Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe F
  3. // Iran/Nigeria (0-0)

Le Nigeria tombe sur un mur

Tout le monde savait qu'il arriverait, tout le monde le redoutait aussi et c'est tombé sur Iran-Nigeria. 0-0, trop peu d'envie, trop peu d'action et une douloureuse sanction pour le Nigeria qui repart de Curitiba avec des ambitions clairement revues à la baisse. Triste début.

Modififié

Iran - Nigeria
(-1--1)


Quelle purge ! Et pas de bol pour les plus courageux qui s'étaient promis de s'enfiler les 64 matchs de ce Mondial, c'est tombé sur un match dénigré par les footix. Pas l'affiche la plus sexy de ce Mondial, certes, le match aura aussi et surtout été moins disproportionné que prévu. Pas forcément étonnant puisque s'affrontaient ce soir le 43e et le 44e du classement FIFA. Les appels dans le vent de Reza pour l'Iran, les passes latérales de Mikel pour le Nigeria, la première mi-temps pouvait difficilement offrir un spectacle plus terne, la deuxième encore plus soporifique n'aura jamais montré l'esprit de révolte espéré par des Super Eagles bien trop courts techniquement. L'Iran, son mini budget, ses 4 matchs amicaux en un an et ses maillots Ulhsport peuvent eux sourire, puisqu'ils auront été tout sauf ridicules. Presque un exploit.

Reza, le centre d'un monde qui bouge

Huit minutes de jeu. On n'aura donc pas dû attendre longtemps avant de prendre plaisir à voir qu'avec le Nigeria, Obi Mikel est un autre joueur. Malgré son numéro 10 sur le dos, il n'en devient pas un meneur de jeu pour autant. Non, le joueur de Chelsea reste un homme de basses besognes, plus récupérateur que constructeur. Toujours est-il que c'est lui qui met en lumière les premières lacunes d'une défense iranienne solide en un contre un, mais incapable de boucher les trous une fois que ça s'accélère vraiment. D'abord, sauver par M. Carlos Vera pour une poussée d'Obi Mikel sur Haghighi, la Tim Melli pourra ensuite compter sur un triple rideau bien épais quel le seul Ghoochannejhad (Reza pour les intimes) tentera - avec succès - d'affiner quelque peu. Pour le même prix, son joli coup de casque aurait d'ailleurs pu rapporter gros à Carlos Queiroz et les siens. Il n'en sera peut-être rien, mais il n'en fallait pas plus pour dérégler la jeune machine conçue par Big Boss Keshi. Le doute s'installe, les vilaines frappes et les contrôles foireux de Moses aussi. Le Nigeria vacille et c'est l'Iran qui se met tout doucement à y croire.

Dur dur d'être un loser

Des changements c'est bien, mais ça ne fait pas tout. Il aurait en fait fallu beaucoup plus que l'entrée en jeu de la grande carcasse de Shola Ameobi pour bousculer sérieusement l'arrière-garde iranienne. Oubliées les envolées de la fin de première mi-temps, les Iraniens réattaquent la seconde repliés comme jamais. À onze derrière, mais prêts à saisir la moindre erreur de l'adversaire. Une tactique pas si frileuse finalement. Pourtant, et si les approximations nigérianes ne manquent pas, les hommes de Queiroz ne parviennent pas à sortir la tête de l'eau. Du moins pas pendant plus d'une ou deux minutes. Pas un drame en soi, puisqu'avec ce nul l'Iran fait le plein de confiance avant de jouer l'Argentine samedi prochain. Mais une petite désillusion quand même au vu du piètre niveau de jeu déployé par le Nigeria. Les Super Eagles peuvent déjà entrevoir la suite de leur compétition avec de gros doutes. La seule bonne nouvelle en fait, c'est qu'ils auront finalement pu repartir avec le maillot de leur bourreau. Un geste pas si anodin suite aux dernières déclarations du président de la Fédération iranienne, mais une pièce de collection qu'ils ne garderont pas pour autant dans leur cœur.

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible