Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Gr.A
  4. // Shakhtar/PSG (0-3)

Le PSG bat un docile Shakhtar Donetsk

Le Paris Saint-Germain s'est tranquillement imposé face au Shakhtar Donetsk (0-3). Les hommes de Laurent Blanc ont dominé une rencontre face à des Ukrainiens bien trop attentistes pour cette compétition. Et peuvent aborder la double confrontation face au Real Madrid avec six points au compteur.

Modififié

Shakhtar Donetsk - PSG
(0-3)

S. Aurier (6'), David Luiz (23'), Ibrahimović (89') pour PSG.


C'est un but qui a certainement enchanté tous les entraîneurs de football. Centre du latéral gauche – Maxwell, l'homme qui vieillit mieux qu'un bon spiritueux – déposé sur le crâne du latéral droit – Aurier, et son contentieux désormais réglé avec la Ligue des champions. Après ce but d'école, le Paris Saint-Germain double la mise grâce à la cuisse de David Luiz. Les hommes de Mircea Lucescu ne se remettront pas de ces deux accélérations parisiennes. Résultat, une victoire plutôt tranquille avant d'affronter le gros morceau de la poule.

Serge, t'es un gagnant


Dès le coup d'envoi, les Ukrainiens imposent une pression haute. Les premiers frissons sont orange et noir. Un coup franc, un corner, et un Kevin Trapp qui rassure ses troupes. Comme contre Nantes, Aurier commence son match par une balayette sur son adversaire direct. Puis s'en va faire taire la déjà timide (logique, lorsqu'on joue à plus de mille kilomètres de chez soi) Arena Lviv. Sur un centre somptueux de Maxwell, l'international ivoirien mange Taison au duel et ouvre le score après la première longue période de possession parisienne. Au quart d'heure de jeu, Ibra prouve qu'il a un réel problème avec les buts vides cette saison. L'attaquant suédois rate sa tête après un centre d'un Serge Aurier omniprésent. Les hommes de Lucescu sombrent, et seul Gladky et son physique de déménageur mettent en danger la charnière parisienne. Puis sur un corner de Di María, effleuré par Aurier, David Luiz marque de la cuisse. Un but tout vilain qui vient récompenser la maîtrise des Parisiens.

La demi-heure de jeu arrive, et les Ukrainiens n'ont toujours pas provoqué la moindre inquiétude à Trapp et consorts. Excepté un coup franc de Srna dans les bras du gardien allemand. Après un match compliqué à Nantes (jusqu'à l'entrée de Papa Motta), Verratti prend les choses en mains. Littéralement, puisque le numéro six italien évite son habituel carton jaune après une faute tactique dont il a le secret. Le moment choisi par David Luiz pour réveiller le public local. Sur une horrible passe en retrait, le Brésilien manque de tromper son gardien. Un semblant d'occasion qui réveille les joueurs de Donetsk. Juste avant la mi-temps, les deux buteurs du soir se montrent décisifs dans leur surface, en contrant tour à tour les frappes ukrainiennes. Le cafouillage du siècle se termine par une frappe au-dessus de Gladky. Un relâchement qui ne plaît pas à Ibra qui retombe dans ses travers et continue son trou dans la couche dézone. Monsieur Aytekin renvoie les hommes aux vestiaires. Une première mi-temps plutôt tranquille pour le PSG.

Paris gère, Bernard réveille son équipe


Au retour des vestiaires, les Ukrainiens se réveillent. Taison et Marlos sonnent la révolte. Dix bonnes minutes, puis plus rien. Verratti tente même sa chance à l'entrée de la surface. Sans succès. Puis revient aux fondamentaux. Une ouverture délicieuse sur Ángel Di María, qui rate totalement son lob. Lucas sur le banc, Alex Teixeira brille dans le rôle du Brésilien qui court tout droit sans s'arrêter. Comme contre Nantes, les Parisiens décident de ne jouer qu'une mi-temps sur deux et se contentent d'une gestion plus que tranquille. Du côté ukrainien, seul Bernard tente de contrarier la défense francilienne. Après un superbe arrêt, Kevin Trapp est sauvé par sa barre transversale. Les entrées de Lucas et Pastore ne vont changer cette terne deuxième mi-temps. Sur une ouverture du numéro 27 argentin, Srna marque contre son camp après un duel avec Ibra.

Le PSG peut désormais préparer la réception de l'Olympique de Marseille ce dimanche. En attendant, Zlatan Ibrahimović n'a toujours pas battu le record de Pauleta. Mais bon, « Let's Lviv for today » .

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 58

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21