Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan

Le portrait-robot du joueur de Serie A

Si le joueur ultime s'appelle d'ores et déjà Gianluigi Buffon, voici quel pourrait être celui qui se rapproche le plus de lui cette saison en Serie A. Indice : il porte une barbe grisonnante, de longs bras, un foie en compote ou encore deux pieds droits qui plantent pas mal de buts.

Modififié
La mèche soyeuse d’Alberto Brignoli (Benevento) : Il est définitivement entré dans l’histoire de Benevento et de la Serie A le 3 décembre 2017. D’un coup de tête parfaitement croisé à la 95e minute laissant Donnarumma pantois, le gardien de Benevento a offert le premier point de l’histoire à son club dans l’élite, et mis fin à seize ans de disette pour les gardiens de but au sommet de la Botte en effaçant des tablettes le but de Massimo Taibi avec la Reggina en 2001. Et tant pis si la calvitie guette le portier de 26 ans, lui qui pourra se targuer d'avoir marqué un but de plus qu’Antonio Candreva cette saison.

L'incroyable but de la tête d'Alberto Brignoli

Le crâne reluisant de Kalidou Koulibaly (SSC Napoli) : Grâce à celui-ci, l’international sénégalais a réussi à faire déplacer 20 000 personnes à l’aéroport de Naples pour accueillir son équipe. Un fait d’armes qui claque, même si la victoire qu’il donna aux siens à Turin ce soir-là (0-1) ne fut pas décisive dans la course au Scudetto. Une lutte jusqu’au bout que le SSC Napoli doit aussi en grande partie à son colosse, garant de la troisième défense du championnat, et à sa tête solide et bien faite.

Les lunettes de Maurizio Sarri (SSC Napoli) : On ne saura probablement jamais si cette paire de lunettes est bon marché ou non, mais le fait est que pendant près de neuf mois, elle a permis à Maurizio Sarri d’éviter toutes les embûches ou presque qui se sont dressées sur son chemin. Pour finir à une deuxième place rageante, sans aucun titre au bout certes, avec 91 points au compteur pour une saison record. Un exploit pas suffisant pour celui qui a déjà été remplacé par Carlo Ancelotti. Preuve que même avec ces lunettes-là, Sarri a perdu de vue l’essentiel.


Les yeux dans le dos de Simy (Crotone) : L'attaquant de Crotone a rappelé face à la Juventus en avril dernier qu'avoir les yeux derrière la tête n'était pas qu'une expression.

But de Simy face à la Juve

Les lèvres brûlées de Lorenzo Insigne (SSC Napoli) : L’ailier de poche des Partenopei a distribué de l’amour à ses coéquipiers tout au long de la saison. Personne au Napoli ne pourra reprocher à Lorenzo Insigne de ne pas en avoir assez fait, car c’est ce petit bonhomme débordant de bons sentiments qui a créé le plus d’occasions en Italie cette année (103). Mais preuve que l’amour peut parfois être à sens unique, son latéral Elseid Hysaj avait une fois tenté de le ramener sur Terre en le bousculant durant sa pause café lors d'un échauffement. Pas cool.

Hysaj bouscule Insigne café à la main

La barbe grisonnante de Gigi Buffon (Juventus) : Face au Hellas Vérone le 19 mai dernier, c’est la toute dernière fois que l’on apercevait Gigi Buffon en tenue sur les gazons de la Botte. Une belle épopée qui se termine et qui aura duré 22 ans, 640 matchs s’affichant au compteur du natif de Carrara. Il semble loin, l’adolescent au bouc naissant et à la moustache encore peu fournie.

Le dos bien droit de Jorginho (SSC Napoli) : Si le Napoli a rarement eu à faire le dos rond cette saison, il le doit en grande partie à son adepte des choses bien faites italo-brésilien. Avec le souci du détail comme obsession, le regista italien a été celui qui a joué le plus de ballons et réussi le plus de passes. Pas étonnant finalement que le jeu des Partenopei fut le plus propre et le plus scintillant. Une machine à laver.

Les longs bras d'Alisson Becker (AS Roma) : Battre Alisson Becker était une mission bien difficile à réaliser cette année. Sans aucun doute, elle le sera encore plus l'été prochain. En attendant, sans attendre l'ouverture du mercato, les dirigeants romains le savent déjà : le téléphone sonne pour Alisson.

Les mains menottées de Fabrizio Cacciatore (Chievo) :Grâce à Fabrizio Cacciatore, nous avons appris deux choses. Premièrement, se moquer d’une décision de l’arbitre peut fortement toucher votre équipe. Deuxièmement, mimer des menottes avec ses mains n'est pas qu'un hommage à Rolland Courbis.

Vidéo

Les trois poumons de Blaise Matuidi (Juventus) :Arrivé l'été dernier du PSG, Matuidi a mis tout le monde d’accord en l’espace de quelques semaines. Pion essentiel dans le système turinois, il a même un temps poussé Dybala sur le banc. La raison, c’est Allegri qui en parle le mieux : « En ce qui concerne Matuidi, je dirais que c'est un peu vagabond, mais tout va bien. Quand je dis vagabond, je veux dire qu'il n'arrête pas de courir. Il court du matin au soir...  » Et ce ne sont pas quelques Sardes aux chants racistes qui vont couper le souffle de Blaisou.


Le foie en compote de Radja Nainggolan (AS Roma) : Cette saison, le Ninja n’a pas été toujours à son aise, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Alors, quand un moment de repos se présente à lui comme lors du Nouvel An, c’est à base d’alcool et d’herbe qui rend joyeux que l’international belge décompresse. 100 000 euros pour son club et une place au Mondial avec sa sélection, le prix à payer est élevé. Et encore, son foie ne s’est pas encore manifesté.


Vidéo

Les adducteurs de Francesco Acerbi (Sassuolo) : Depuis maintenant près de deux ans et demi sous le maillot des Neroverdi, Francesco Acerbi n’a pas manqué une seule minute sur les pelouses de Serie A. Un total monstrueux de 121 matchs d’affilée disputés dans leur intégralité, impensable pour lui qui avait été diagnostiqué d’un cancer en 2013. Il lui manque encore une poignée de matchs pour égaler le record de Javier Zanetti (137). Histoire de rejoindre définitivement le carré VIP à jamais.

Les hanches solides de Lucas Torreira (Sampdoria) : Lucas Sebastián Torreira Di Pascua n’est plus seulement qu'un Uruguayen avec une identité à rallonge. Cette saison, le milieu de la Samp’ a terminé plus grand gratteur de ballons avec 296 prises à son actif. En attendant de savoir ce que Lucas compte faire de tous ces ballons, le joueur de 22 ans a d’ores et déjà été récompensé pour son abattage. Car oui, vous pourrez admirer en juin prochain, si vous ne l’avez pas fait avant, l’activité monstrueuse de Lucas Torreira sur son flanc droit.

Les longues jambes de Cheick Diabaté (Benevento) : Diabaté n’est pas une découverte, a toujours les segments fragiles et un jeu atypique, mais qu’est-ce que cette paire de jambes a pu faire du bien à Benevento ! En à peine cinq mois chez la lanterne rouge, le Cheick a vraiment été sans limite, au point de terminer sa demi-saison avec un total de huit pions en onze rencontres. Avec en point d’orgue, ces trois fameux doublés consécutifs et ce ratio d’un but toutes les 82,7 minutes qui font du grand Cheick le buteur le plus prolifique. La DolCheick Vita.


Les chevilles de Luis Alberto (Lazio) : Avec pour principal client Ciro Immobile, l’Espagnol a tout fait pour satisfaire son compère du mieux qu’il le pouvait. Et avec quatorze galettes mises au four, la mission est réussie.

Les pieds (a)droits de Ciro Immobile et de Mauro Icardi (Lazio et Inter) : 29 buts chacun en Serie A, une équipe qui dépend énormément d'eux, mais une différence : l'année prochaine Mauro Icardi jouera la Ligue des champions. Et Ciro Immobile la Ligue Europa.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article