coach en direct sur Periscope ? Si les joueurs changent leur mentalité dès qu’ils mettent un pied dans le club ? Si le nom prime sur l’intérêt et la logique sportive dans le recrutement, sur lequel ils n’ont d’ailleurs pas leur mot à dire ? S'il faut faire de la politique au moment de la composition des équipes et du choix des remplacements pour ne pas froisser les ego et se mettre ainsi la direction à dos ?




Alors oui, Ancelotti, Blanc, Emery, Tuchel et Pochettino ont commis des erreurs. Oui, ils ont leur part de responsabilité dans les échecs du Paris Saint-Germain. Mais croire que tout peut s’arranger en mettant quelqu’un d’autre sur le banc - sans que rien ne change au sein de la direction et dans les mentalités, ce qui peut aller de pair - est une utopie. L’équipe jouera peut-être mieux avec Pep Guardiola comme entraîneur, défendra mieux avec Conte, se battra plus avec Simeone. Mais que ce soit avec eux sur le banc, Pascal Dupraz ou encore Zoumana Camara, le fond du problème restera le même. Dans ce cas-là, autant mettre Yannick Noah en coach. Au moins, les joueurs arrêteront peut-être de s’effondrer mentalement à la première difficulté.

Pour les supporters du PSG, « un rendez-vous chez le psychologue ne suffira pas »


Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.





Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine