Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tirage au sort
  3. // Quarts de finale

Le PSG a-t-il une chance face au Barça ?

Rêver plus grand. Tel est le slogan actuel du Paris Saint-Germain, et ça tombe bien. Là, pour éliminer « la plus belle équipe de tous les temps » , il va falloir rêver XXL.

Modififié
Bon bon bon. Ce sera donc le Barça. Autant dire, après cette démonstration contre le Milan, le favori retrouvé de la compétition. Le tirage n’a pas été Chantôme avec Paris. Pour les supporters de la capitale (ou les haters du Mes), il va falloir y croire. Fort. Très fort. Très très très fort. Mais, comme l’a dit Carlo Ancelotti juste après ce tirage : « Ce sera très difficile mais tout peut arriver. » Tout, c’est à dire une qualification, un exploit, un miracle. Reste à voir comment. Quatre motifs d'espoir.

1 - Le savoir-faire d’Ancelotti

C’est dans ces moments-là, quand le PSG s’apprête donc à affronter le FC Barcelone, que le recrutement de Carlo Ancelotti prend tout son sens. Et que le débat sur le licenciement d’Antoine Kombouaré prend, enfin, fin. L’expérience du Mister en Ligue des Champions permet au moins d’entretenir l’espoir. Celle de Kombouaré renverrait le PSG au bon souvenir de ses exploits passés en C1. Le coup de Casque d’or face au Real permettrait de dresser un parallèle avec le Kombouaré joueur et d’ainsi croire à la qualification en invoquant la grandeur passée ; l’Antoine entraîneur, lui, n’apporterait pas forcément toutes les garanties pour croire au miracle. Ancelotti connait la Ligue des Champions. Plutôt intimement d’ailleurs. Il en a quand même gagnées quatre. Deux en tant que milieu de terrain (un peu besogneux, et déjà grisonnant) au sein du Milan AC (en 1989 et 1990, à une époque où certaines équipes gagnaient la C1 deux fois d’affilée). Et deux en tant qu’entraîneur, toujours du Milan AC. En 2003 contre son ancienne équipe, la Juventus. Et en 2007, sous forme de revanche contre Liverpool. En C1, Carlo a tout vu, tout entendu, tout connu, sauf un putain d’exploit avec Paris… Pour cela, Carlo devra sans doute se faire un peu violence. Car pour battre le Barça, il faut une certaine dose d'anticonformisme, d'audace, de folie... Comme Di Matteo, ou Mourinho. Un truc dans les gènes, forcément, du PSG mais pas forcément de Carlo. Ou comme l'a dit Zamparini : « Ancelotti a du mal à lever les yeux de ses schémas » . Et ce n'est pas avec des schémas que tu bats le Barça...

2 - Le sang-froid des Thiago’s...

La qualité de la relance, en particulier la qualité de la relance dès l’arrière-garde, est peut-être le point le plus important pour résister au Mes que un club et son pressing. Le Milan l’a ainsi constaté lors de son match retour. Pour résister à l’entame de match en fanfare du Barça, il aurait fallu calmer un peu le jeu, et passer au travers de ce pressing d’enfer. Assez vite, il n’en fut rien, la relance milanaise s’est vite montrée approximative, fébrile, lamentable. Un mec comme Zapata a complètement coulé, tenant davantage du clown triste que du révolutionnaire mexicain. Paris devra donc faire moins pire. La présence de Thiago Silva est d’ores et déjà source d’une certaine garantie, voire d’assurance. A ses côtés, pas sûr que Sakho, dont les - encore un trop présents - errements de relance ne rassurent pas nécessairement Ancelotti, soit titularisé. Ce sera donc Alex, à moins que Thiago Sylvain…

Au milieu, la qualité parisienne pourrait s’avérer essentielle. Entre Thiago Motta et Verratti, il y a de quoi donner de très bons ballons devant, chose que n'ont pas réussie Montolivo et Boateng. La présence d’un Thiago Motta, par exemple, serait plus que bienvenue. Actuellement touché au mollet, l’Italo-Brésilien ferait bien d’accélérer un peu ses séances de rééduc'. Sa qualité de relance, son sens de la faute tactique, son art de contrôler un milieu de terrain sans même avoir besoin de toucher le ballon, le package du numéro 28 est complet et ne sera pas de trop face aux Catalans. L’adage dit que quand Motta est là, le PSG ne perd pas. Il serait de bon ton de le confirmer sur la plus grande des scènes. Le mec connait la maison. Pour y avoir joué, et pour l’avoir soufflée. Avec l’Inter, le 21 avril 2010, lors du match aller à Milan, il avait dégoûté le Barça. Et le rouge du retour lui a certainement donné envie de recommencer...

3 - Le moteur Blaise Matuidi


Si Blaise Matuidi n'a jamais joué ni avec l'Inter, ni contre le Barça, la marge de progression de l’ancien Stéphanois est sans limite. Là, si d’aventure le PSG passe, le Real envoie direct une offre de 40M pour choper "el nuevo Makelele". Face au Barça, Blaise peut se transformer en bouclier hyper mobile. Quelque part, il est un peu l'anti-Messi : aussi vif, aussi infatigable, mais en défense. Son duel avec le petit Argentin aux oreilles décollées est à comparer avec les duels Messi-Lass en 2010-2011 : à l’époque, Lass avait été le joueur à gagner le plus de duels contre l'Argentin...

4 - Zlatan et le coup de l'enfant dans le dos

Bim. Ou le bruit du poteau de M’Baye Niang. S’il est évidemment stupide de penser que ce but aurait forcément qualifié le Milan, il est tout aussi débile de négliger qu’il aurait incontestablement changé le cours de la rencontre. Des occasions de la sorte, dans le tunnel entre le central et le latéral barcelonais, le PSG en aura forcément. Comme en ont eues Ramires, Torres, Sneijder ou encore Maicon… Les différentes flèches déséquilibrantes (et parfois déséquilibrées) du PSG (Lavezzi, Lucas, Ménez, même Pastore). Des mecs prêts à refaire une "Di Maria sur Puyol". Et cette fois, ce ne sera pas un ancien Caennais face aux cages de Valdès. Cela pourrait même être un autre ancien de la maison catalane (non pas Maxwel!), aka un certain Zlatan, qui sera forcément revanchard contre son ancien club, mais qui devra aussi patienter jusqu’au match retour pour assouvir sa soif de vengeance. En attendant, certains osent penser que le PSG joue mieux sans son Suédois. Le match aller sera une occasion en or de le prouver.

Par Simon Capelli-Welter, avec Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 29 minutes Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 36 il y a 1 heure Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 12 il y a 2 heures Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 6
il y a 4 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 23

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 62