Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bournemouth-Crystal Palace

Le pire est dans le Meyer

Annoncé comme l’un des gros coups du mercato estival en Premier League, Max Meyer peine à convaincre avec Crystal Palace. L’ancien milieu de Schalke 04 joue pour l’instant un rôle mineur, au contraire de son salaire mirobolant.

Modififié

Jouera ? Jouera pas ? C’est la question que tout le monde se pose au sujet de Max Meyer, en attendant le déplacement de Crystal Palace à Bournemouth, lundi soir. Cet été, l’arrivée de l’Allemand (23 ans) avait fait grand bruit. D’abord, à cause de son statut de petite pépite made in Bundesliga, mais aussi – et surtout – en raison de la fin houleuse de son histoire avec Schalke 04. Sans parler de son salaire – 190 000 livres par semaine, soit le plus important de l’effectif – que d’aucuns trouvaient injustifié. Tout ça pour quoi ? Soixante-trois minuscules minutes de jeu grappillées en quatre matchs de Premier League. Avec trois défaites et un match nul à la clé.

Roy Hodgson est très content


Ce statut de joker de luxe est-il justifié ? Pas au vu du classement de Palace, actuellement onzième du championnat d'Angleterre, sans avoir encore affronté un gros du Top 6, excepté Liverpool (0-2). Roy Hodgson, lui, préfère la paire Milivojević-McArthur au milieu de terrain, avançant la nécessité pour Meyer de se remettre en forme avant de pouvoir prétendre à une place de titulaire indispensable. La Premier League serait en effet encore trop physique pour le profil de l’Allemand, handicapé par une préparation en demi-teinte puisque effectuée en solo à partir du mois de mai dernier et son départ fracassant de Schalke. Bref, on connaît la chanson : « Il doit se battre pour sa place, résumait Hodgson en conférence de presse après le match face à Newcastle (0-0). Mais c’est un joueur de Premier League et je suis très content de ce que j’ai vu de lui jusqu’à présent. »


Heureusement, il y a la Carabao Cup ! La seule compétition où les fans de Palace ont pu voir leur jeune recrue dans le onze de départ. Face à Swansea, puis West Bromwich mardi dernier, Meyer a livré une performance plus qu’honorable, sans pour autant être décisif. Pour les supporters, l’heure de tenter le pari de la titularisation en Premier League a sonné. Bournemouth apparaît donc comme un tremplin évident pour le tester en conditions réelles.

L’effet papillon


Si la situation venait à s’enliser, Max Meyer pourrait en effet s’enfermer dans une image que l’on ne souhaite à personne : celle de la coquille vide, hors de prix de surcroît. Dit autrement : un transfert raté. Particulièrement lorsque l’on sait que pour garder Wilfried Zaha – meilleur buteur la saison passée –, Crystal Palace a dû consentir à un autre effort financier : lâcher 143 000 euros hebdomadaires. Avec une conséquence pas forcément visible : celle de faire payer leur licence aux joueuses de la section féminine (250 livres pour la saison, une somme que la direction a généreusement consenti à découper en tranches de 50 livres par mois, à moins qu’elles ne trouvent elles-mêmes un sponsor pour le faire). Pas un super signal envoyé à un effectif qui joue en deuxième division et dont l’objectif annoncé est la promotion dans l’élite. Surtout quand on sait que Meyer gagne la somme réclamée (environ 6000 livres) en à peine quelques heures.


Entre-temps, Zaha a fait « un don important » en faveur de l’équipe, ceci « afin de donner aux futures générations les mêmes possibilités qu’il a eues lui-même lors de (s)es années dans les équipes de jeunes » . Une belle manière de rattraper les choses, bien que les joueurs ne soient pas directement responsables des décisions prises par leur direction. Reste que Max Meyer se retrouve déjà dans une position délicate, après avoir été accueilli en (trop) grande pompe. Pendant ce temps-là, Schalke galère toujours au fond du classement de la Bundesliga. Et nul doute qu’un meilleur dialogue entre les deux parties aurait pu arranger les affaires de tout le monde.

Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 59 minutes Le bonbon de Bruno Alves sur coup-franc
il y a 8 heures Le joli but de Frenkie de Jong avec l'Ajax 12
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi