Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // ASSE-PSG (0-4)

Le PSG écœure les Verts

Pour la première de son Fab Four (Di María, Icardi, Mbappé, Neymar), le PSG s'est baladé à Saint-Étienne (0-4) face à des Verts rapidement réduits à dix et irréalistes. Mbappé a inscrit un doublé, et Paredes a avalé son premier but en Ligue 1.

Modififié

Saint-Étienne 0-4 PSG

Buts : Paredes (9e), Mbappé (43e, 90e) et Icardi (73e) pour le PSG

Les réclames pour soigner l'éjaculation précoce ont beau faire un tabac, c'est l'impuissance qui est venue s'installer à la table de la Ligue 1 dimanche soir. Pourrie par les blessures et privée de buteur, l'ASSE voulait exister à l'honneur face à un PSG qui la dresse depuis plus de onze ans à Geoffroy-Guichard ? Elle a finalement été de nouveau étrillée, réduite à dix, et tout ça en ayant eu les balles pour ne pas finir avec une bulle. Trop solides, trop confiants, trop cliniques, les Parisiens ont eux vécu une soirée sans inquiétude. Tout ça avec un onze que Tuchel pensait incapable de briller sous cette forme.

Chanter à quatre, c'est possible


Quatre garçons dans le vent pour un concert impossible. À Geoffroy-Guichard, le coup d’envoi n’est pas encore donné, le premier uppercut pas encore déclenché que déjà, l’ASSE prend sa première mandale du soir. Alors qu’il avait enterré l’idée quinze jours plus tôt, Thomas Tuchel se ravise et aligne finalement pour la première fois de la saison son Fab Four - Neymar, Di María, Mbappé, Icardi - afin de tester sa viabilité. Résultat ? La petite bande traverse la première période avec décontraction et panache, à l’aise comme sur un passage piéton d’Abbey Road, et n’a besoin que de quelques chansons pour faire taire la salle stéphanoise malgré une boulette locale envoyée en contre par Denis Bouanga juste à côté du poteau gauche de Navas. Elle a surtout besoin de faire monter sur scène un guest, Leandro Paredes, de nouveau très intéressant micro en main dimanche soir et auteur de son premier but avec le PSG après neuf minutes de représentation : une volée lâchée après un gros cafouillage et déviée par Wesley Fofana.


Partant, que faire pour les Verts ? Tendre l’autre joue : en rythme, les Parisiens enchaînent les couplets, voient Mbappé se faire logiquement refuser un but pour hors-jeu, Ruffier faire la sécurité sur une tête d’Icardi, puis sur une frappe de Meunier, mais surtout Aholou marcher sur le script. Saoulé par le déroulé de la soirée, le milieu de l’ASSE saute sur les deux mollets de Paredes après 25 minutes de jeu et se fait logiquement dégager de la piste. Les Verts ne sont pas aux fraises, mais viennent de voir leur chance d’exister réduite en compote, d’autant que Bouanga manque un deuxième duel avec Navas juste après la demi-heure de jeu. Avec son maillot surimi, le PSG sort logiquement son deuxième bâtonnet du soir avant la pause : bien lancé par Neymar, Mbappé glisse un ballon sous le ventre de Ruffier, jusqu’ici au poil, et c’est tout le suspense qui vole en éclats. Tuchel tient surtout une réponse : son Fab Four sait chanter ensemble.

Icardi pose la cerise


« Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire... » Paumé comme Anna Karina dans Pierrot le Fou, Claude Puel décide de sortir la carte Zaydou Youssouf après l'entracte. Et le Castrais a raison de croire en sa chance : d'entrée de deuxième acte, Bouanga s'offre deux nouvelles occasions de tacher la copie parisienne, mais tombe soit sur Navas, soit sur sa maladresse. Imperturbable, Neymar reprend en vitesse ses baguettes. Problème : Ruffier s'amuse à gâcher tous les solos du batteur brésilien. Di María, lui, voit le poteau casser son coup de ciseau alors que l'inspecteur Buquet ne bronche pas au moment où Fofana découpe Icardi en pleine surface. Entré à l'heure de jeu, Boudebouz est le témoin privilégié d'un spectacle prévisible : boxée psychologiquement par un PSG néanmoins incapable de tripler la mise, Neymar envoyant même un penalty sur le poteau, l'ASSE est incapable de craquer la moindre allumette malgré plusieurs ouvertures. À force de taper sur le but vert, les Parisiens réussissent finalement à attraper leur troisième but du soir au bout d'un centre de Kurzawa dévié et poussé au fond par Icardi. Puel est rouge de colère et voit même Mbappé s'offrir un doublé, alors que les Green Angels allument les bougies de leur 25e anniversaire. Voilà le PSG avec un cinq à la suite dans les poches.


AS Saint-Étienne (3-5-2) : Ruffier - Debuchy, Fofana, Perrin - Gabriel Silva (Youssouf, 46e), Camara, M'Vila, Aholou, Trauco - Nordin (Boudebouz, 58e), Bouanga (Indjai Correia, 81e). Entraîneur : Claude Puel.

PSG (4-4-2) : Navas - Meunier (Kehrer, 78e), Thiago Silva (Verratti, 64e), Diallo, Bernat (Kurzawa, 64e) - Di María, Marquinhos, Paredes, Neymar - Mbappé, Icardi. Entraîneur : Thomas Tuchel.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

    PUTACLIC! Simão intronisé entraîneur de Mouscron 13 Hier à 16:11 Vers la création d'une Premier League européenne ? 138
    Hier à 15:55 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 1 Hier à 15:43 Taye Taiwo rejoint la nouvelle franchise de Palm Beach 22
    Partenaires
    Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
    PUTACLIC! Thomas Deniaud meilleur que Van Basten 14
    Hier à 12:33 Quand Bruno Martini comparait Guy Roux à une pièce de jeu d'échecs 5 Hier à 11:33 Pedro Martins encense Villas-Boas et félicite Valbuena 9 Hier à 11:12 La magnifique volée de Buballa avec Sankt Pauli 6 Hier à 10:45 Des précisions sur le futur format de la C1 48 Hier à 10:06 Eto'o s'en prend à France Football 25 Hier à 08:54 Une ministre brésilienne demande que Robinho soit immédiatement envoyé de suite en prison 48 Hier à 08:41 Marx Lênin débarque en D2 russe 59