Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

Le onze de rêve de Robert Pirès

Dix-huit ans de carrière sous le maillot des Bleus ou avec la colonie frenchie d'Arsenal, en passant par le sous-marin jaune du maestro Riquelme, le consultant de beIN Sport a rencontré une pléiade d'artistes. Son équipe à vocation offensive alignée en 3-5-2 conjugue ainsi magie et nostalgie. Comme quoi, le célèbre « muscle ton jeu, Robert » d'Aimé Jacquet a porté ses fruits au fil des années.

Modififié

Gardien :
Diego López : Je l'ai vu arriver à Villarreal, progresser et on a senti que Diego avait énormément de potentiel, ainsi qu'un bel avenir. Il l'avait déjà prouvé avec nous. Et ce qui est fort, c'est qu'il l'a confirmé ces derniers mois avec le Real Madrid quand il a remplacé Casillas. En France, il n'est pas du tout connu mais, en Espagne, c'est l'un des meilleurs gardiens.
Défenseurs :
Ashley Cole : C'est certainement l'arrière gauche avec lequel je me suis le plus entendu. C'est quelqu'un sur qui tu peux compter sur les aspects défensifs et offensifs. Défensivement, il fait du très bon boulot. Puis offensivement, il apportait toujours quelque chose et cela n'est pas donné à tous les latéraux jouant à ce poste. Ce qui est incroyable avec Ashley, c'est qu'il est toujours régulier. Il fait toujours des bonnes saisons, que ce soit avec nous à l'époque d'Arsenal, maintenant à Chelsea ou avec l'équipe nationale.Thuram : Comme on l'appelait à l'époque, « l'Arbre » . C'est difficile de rajouter quelque chose à propos de Lilian. Dans une équipe, tu as toujours un joueur de cette importance, de cette envergure. Surtout, ce que je trouvais important pour nous, ses coéquipiers, c'était l'impact physique qu'il pouvait mettre à ses adversaires. Il ne faisait pas de cadeau et c'est pour ça qu'on l'appelait « l'Arbre » . Le mec, tu tapais dedans, tu te faisais mal. J'ai voulu me frotter à lui à l'entraînement, j'ai regretté, quoi… Pour les trois derrière, il y va sans soucis (rires).Laurent Blanc : Je l'ai connu bien évidemment en équipe de France mais, surtout, une saison à Marseille. La classe. Ce que j'aimais chez lui, c'était cette relance propre. Il recherchait systématiquement les milieux de terrain, je l'ai vu rarement balancer des ballons loin devant. Techniquement, c'était parfait de jouer avec lui, car tu savais qu'il voulait jouer au sol. Et ça, quand tu joues milieu de terrain, c'est top.
Milieux :
Vieira : J'ai joué avec lui pendant de longues années. Comme on l'appelle, « le Long » parce qu'il n'y a rien qui passait tellement il était long. Quand tu vois les jambes qu'il a, il n'y a rien qui passe. Tout ce que l'on a gagné, on était quasiment toujours ensemble. Pat, dans ce rôle-là de milieu récupérateur, il est obligé d'y être.Gilberto Silva : « Le Long » , je le verrai avec le Brésilien Gilberto Silva. Je les ai vus évoluer ensemble à Arsenal. Il a un registre différent de Pat. Personne n'aurait pensé à Gilberto Silva, hein. C'était la petite touche brésilienne, le mec qui calmait le jeu. Il disait à Pat : « Si tu veux monter, monte. Je suis là et je te couvre. » Il a le rôle de beaucoup de joueurs dans ce registre, c'est le joueur de l'ombre. Tu ne le vois pas. Mais je peux te dire que sur le terrain, il a une grande importance. C'est pour ça que Pat a marqué beaucoup de buts en sa présence.Zidane : Le meneur de jeu, tu l'as deviné de toute façon, c'est Zizou. Là-dessus, c'est difficile de lutter pour les autres (rires). Je pensais à Juan Roman Riquelme, mais même lui ne peut pas lutter… (rires) Si on pouvait inventer un