Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Zone Europe
  3. // Barrages
  4. // Tirage au sort

Le Portugal doit-il vraiment craindre la France?

Cristiano Ronaldo le sait. La France est la kryptonite du Portugal. C'est pourquoi il a admis vouloir éviter à tout prix les Bleus de Deschamps lors des barrages. Mais CR7 a-t-il vraiment raison de se faire dessus ?

Modififié
Non, le tirage au sort des barrages de la Coupe du monde n'a pas encore eu lieu, mais qu'importe. La France et le Portugal vont s'affronter, c'est écrit. L'astrologue Raymond Domenech l'avait d'ailleurs prédit il y a six mois sur son compte Twitter, et aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies pour que les deux rivaux s'affrontent en novembre prochain. Ce petit point qui sépare la France de l'Ukraine, dernière tête de série de ces barrages, ajoute par ailleurs une dimension dramatique à ce futur affrontement. Dramatique pour le Portugal, évidemment. Car la France n'a plus perdu face aux Lusitaniens depuis 1975. Entre-temps, les Bleus ont eu le temps de les taper en demi-finale de l'Euro 1984, de l'Euro 2000 et de la Coupe du monde 2006. En gros, de se faire une sale réputation auprès du peuple portugais, qui maudit la France autant que la Grèce. Même Cristiano Ronaldo, pas réputé pour sa modestie, veut éviter Kaiser Franck et sa bande. Pas tant parce qu'il craint l'équipe de Didier Deschamps en tant que telle, mais parce qu'elle fait partie de celles dont il garde l'un des plus mauvais souvenirs. Les Bleus inspirent la peur à une équipe qui n'en a pas besoin. Car pour les Portugais, ces seuls barrages seront une source de stress intense. Plus encore que les deux derniers auxquels ils ont participé. Car la Coupe du monde se déroule au Brésil ; et les descendants de Luis de Camões ne veulent pas louper un autre Mondial accueilli par une ancienne colonie. L'échec France 98 a déjà été suffisamment pénible à digérer pour que le cauchemar ne se reproduise 16 ans plus tard. Pour autant, le Portugal a-t-il toujours raison de craindre sa bête noire à ce point ?

Oui, parce que la France est sur une dynamique positive

Ça peut paraître con, mais cela faisait quand même un sacré bout de temps que la France n'abordait pas un match à enjeu avec autant de confiance. Pendant que Rui Patrício offrait gentiment l'égalisation à Israël et que la Selecção jouait en marchant face au Luxembourg, la France, elle, a fait le plein en écrasant l'Australie et en dominant assez nettement la Finlande. Certes, on ne parle pas là de grosses écuries, mais ces deux matchs n'ont pas pour autant été inutiles. Ils ont permis de montrer que Ribéry était capable de porter ses camarades de sélection sur le dos et de ressusciter un Karim Benzema perdu dans les abysses de la déprime, que Samir Nasri faisait beaucoup de bien dans l'axe, mais moins sur les côtés, que Loïc Rémy allait sans doute servir à quelque chose dans les mois à venir et que Patrice Évra pouvait évoluer à un excellent niveau avec la tunique bleue. Et c'est déjà pas mal. À l'inverse, le Portugal n'a rien à retenir de ses deux ou trois dernières sorties, si ce n'est qu'il devra bouger ses fesses et compter sur un trio Moutinho-Ronaldo-Nani (ou Bruma ?) en pleine bourre pour ne pas se casser les dents.

Non, parce que le Portugal est dans la posture qu'il préfère

Jurisprudence Euro 2000, Coupe du monde 2006 et Euro 2012. Le Portugal n'est jamais meilleur que quand on le sous-estime. Et malgré les récentes déclarations de Didier Deschamps et Franck Ribéry, le reste de l'équipe de France n'a pas l'air de craindre les Lusitaniens plus que ça, même s'ils se passeraient volontiers de croiser leur chemin. Un peu comme l'Allemagne et l'Angleterre en 2000, ou encore les Pays-Bas en 2004, 2006 et 2012. Et à chaque fois le Portugal s'en est sorti avec un succès. Parfois sans brio, parfois avec génie, qu'importe. Mais quand les Tugas ne sont pas favoris, ils peuvent faire très mal. Bah ouais. Être au pied du mur, ils connaissent ça. Par ailleurs, Cristiano Ronaldo carbure aussi au sursaut d'orgueil. À trop entendre qu'il n'en branle pas une, ou que Franck Ribéry et Lionel Messi sont beaucoup plus forts que lui, il finira par craquer et planter un coup du chapeau au match suivant. Méfiance.

Oui, parce que certains cadres du Portugal déclinent

Si Cristiano Ronaldo se porte mieux que jamais, notamment en sélection où il se montre de plus en plus décisif, quoiqu'un poil irrégulier, les piliers du Portugal commencent à être érodés par le temps. La charnière centrale en tête. Pepe, comparable à un vaillant rottweiler en fin de vie dont les pattes et la tête commencent à ne plus répondre correctement, a pris un sacré coup de vieux depuis l'éclosion de Raphaël Varane au Real, et cela se ressent dans ses prestations. À 32 ans, son acolyte Bruno Alves entame, lui, une chute encore plus vertigineuse. Ses choix de carrière douteux expliquent sans doute ce brutal déclin. Un triste gâchis quand on se souvient du niveau qui était le sien à Porto. Enfin, les meilleures heures de l'inusable Raul Meireles semblent être derrière lui et Nani n'est plus qu'un fantôme.

Non, parce que cette génération n'a pas connu les défaites de 2000-2006

À part Cristiano Ronaldo, effrayé à l'idée de buter une nouvelle fois sur la France pour des raisons qu'il ne peut « pas expliquer à la presse » - sans doute parle-t-il de la poisse et du penalty syndical accordé aux Bleus - seuls Ricardo Costa et Hélder Postiga étaient présents en Allemagne lors de la défaite de la sélection de Scolari face à celle de Domen... de Zidane. Pour les autres, la France est une équipe habituée à faire n'importe quoi en phase finale de prestigieuses compétitions comme prendre des 4-0, ne pas descendre d'un bus ou, au mieux, atteindre les quarts de finale d'un Euro. Et puis, n'en déplaise à Ribéry, la France a toujours renversé le Portugal sous l'impulsion de deux légendes : Platini et Zizou. Maintenant que ce dernier est parti, les Tugas ont bien plus de chances de s'en sortir.

Oui, parce que le Portugal est en période de transition


Tout comme la France, le Portugal assiste à une collision entre deux générations qui seront vouées à coexister et sans doute faire mal en 2016. Celle de Bruma, Ilori (le futur modèle de Mamadou Sakho à Liverpool), Luis Neto, André Almeida, Josué et compagnie. Mais pour l'heure, Paulo Bento a à sa disposition de jeunes puceaux incapables d'encaisser la pression et donc de remplacer leurs aînés défaillants. Le Portugal en est au même point que la France il y a six mois. Problème, les barrages ne se dérouleront pas dans six mois. En revanche, et si les demi-finalistes du dernier Euro vont au Brésil, Bento aura la possibilité d'enclencher un début de transition. Mais c'est une autre histoire.

Non, parce que Hélder Postiga

Il vient de dépasser Rui Costa au classement des meilleurs buteurs de la Selecção et vise à présent Figo et Eusébio. Sans compter qu'il possède une meilleure moyenne de buts que CR7 avec la tunique rouge (0,41 contre 0,40) et qu'il a terminé meilleur buteur portugais des qualifs pour la Coupe du monde avec six réalisations. Il est évident que Postiga marquera pendant les barrages.

Oui, parce que... Hélder Postiga

Contrôles ratés, passes ratées, dribbles ratés, vitesse de pointe risible... Cet homme est d'une inutilité affligeante dans le jeu lusitanien. Face au Luxembourg, il a marqué, mais aussi et surtout touché aucun ballon pendant 25 minutes. Oui, pendant 25 longues minutes, le Portugal a joué à dix. Heureusement que le Valencien ne s'appelle pas Karim, ne joue pas en France et chante l'hymne national avant les matchs. Sinon, il aurait déjà été condamné au bûcher.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Premier League : le nombre d'étrangers bientôt être limité ? 42
il y a 4 heures Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 18

Le Kiosque SO PRESS

il y a 7 heures Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 20 il y a 7 heures René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 il y a 8 heures Venez regarder un match chez So Foot ! 11
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 8 heures Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 20
il y a 12 heures Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 43