Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Le pass sanitaire va-t-il asphyxier le foot amateur ?

Après le retour du public en Ligue 1 et Ligue 2, une question taraudait le foot profond, celui des AS et des FC de France et de Navarre : comment le pass sanitaire allait-il s’appliquer dans leur vie quotidienne, aussi bien pour les entraînements que lors des compétitions sensées enfin reprendre (et se finir) ? La réponse est tombée du haut d’une FFF déjà en pleine crise après les éliminations précoces de l’Euro et des JO. De fait, le contrôle s’imposera de manière extrêmement stricte et pesante. On se demande désormais la faisabilité de ce qui est demandé à près de 15 000 clubs, et quel dégât ces nouvelles contraintes vont produire, notamment sur des bénévoles plutôt découragés après deux saisons quasi-blanches.

Le communiqué du 31 juillet de la FFF ne cache pas le malaise et anticipe les soupirs : « Nous sommes conscients que le pass sanitaire est une contrainte supplémentaire pour nos licenciés et nos clubs. Mais cette mesure apparaît aujourd'hui comme la solution la plus sûre pour reprendre le football en protégeant au mieux nos pratiquants et pratiquantes. Leur santé est notre priorité. » Dans un pays où des manifs anti-pass de plus en plus massives, et parfois radicales, s'organisent chaque semaine, la décision de la première fédération sportive, avec ses 2 millions d’adhérent-es partout dans l'Hexagone et dans tous les échelons de la société, a forcément une portée qui va au-delà du simple respect des consignes du Ministère et de la loi. Donc « le pass sanitaire sera requis pour pouvoir jouer au football et accéder aux vestiaires ainsi qu'aux tribunes avant chaque entraînement ou chaque match de compétition » . En outre, il sera exigé auprès des plus de 12 ans, pour l’instant les gamin-es des catégories inférieures en sont dispensé-es. Voilà pour le formalisme réglementaire.

Des clubs épuisés

Bien sûr, personne ne conteste le besoin de juguler la pandémie, surtout avec la quatrième vague qui se profile dans la traînée de poudre virale du nouveau variant delta. Toutefois, la manière dont le pass sanitaire est instauré et la façon dont il doit être appliqué, notamment son périmètre et les sanctions prévues, soulèvent de nombreuses questions, par exemple en terme de respect de libertés publiques (dont même la LDH s’inquiète ) ou de droit du travail. Dans le cas du sport associatif et donc singulièrement du football, c’est même la possibilité de le mettre en œuvre dans les termes légaux et les instructions de la Fédé, qui semble plus que douteuse. D’abord, il s’agit malgré tout de demander à des éducateurs, bénévoles, dirigeants, de venir contrôler non seulement le pass des membres, de leurs équipes, de leur encadrement, mais aussi de ceux qui accompagnent (parents, ami-es, etc.) la vie du ballon rond dans le moindre stade municipal. Surtout que l’argument de la santé prioritaire des footballeurs et footballeuses, fait sourire, quand on se souvient du lobbying, réussi, des Fédés contre le certificat médical pour l’obtention d’une licence.

Garde-chiourme ?

Toutes les Fédés, même la FFF dans une ampleur davantage réduite, ont perdu un nombre non négligeable de membres. Elles se demandent comment les faire revenir, notamment le plus jeunes (d’où l’instauration d’un pass'sport par le gouvernement à destination des enfants des milieux populaires afin de faciliter l’inscription dans un club). Et maintenant, les associations doivent se mettre sur les épaules un nouveau rôle de garde-chiourme, plutôt repoussoir. Sans parler de gérer la différence entre les plus ou moins de 12 ans. Rentrons dans le détail, dans le dur de la réalité du terrain, lors d’un match U15. Qui imagine monsieur le maire, président du club local dans la Creuse, virer le père d’un gamin, qui tiendrait la boulangerie du village, qui aurait refusé de se faire vacciner, ou qui simplement aurait la flemme d’aller chercher son test PCR ou son pass imprimé à la maison à dix bornes en caisse ? Qui voit se produire une scène ou des éducateurs se rendent dans les tribunes d’une enceinte de Villejuif ou Vitry pour vérifier si tous les potes ou familles présentes ont bien leur appli #tousanticovid avec son carnet à jour, puis sortir des lieux les contrevenants ? Qui songe que la police ou la gendarmerie va se précipiter pour s’occuper de ce type de tensions ? Sans oublier les conséquences, sportives ou sociales, sur le long terme.



La loi contre le "séparatisme" ambitionne déjà de transformer les bénévoles et entraîneurs en surveillants des dérives éventuelles de leurs joueurs ou joueuses. Un nouveau képi atterrit sur la tête d’un foot amateur épuisé par la pandémie, économiquement encore plus fragilisé que la la Ligue 1 et qui tente de se remobiliser tant bien que mal. Alors que ce sport devrait devenir dès septembre un des ressorts de la résilience nationale et même de la reconquête de la normalité, bref d'un bonheur qui ne se résume pas à la réouverture des bars (eux aussi sous surveillance), il doit se transformer en espace Schengen. Pas certain que ce soit la bonne méthode pour obtenir le résultat escompté : inciter la population à se vacciner et à s’approprier la lutte contre l’épidémie.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.




Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 15:30 Les joueurs de Cruzeiro stoppent leur grève 4
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:33 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot !
À lire ensuite
Les notes du PSG