Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Le point Bleu du 22 juin

Chaque jour pendant la Coupe du monde, So Foot fait le point sur l'équipe de France. Alors, le groupe, il vit bien ou pas ?

Modififié

Hier, les Bleus ont fait :

« L'objectif est atteint. » Hier, l'équipe de France s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, et Didier Deschamps n'en est pas peu fier. Tout n'a pas été parfait contre le Pérou, mais la prestation des Bleus était tout de même bien plus satisfaisante que celle de samedi dernier. Parfois apathiques contre l'Australie, les Français ont augmenté la jauge d'intensité pour ce deuxième match et ils ont réussi à rester appliqués même quand ils ne faisaient que défendre. Et face à une équipe aussi remuante que le Pérou, c'est assez fort pour être souligné. Maintenant, reste une première place du groupe à aller chercher. Ce qui passe par une victoire contre le Danemark mardi prochain, mais ça, c'est une autre histoire.

Les leçons tactiques de France-Pérou


Hier, les Bleus n'ont pas fait :

Posséder le ballon. En effet, le Pérou a bouclé la rencontre avec 56% de possession de balle. Ce qui n'a rien de dramatique, et une équipe peut très bien gagner des matchs sans avoir beaucoup le ballon. En revanche, là où les Français sont parfois à la limite de l'inquiétant, c'est quand on voit ce qu'ils font de la balle quand ils l'ont, surtout sur attaque placée. Quand les Bleus partent en contre, pas de soucis, et ça donne une course de dragsters qui va beaucoup trop vite pour pas mal de défenses. Mais quand il faut poser le pied sur le ballon et organiser des circuits de passes efficaces pour faire bouger un bloc et créer une occasion, la vie devient tout de suite beaucoup plus compliquée. Mauvais derniers choix, passes imprécises, dribble de trop, la France souffre de plusieurs maux. Mais au moins, cette fois, on a eu droit à de l'animation offensive.




La phrase inutile du jour :

Prononcée par Didier Deschamps himself après le coup de sifflet final : « Si vous voulez qu’on domine nos adversaires et qu’on mette 5-0 à tout le monde... Ce ne sera pas dans cette Coupe du monde. » Vu les deux premiers matchs des Bleus, on commençait à s'en douter... De toute façon, il n'y a que les Russes qui ont le droit de coller des 5-0 pendant cette Coupe du monde !


La frayeur du jour :

En deux mots : Iekaterinbourg Arena. Soit le stade complètement zinzin dans lequel France et Pérou se sont affrontés hier soir. Pour la petite histoire, les Russes ont dû faire passer la capacité du stade de 23 000 à 35 000 places pour pouvoir y organiser des matchs de Coupe du monde. Alors ils n'ont rien trouvé de mieux que de construire des tribunes éphémères montées sur des gigantesques échafaudages qui sortent du stade. Un bricolage improbable qui mesure tout de même près de 45 mètres de haut. Par miracle, il n'y a pas eu de drame hier. Mais comme il reste encore deux matchs à jouer dans ce stade de l'enfer, gardons-nous de déboucher le champagne dès maintenant.




Et pendant ce temps-là, le 21 juin 1998... :

À Lens – où va se dérouler le match Allemagne-Yougoslavie –, de violents affrontements ont lieu, et un gendarme est retrouvé à terre, gisant dans son sang. Il s'appelle Daniel Nivel, a 43 ans, et il vient d'être frappé à la tête à coups de barre de fer par des hooligans allemands. Il ne sortira du coma que 6 semaines plus tard. Le même jour, l'Iran affronte les États-Unis à Lyon dans un contexte politique tendu. Et sur le terrain, les joueurs foutent la politique de côté et échangent des amabilités. Le capitaine iranien offre des fleurs à celui des États-Unis, et les deux équipes posent ensemble lors de la photo d'avant-match. Histoire de rester copains jusqu'au bout, Iraniens et Américains finiront éliminés au premier tour quatre jours plus tard. L'histoire ne dit pas s'ils ont partagé un bus pour aller à l'aéroport.



Par Alexandre Doskov, à Iekaterinbourg
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi