Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Montpellier-PSG (3-2)

Le PSG creuse toujours plus profond à La Mosson

Une nouvelle fois défait à l'extérieur après avoir mené par deux fois, le PSG laisse filer trois points à Montpellier en même temps que sa fin de saison. C'est sidérant.

Modififié

Montpellier HSC 3-2 Paris Saint-Germain

Buts : Kimpembe (c.s.c, 21e), Delort (81e) et Camara (84e) pour Montpellier // Oyongo (c.s.c, 11e) et Di María (62e) pour Paris

Mais où est Bill Murray ? Les semaines passent, et le surnaturel devient de plus en plus normal. Un dégagement de Buffon, une simple passe pour Paredes, et un but gag encaissé par Paris à cinq minutes du terme de la rencontre : voilà comment perdre trois points à Montpellier après avoir, encore, mené au score par deux fois. Si c’était une running joke, plus personne ne rirait. Les ficelles sont trop grosses. Pourtant, une nouvelle fois, le PSG s’est saboté, encaissant un but contre son camp de Kimpembe avant que Paredes n'offre la balle fatale à Camara. Au bout d’un moment, cela se passe de mots.

Longue agonie

Mission initiale : « Ne pas leur laisser de répit » . Daniel Congré a des ambitions et les expose en public en avant-match, s’érigeant en porte-parole d’une équipe montpelliéraine qui compte bien disputer jusqu’au bout une place européenne pour l’instant occupée par Saint-Étienne. L’ironie, c’est qu’en ce moment, on y croit. Car si l’on peut trouver un point négatif aux contre-performances répétées du PSG, c’est que leurs adversaires se présentent désormais en pleine conscience que les conditions sont parfaites pour faire un coup, constat aussi motivant que castrateur. Le MHSC, drapé de son 3-4-1-2 habituel, peine donc à déplier ses ailes, encaissant la possession parisienne en même temps que l’ouverture du score. Bernat déborde à gauche, Oyongo se jette, CSC (1-0, 11e). Dans la foulée ou presque, Kimpembe, définitivement à mettre au frais pour la saison prochaine, offre l’égalisation aux Sudistes sur coup de pied arrêté, de la main (1-1, 21e). Le neuvième pion encaissé dans cet exercice par les Parisiens sur leurs seize derniers. Piètre statistique : deux buts, aucun tir cadré. Paris coule en silence, laissant à Buffon le soin de sortir une frappe vicieuse de Le Tallec, puis de hurler sur sa défense lorsque Delort foire seul une volée aérienne à bout portant (44e). Ce n’est pas une fin de saison, c’est une longue agonie.

Appelez Céline Dion

Le naufrage est collectif, mais les performances individuelles sont tout aussi pauvres. Dans une défense perdue chaque fois que Thiago Silva est absent, seul Colin Dagba surnage encore, alors que Kurzawa supplée à la mi-temps un Choupo-Moting qui n’aura touché que... neuf ballons. Toujours un grand vide dans le contenu, mais au moins, c’est efficace : Marquinhos, obligé de faire le boulot pour deux, avance, perce, lance en profondeur, et se trouve bien heureux de contrer un dégagement d’Hilton. Ça revient dans les pieds de Di María, qui en profite pour éliminer Lecomte d’une jolie roulette et inscrire son 10e but de la saison (2-1, 62e). Montpellier, de son côté, se réveille au rythme des tentatives ratées de ses deux plus dangereuses gâchettes, Delort (74e) et Mollet (75e).


Avant, Mendes avait prouvé l’utilité de la goal-line technology en frustrant Draxler (70e), et Marquinhos montré qu’il est probablement plus à l’aise à vélo qu’en bicyclette (72e). Sans prévenir personne, le match s’est durci en même temps qu’amélioré. Mieux, en trois temps (dégagement de Lecomte, déviation de Mollet, frappe de Delort), le MHSC revient au score (2-2, 80e). Avant l’impensable, le surnaturel : Paredes se fait chiper un ballon dans les pieds sur une action gag, et Camara offre la victoire aux siens d’une frappe pourrie du gauche (3-2, 84e). Laissons le PSG se sortir de sa tombe, l'important est ailleurs : Montpellier récupère trois points inespérés et monte à la cinquième place de Ligue 1, devant l'OM.



Montpellier (3-4-1-2) : Lecomte - Congré, Hilton, Mendes - Oyongo, Suárez (Lasne, 73e), Skhiri, Le Tallec - Mollet (Sambia, 82e) - Delort (Camara, 82e), Laborde. Entraîneur : Michel der Zakarian.

PSG (3-4-3) : Buffon - Kimpembe, Marquinhos, Dagba - Bernat, Alves, Draxler, Paredes - Neymar, Di María, Choupo-Moting (Kurzawa, 45e). Entraîneur : Thomas Tuchel


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 11:25 Griezmann fustige l'homophobie en une de Têtu 240