adjectif concernant Zizou, on va essayer de le faire. Ce qui était marrant avec Zizou, pour le peu de fois où j'ai joué titulaire avec lui, c'est qu'il me disait : « Bon écoute, Portugais, si tu veux jouer à ma place, n'hésite pas. Si tu veux que j'aille à gauche, il n'y a aucun souci. » Le mec me demandait de jouer à sa place quoi, tu vois (rires). Et moi, je répondais : « Non, non, t'inquiète, Zizou, je te laisse le rôle de meneur de jeu, il te va bien. » Ça, c'est Zizou.Fredrik Ljungberg : Le playboy de l'équipe, monsieur Calvin Klein (rires). Je trouve que c'est le joueur idéal au milieu de terrain pour une formation, car il apporte un certain équilibre. À mon époque, c'était mon bon pendant. Moi, je pouvais attaquer, lui, je savais qu'il allait défendre (rires). On était complémentaires. Et il a marqué pas mal de buts…Santi Cazorla : Sur le côté gauche, le petit Santi Cazorla. Il me faut des mecs sur les côtés, quand même. Manu Petit ne peut pas déborder, c'est pas possible (rires). Je l'ai vu débarquer à Villarreal. Il était tout jeune, devait avoir 18-19 ans. Premier entraînement à la présaison, il est arrivé, puis s'est entraîné. J'ai dit : « Oula, lui, avec les qualités qu'il a, pied gauche, pied droit, tu ne savais même pas quel était son pied fort tellement il était habile, il va forcément réussir. » Il est talentueux parce qu'il est en sélection espagnole, même s'il ne joue pas beaucoup à cause de la concurrence. Mais il a réussi à Málaga, puis cette saison avec Arsenal. Je suis content de son parcours.
Attaquants :
Thierry Henry : La fusée Henry, comme on l'appelait (rires). Titi, il a toutes les qualités de l'attaquant. Il va vite, il est explosif, adroit donc obligé d'être dans le onze de rêve !Bergkamp : Dennis, c'est la classe. L'une des plus belles techniques que j'ai vues, c'était très fort. On parle de Zizou, mais lui, je peux te dire que c'est quelque chose. C'était clair, c'était propre. Il ne cherchait pas la fantaisie et misait tout sur l'efficacité.
Remplaçants : Wiltord : À Arsenal, c'était soit Fredrik, soit lui. Sylvain avait cette petite touche technique et était également complémentaire avec moi. En plus, il nous apportait beaucoup, notamment en ce qui concerne l'explosivité.Marcos Senna : Pour moi, il aurait mérité d'être élu meilleur joueur du tournoi à l'Euro 2008. Dans un rôle un petit peu différent, il s'inscrivait dans le même registre que Gilberto Silva. Techniquement, c'est pareil. Une très belle frappe et un excellent tireur de coup franc.Riquelme : Juan Roman Riquelme (avec l'accent espagnol, ndlr), oui, obligé ! Malheureusement, je n'ai pas beaucoup joué avec lui. Mais aux entraînements, j'ai rarement vu un joueur avec une telle qualité de passes. Le dosage, la précision, pfiouu… Énorme.Campbell : Le monstre, il faisait peur à tout le monde. Mais je peux te dire que c'est un amour, c'est impressionnant. Il jouait avec cette image-là et c'est ça qui était marrant. Et on lui disait : « Toi, tu fais peur à tout le monde, mais sans déconner, t'as vu la tête que t'as ? » Parce que quand tu regardes bien, il a une tête de gentil (rires). J'ai rarement vu un corps aussi costaud que le sien. De dos, c'était impressionnant. On n'avait peur de personne avec lui, on pouvait y aller à la guerre. On l'envoyait en premier ! (rires)Pirès : Je me mets, aller, joker de luxe (rires). Et je prends du plaisir à regarder cette équipe jouer. Elle est pas mal, non ?
Vidéo


Propos recueillis par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 16
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 76